Type. – Un nouveau débarqué (1840)

R. de B. [Roland de Bussy], « Type. – Un nouveau débarqué », Le Moniteur algérien, 4 juillet 1840

 

Le bateau à vapeur de la correspondance l’a déposé sur nos rivages. Il n’est envoyé d’aucune académie de province, d’aucune association humanitaire ; il n’est même pas orientaliste. Il est tout juste admirateur désintéressé de la belle nature et partisan fanatique de la colonisation. En cette éminente qualité il possède le droit d’étudier l’Afrique sous ses faces les plus pittoresques : le tabac à l’état de cigares, la population à l’état de mauresques, et, brochant sur le tout, la fusion à l’égard des pièces de 5 francs.

Il est facile de concevoir de quelle utilité doit être pour notre belle patrie un homme de cette force qui prétend appliquer son intelligence à l’amélioration d’une chose vaste et intéressante et quel intérêt il doit offrir à la colonie en général et aux restaurants en particulier.

L’ensemble de sa personne décèle tout d’abord les hautes pensées qu’il n’a pas ; un sentiment poétique est empreint sur sa physionomie qui de même que sa tenue est rigoureusement scandinave.

En daignant fouler du pied le sol brûlant d’Afrique son premier regard est aux Biskris chargé de ses bagages ; il demeure frappé de leur marche noble et rapide et surtout de la hardiesse de leur ajustement. Leur burnous sillonné d’honorables trouées et de respectable vermine constitue à ses yeux le beau idéal de l’antique.

Au détour d’une rue, une exclamation lui échappe ; il s’est arrêté devant la boutique d’un marchand de sardines, et la face barbue de l’Israélite lui a retracé les types perdus des personnages de la Bible ; toutefois il trouve que les salaisons de l’Algérien exhalent un parfum peu poétique, mais à cette nuance près le faciès le galbe [sic] est en réalité numismatique. Rue du Divan autre exclamation de notre homme qui marche ainsi de barbe en exclamation et d’exclamation en barbe sans trop s’apercevoir que les indigènes sourient passablement dans la leur.

Tant d’émotions le fatiguent ; il sort des murs de la ville au risque de se trouver face à face avec quelque lion de l’Atlas comme cela est arrivé vingt fois à Mad. Ida de St-Elme, la contemporaine, pendant les trois jours qu’elle a profondément étudié Alger. Il ne s’avance donc qu’avec précaution et ne s’aventure guère au-delà des fours à chaux de Bab-el-Oued ou du fort Bab-Azoun. Là encore ce sont extases nouvelles ! c’est un cactus, un aloès puis un palmier devant lesquels il demeure stupide. Il n’est pas jusqu’aux ânes et aux meules de foin qui n’aient le privilège de captiver son inépuisable attention. Le respect qu’il semble professer pour les ânes arrache à ces derniers un cri d’admiration homéopathique.

Nous sommes en hiver et il étouffe ; où est donc votre hiver ? c’est un climat mythologique ! arrière le drap ! le lendemain, en effet, vous le voyez en été quand nous revêtons nos cabans et chaussons nos plus imperméables semelles.

Dévoré d’orientalisme quand même, il songe d’abord à se déguiser en arabe puis à s’enivrer d’opium là où il est inconnu, à se saturer de moka là où l’on ne savoure qu’une désobligeante rinçure de faïence. Dans ses rêves parés des plus vifs rayons du prisme, il se croit transporté dans les harems les plus parfumés ; des odalisques comme Ingres n’a jamais pu en trouver pour ne pas peindre la sienne d’après nature, folâtrent mollement à l’entour de sa couche et caressent sa chevelure d’homme ; ses rêves ont influé sur ses idées ; il ne jure désormais que pipe, turban et minaret. Nos meubles lui font horreur, arrière nos meubles ! une natte et un flambeau rustique, une pipe et une cruche d’eau, voilà le vrai, l’actuel, le seul possible. Puis le ciel a aussi son tour, puis le sol, puis la végétation.

Vous n’avez ici que trois cultures : le café, l’opium, le tabac ; il y a fort peu de temps, il est vrai, que j’étudie la terre d’Afrique mais j’en ai vu assez peu pour avoir des principes parfaitement arrêtés ; ainsi donc : café, tabac, opium. Subsidiairement, quant aux Arabes, je demeure étrangement surpris qu’on les tienne pour des anthropophages. Ce sont les meilleurs gens du monde ; ils mangent, comme on dit, dans la main. Tenez, je vais chaque soir au café arabe de la rue Damfreville, eh bien dans ce même café tout lardé d’arabes des montagnes, j’ai de nombreux amis qui m’y accueillent avec une grâce parfaite : Francis bono, bono Francis, telles sont leurs expressions favorites. Il n’est pas jusqu’au petit arabe qui cire ma chaussure qui ne soit d’une aménité charmante. Or je ne crois pas avoir besoin de vous dire que toutes les variétés indigènes sont étrangement confondues dans sa tête ; c’est une incroyable macédoine. Pour lui une juive est une mauresque ; celle-ci est à son tour une bédouine ; un juif est transformé en arabe. Toutefois son assurance l’abandonne à la vue d’un zouave ; il hésite ; il ne sait trop s’il doit les classer parmi les spahis ou l’insérer dans la catégorie des turcs ou des chasseurs d’Afrique.

Le sublime du progrès colonial est, à ses yeux, le café de la Régence ; les cahuttes des faubourgs, ornées d’un fromage de gruyère et de quelques saucisses sont également des éléments et des preuves incontestables de la prospérité du pays.

Pénétré de l’importance de ses investigations et de la profondeur de ses vues, notre touriste désintéressé se hâte d’en composer une relation qu’il enverra à ses amis pour la faire insérer dans le journal du lieu ; mais par bonheur pour son lecteur et par suite d’une bizarrerie naturelle à tous les nouveaux débarqués, il n’a pas confié sa lettre à la poste, c’est trop simple, elle parviendrait ; il a, dit-il, profité d’une occasion sûre et prochaine ; c’est dire qu’elle n’arrivera jamais.

Enfin après s’être annoncé comme amateur désœuvré, chamois intrépide du Mont-Blanc, baigneur encore ruisselant des Eaux de Bade ; après s’être abreuvé aux mamelles des vaches de la vallée de Chamouny [sic], s’être asphyxié aux exhalaisons sulfureuses du Vésuve, notre lion désintéressé horriblement fatigué d’extases et de flâneries orientales, commence à ressentir les premières atteintes du positivisme ; c’est désolant, mais c’est actuel et possible. Il cherche à se désennuyer ; déjà le lustre de ses habits d’Humann s’est étrangement flétri ; la physionomie de son feutre s’est modifiée, toute la tenue en un mot s’est ressenti de la condition hypothétique du propriétaire ; il cherche donc à se distraire utilement ; il accepterait volontiers un emploi gratuit mais non rétribué fi donc ! cependant vous l’obligeriez beaucoup, je vous jure, si vous pouviez lui donner quinze cents francs de traitement, ce serait pour rien, parole d’honneur !

Conservation : ANOM (BIB AOM 50200) ; Gallica (collection lacunaire). Article consultable dans sa publication originale ici

En troisième page, cet article de Roland de Bussy (1810-1873) copie le fonctionnement des “types” issus de la littérature panoramique en vogue dans les années 1840 (voir Les Français peints par eux-mêmes, sommet du genre). Personnage important des débuts de la colonisation, Roland de Bussy est au départ le rédacteur en chef et directeur de l’imprimerie. Charles Aumérat dans ses Souvenirs algériens explique cette nomination dans ces termes : “C’était le fils de son père, lequel avait occupé des fonctions importantes en France et était à Alger dans ces temps-là commissaire du Roi, Maire, Préfet, Chef de la justice, de la police, et je ne sais quoi encore”. Le type du “nouveau débarqué”, particulièrement traité dans les textes coloniaux, apparaît ici sous les traits du touriste orientaliste habillé chez Humann (connotant le dandysme parisien), feignant de parler une forme de sabir (“Francis bono”), et admirant les “Biskris”, portefaix (souvent porteurs d’eau) fréquents dans les textes de la colonisation algérienne. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.