L’empire de la presse

Sur les territoires colonisés par la France paraissent des journaux locaux qui suivent le développement national de la presse : entre 1830 et 1880, l’époque est médiatique et le journal apparaît comme un support important des publications littéraires. Dans les colonies, les périodiques contiennent ainsi des textes adaptés à leurs territoires respectifs, mais publiés toujours selon la même structure, ce qui permet une comparaison entre les différentes stratégies conduisant à l’élaboration d’identités coloniales. Ces textes médiatiques, par leur diversité et leurs évolutions, représentent une sorte de chaînon manquant entre la littérature des récits de voyage et la littérature coloniale qui se définit au tournant du XXe siècle : interrogés et étudiés sous cet angle, ils prennent valeur de corpus signifiant.


Mais ce corpus est particulièrement fourni et l’on peut s’y perdre. En outre, sur cinquante années de publication dans divers territoires, bien des périodiques n’ont pas été conservés ; ou ils l’ont été, mais de manière lacunaire ; et, dernier point, leur conservation quand elle a eu lieu n’est pas toujours synonyme de numérisation. Il paraissait donc intéressant de publier une édition de certains de ces textes afin de permettre aux chercheurs comme aux curieux de rentrer directement dans les textes médiatiques de la colonisation française. Les articles présentés ici ont été modernisés si besoin, et sont accompagnés d’une courte notice finale qui précise également le lieu de leur conservation.

Pour compléter l’ouvrage à paraître « L’empire de la presse » (Presses universitaires de Strasbourg, 2021), le présent carnet propose donc de publier – l’exhaustivité étant impossible – une anthologie de ces textes coloniaux.

La machine ne fonctionne plus (1871)

Somebody, « La machine ne fonctionne plus », Le Moniteur de l’Algérie, 2 août 1871

 

Ceux de mes lecteurs qui se sont trouvés soudainement réveillés en pleine mer, par une violente secousse immédiatement suivie de l’arrêt complet du bateau, comprendront seuls ce qu’ont d’effrayant ces quelques mots sourdement répétés par chacun : « La machine ne fonctionne plus ! » Continuer la lecture de La machine ne fonctionne plus (1871)

Promenade au lac de Tahiti (1860)

A. Barion, pharmacien de la Marine, « Promenade au lac de Tahiti », Le Messager de Tahiti, 22 janvier 1860

            Si l’Islande a ses geysers, dont les eaux tumultueuses après s’être élevées à de très-hautes distances retombent sur elles-mêmes pour se terminer par une superbe girandole ; si le Canada a pu attirer de nombreux curieux aux bords de ses Cataractes, dont la plus merveilleuse a été tant de fois chantée et décrite sous le nom de Cataracte, ou mieux de saut de Niagara, Tahiti, cette perle jetée comme par hasard au milieu d’un vaste Océan, renferme également une curiosité, moins connue peut-être, mais digne d’exciter le plus vif intérêt des voyageurs moins avides de connaître les phénomènes actuels que d’étudier les causes qui les ont produites. Continuer la lecture de Promenade au lac de Tahiti (1860)

Voyage autour du monde. Taiti (1855)

Celtibère, auteur des Poésies religieuses, « Voyage autour du monde. Taiti », Le Messager de Tahiti, du 28 janvier au 4 février 1855

 

Voilà donc Taïti, la perle de la mer,

Ce port hospitalier, ce fortuné rivage !

Nous la touchons enfin. Favorable présage,

Un iris merveilleux, dans les plaines de l’air,

Le ciel libre partout et pur de tout nuage,

Nous l’avait annoncée, avant qu’à l’horizon,

Au milieu des vapeurs qui voilaient l’étendue,

Elle sortît de l’onde et charmât notre vue. Continuer la lecture de Voyage autour du monde. Taiti (1855)

Une histoire contemporaine bien que tirée d’un vieux livre suivi de Esquisses arabes (1848)

« Une histoire contemporaine bien que tirée d’un vieux livre », Le Brûlot de la Méditerranée, 25 mai 1848

Il existait autrefois, à l’entrée de la plaine de la Mitidja, un homme qui possédait un pré et un âne.

Continuer la lecture de Une histoire contemporaine bien que tirée d’un vieux livre suivi de Esquisses arabes (1848)

Il est rare qu’en fait de patriotisme… (1848)

Anonyme, « Il est rare qu’en fait de patriotisme », L’Akhbar, 11 juin 1848

Il est rare qu’en fait de patriotisme, la pratique et la théorie marchent de conserve. C’est sans doute pour cela que tant de fougueux républicains trouvent moyen de se soustraire au service de la milice ou que ceux qui n’ont pu y échapper, s’en acquittent si mal. Ainsi, la ville de Bougie, cité vraiment remarquable par l’incandescence de ses opinions politiques, vient de donner une déplorable preuve de la tiédeur de ses soldats citoyens. Continuer la lecture de Il est rare qu’en fait de patriotisme… (1848)

Chronique locale (1871)

« Chronique locale », Le Moniteur de la Nouvelle-Calédonie, 20 septembre 1871.

La petite localité de Païta vient d’être témoin d’une de ces fêtes étranges qui deviennent de plus en plus rare en Nouvelle-Calédonie et qui, à plus d’un titre, méritent sinon de disparaître entièrement des habitudes du pays, au moins de subir une transformation radicale que la civilisation chrétienne peut seule opérer. Continuer la lecture de Chronique locale (1871)

À Papoa – communiqué (1878)

X., « À Papoa (communiqué) », Le Messager de Tahiti, 27 décembre 1878.

Connaissez-vous Anani ? C’est un bien digne garçon, mutoi par goût, fainéant par tempérament, musicien par occasion. Voyez-le étalant sa nonchalante personne à l’ombre d’un manguier quelconque et fredonnant un de ces airs tahitiens dont le rythme s’accorde parfaitement avec la pensée qui le domine, ne rien faire ! Et pourtant, il m’a rendu un fameux service hier : il a empêché ma cervelle de bouillir dans son enveloppe, ce qui m’a permis de prendre part aux joies qu’une table bien garnie offre aux gourmands.

Continuer la lecture de À Papoa – communiqué (1878)

Les Fastes de l’histoire des Antilles (1876)

Ralu fils, « Les Fastes de l’histoire des Antilles », Les Antilles, 16 février 1876.

Marie d’Orange

Il faut convenir d’une chose, c’est que les Colonies sont bien peu reconnaissantes envers leurs grands hommes ; envers leurs héros, ou envers leurs enfants d’adoption.

Est-ce parce que le nombre en est trop grand ? La phalange est trop serrée, que l’on ne saurait à qui donner la palme ? J’aime à le croire ; car ces terres de feu au sein desquelles la lave bouillonne, ont toujours produits les grands dévouements, les grands cœurs, et les actions d’éclat.

Continuer la lecture de Les Fastes de l’histoire des Antilles (1876)