L’empire de la presse

Sur les territoires colonisés par la France paraissent des journaux locaux qui suivent le développement national de la presse : entre 1830 et 1880, l’époque est médiatique et le journal apparaît comme un support important des publications littéraires. Dans les colonies, les périodiques contiennent ainsi des textes adaptés à leurs territoires respectifs, mais publiés toujours selon la même structure, ce qui permet une comparaison entre les différentes stratégies conduisant à l’élaboration d’identités coloniales. Ces textes médiatiques, par leur diversité et leurs évolutions, représentent une sorte de chaînon manquant entre la littérature des récits de voyage et la littérature coloniale qui se définit au tournant du XXe siècle : interrogés et étudiés sous cet angle, ils prennent valeur de corpus signifiant.


Mais ce corpus est particulièrement fourni et l’on peut s’y perdre. En outre, sur cinquante années de publication dans divers territoires, bien des périodiques n’ont pas été conservés ; ou ils l’ont été, mais de manière lacunaire ; et, dernier point, leur conservation quand elle a eu lieu n’est pas toujours synonyme de numérisation. Il paraissait donc intéressant de publier une édition de certains de ces textes afin de permettre aux chercheurs comme aux curieux de rentrer directement dans les textes médiatiques de la colonisation française. Les articles présentés ici ont été modernisés si besoin, et sont accompagnés d’une courte notice finale qui précise également le lieu de leur conservation.

Pour compléter l’ouvrage à paraître “L’empire de la presse” (Presses universitaires de Strasbourg, 2021), le présent carnet propose donc de publier – l’exhaustivité étant impossible – une anthologie de ces textes coloniaux.


1 réflexion sur « L’empire de la presse »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.