Une histoire contemporaine bien que tirée d’un vieux livre suivi de Esquisses arabes (1848)

“Une histoire contemporaine bien que tirée d’un vieux livre”, Le Brûlot de la Méditerranée, 25 mai 1848

Il existait autrefois, à l’entrée de la plaine de la Mitidja, un homme qui possédait un pré et un âne.

Et l’homme n’avait pas d’autres richesses ; mais il comptait sur le produit de son pré qui promettait, cette année-là, de donner beaucoup de foin.

Et l’âne était très-maigre, mais il comptait également sur l’herbe du pré, dont il admirait la belle venue, par-dessus une haie d’aloës.

Et il aborda son maître, et lui dit : « O mon maître, n’est-il pas temps que tu me laisses enfin pénétrer dans le pré, afin que je paisse l’herbe nouvelle ? »

Mais le maître lui répliqua sévèrement :

« O mon âne, as-tu perdu la raison ? ne sais-tu pas que je prétends vendre l’herbe du pré, afin de me procurer de quoi vivre pendant  le reste de l’année ? Quant à toi, tu continueras de paître l’herbe du chemin et les joncs du marécage ».

L’âne fut très-désappointé à ce discours, et il secoua les oreilles en signe de mécontentement.

Et l’homme alla trouver le makhzen, et il lui parla ainsi : « Seigneur, que Dieu répande sur vous toutes ses bénédictions, que votre vie soit comme un ciel toujours serein, je viens à vous pour que vous m’achetiez l’herbe de mon pré. C’est une herbe de qualité excellente et digne de nourrir les chevaux du dey lui-même (que son nom soit honoré !). Vous entretenez une multitude de chevaux et de mulets, pour moi, je n’ai que mon âne. Mes voisins devant recueillir pareillement beaucoup de foin, ils n’ont que faire de ma récolte. C’est donc à vous seul que je puis le vendre ».

Mais l’homme du makhzen lui répliqua durement : « O bon homme, as-tu perdu la raison ? Ne sais-tu pas que j’ai une grande provision de foin et de paille, et que, suivant nos besoins, j’en ferai acheter dans les pays situés au-delà des mers bleues, où ces denrées coûtent moins cher ? Certainement je ne prendrai pas l’herbe de ton pré ».

L’homme au pré resta muet d’étonnement et de douleur, en entendant cette réponse, et il se hasarda à dire timidement : « Magnifique seigneur, vous feriez mieux de m’acheter mon herbe que d’en faire venir des pays étrangers : quand même elle vous coûterait un peu plus cher, je vous conjure de considérer que je n’ai que cela pour vivre, et qu’elle sera perdue si vous ne la prenez pas. »

Et l’homme du makhzen répliqua encore : « Bon homme ! je te conseille d’abandonner ton herbe à ton âne qui s’en réjouira certainement. »

L’homme au pré répondit : « Sublime seigneur, si j’abandonne mon herbe à mon âne, celui-ci périra par l’excès de l’abondance, et moi, je mourrai de faim. »

Et l’homme du makhzen lui dit en raillant : « Je ne vois qu’un moyen pour empêcher ce malheur : c’est que tu partages avec ton âne ».

En vérité, en vérité je vous le dis : il viendra des temps bien durs pour les pays situés autour d’Alger-la-Guerrière. Heureux les ânes dont les maîtres auront un pré pour toute richesse ! Malheureux les maîtres qui n’auront qu’un pré et un âne !

 

Esquisses de mœurs arabes

Je flânais il y a quelques jours rue Philippe, quand tout à coup au milieu des nombreux bourriquots, qui comme tout le monde sait, obstruent toutes les rues de la ville d’Alger, une voix se fait entendre, et un jeune maure s’adressant à moi me dit : « Mosou, toi voulir sonnar pour moi ? » et il me montrait une porte dont la sonnette en effet, se trouvait hors de sa portée.

Je me fais jour à travers les quadrupèdes aux longues oreilles ; l’enfant me suit, je sonne, et me retourne afin de lui dire d’attendre qu’on lui ouvre… Je vois mon diable à une trentaine de pas, en train de me lancer du tabac, geste très commun aux gamins de Paris.

J’avais posé !!!

Si ça continue, nos titis algériens n’auront plus rien à envier aux moutards de la capitale.

Conservation : BNF JO-3070. Le journal est consultable en ligne ; le numéro cité l’est ici

Le Brûlot de la Méditerranée ne paraît qu’entre 1848 et 1849, à l’occasion de la République. Dans les deux textes publiés ici en deuxième page, l’on voit déjà les emprunts linguistiques, tant dans le lexique que dans les tournures, qui construisent une identité coloniale particulière. La fable de l’âne, parabole politique, et le petit fait divers du “titi algérien” sont côte à côte dans le journal et constituent un bon exemple de la polyphonie médiatique et de la portée que de courts textes peuvent avoir. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.