Un chasseur changé en cerf, ou le nouvel Actéon (1842)

Anonyme, « Un chasseur changé en cerf, ou le nouvel Actéon », L’Akhbar, 10 et 13 février 1842.

Les premiers rayons du soleil commençaient à dorer les cimes de l’Atlas, du côté de l’orient ; déjà, au-dessus du mont Anmal, on devinait l’approche de cet astre aux teintes pourpres dont le paysage commençait à se colorer. Sur toute la Mitidja, se balançait un brouillard d’une blancheur éblouissante, qu’un observateur inexpérimenté eût aisément pris pour une vaste rivière roulant des flots d’argent liquide. L’azur du ciel, d’une pureté inexprimable annonçait une de ces magnifiques et chaudes journées si communes dans l’espèce d’été de la Saint-Jean, qui sépare presque toujours les pluies de l’automne de celles de l’hiver.

M. Duflos, honnête épicier d’Alger, avait l’avantage d’examiner cet admirable spectacle du haut de sa terrasse, vu qu’il joignait aux nombreuses qualités qui distinguent en général sa respectable, celle d’être excessivement matineux, et ne ressemblait ni à moi ni à vous peut-être, ami lecteur, qui n’avons jamais vu se lever le soleil ailleurs que dans le ciel de l’Opéra. Cependant, les idées qui occupaient M. Duflos dans sa profonde contemplation, ne se rattachaient que d’une manière très indirecte au culte de la nature. On va en juger par le monologue suivant, dont nous garantissons l’authenticité.

« La chasse est ouverte depuis deux mois ! tous mes amis, tous mes voisins, tous mes collègues, et jusqu’à Daubru lui-même, malgré son abdomen phénoménal, tous ont saisi l’un après l’autre le fusil à deux coups, endossé la carnassière, et après avoir parcouru les environs d’Alger, depuis l’Harrache jusqu’au cap Caxines, ont rapporté triomphalement du gibier plus ou moins volumineux ; quelques-uns ont eu l’avantage d’apercevoir des Hadjoutes et celui plus grand encore, de ne pas être aperçu par eux ; il en est même un qui, plus favorisé en fait d’émotions, a failli rencontrer une panthère. Et moi, tristement confiné dans un comptoir, où me clouent les détails de mon commerce et les exigences de madame Duflos, je vois mon fusil Lepage et mon chien Pyrame, se rouiller de conserve. Il faut que j’écoute, en rongeant mon frein, les récits merveilleux de ces fortunés chasseurs qui ont eu l’inappréciable avantage de se désaltérer dans les eaux de l’Harrache, ou d’attraper des entorses dans les ravins du Bouzaréah. »

Surexcité par cet examen rétrospectif, M. Duflos en était venu à se demander s’il n’enverrait pas promener sa boutique et sa femme, afin de se livrer au moins une fois à un exercice pour lequel il était passionné ; une circonstance, assez indifférente en elle-même, fixa toutes ses incertitudes. Comme il arrive aux individus ordinairement agités par de grandes pensées, notre épicier gesticulait outre mesure ; dans la feu de sa pantomime, la casquette de loutre qui n’abandonnait jamais le chef de son propriétaire, (et cela afin d’éviter à ce dernier le désagrément de consommer, pour son propre usage, la détestable réglisse qu’il vendait fort cher aux bons gendarmes), la casquette protectrice fut lancée au bout de la chambre avec une énergie et une dignité qui rappelaient quelque peu l’action du Grand Condé jetant son bâton de commandement dans les lignes de Fribourg. Pyrame, le chien de M. Duflos, suivait depuis quelques temps avec inquiétude les violentes démonstrations télégraphiques auxquelles se livrait son maître, démonstrations qui contrastaient avec ses manières habituellement graves et posées ; s’élancer sur le loutre de M. Duflos, le saisir avec délicatesse entre les deux mâchoires et venir le déposer humblement aux pieds de son maître, ce fut l’affaire de quelques secondes pour ce quadrupède intelligent. L’épicier, voltairien en apparence, était superstitieux au fond comme le sont presque tous ses collègues. Il vit dans cet incident un augure, une espèce d’avis du ciel ; et s’armant de son fusil, de sa carnassière et de son courage, il alla aussitôt se présenter devant le lit conjugal où sa chaste moitié dormait encore de ce profond sommeil qui est l’apanage d’une bonne conscience ou d’une excellente santé. M. Duflos réveilla résolument sa redoutable épouse et lui exposa ses desseins avec une fermeté dont le digne homme était tout surpris lui-même. Il s’attendait à une scène et cherchait déjà dans sa mémoire le passage du code civil que M. le maire lui avait récité le jour de son mariage, il y avait de cela quelque vingt ou vingt-cinq ans, passage duquel il résulte que la femme doit obéissance à son mari ; mais, contre son attente, il n’eut pas besoin de cet effort d’érudition, car Mme Duflos prit la chose avec une douceur toute particulière ; elle souhaita même une bonne chance à son chéri et lui demanda seulement à quelle heure il pensait rentrer au domicile conjugal. Elle ajouta que les dernières neiges ayant fait descendre les lions de l’Atlas dans la plaine, elle espérait bien que son courageux époux lui rapporterait au moins un de ces nobles animaux dont la dépouille servirait à faire une magnifique descente de lit.

Exalté par ce concours de circonstances favorables, M. Duflos s’élança dans la rue qu’il parcourut d’un pas rapide et fier. Lorsqu’il eut dépassé les dernières maisons du faubourg Bab-Aoun, c’était un plaisir de voir avec quel sentiment de jouissance exquise sa poitrine d’épicier se dilatait, aspirant de toute la force de ses vigoureux poumons la fraîche brise de mer qui ridait alors légèrement les eaux de la rade. Pyrame avait peine à suivre son maître dans la vivacité de sa marche, vu qu’il était affligé d’une obésité assez remarquable, fruit d’un long repos et du régime trop substantiel qu’il suivait dans la maison Duflos.

Pendant que l’orgueilleux épicier et son gras quadrupède arpentent à grands pas la route de la Maison-Carrée, nous allons donner la description de ces deux personnages essentiels. L’homme occupant le premier rang dans l’échelle zoologique, nous commencerons par M. Duflos. Cet honnête industriel, véritable type de sa profession, avait cela de caractéristique qu’il n’avait absolument rien de remarquable. Ni grand, ni petit, ni gras ni maigre, ni beau ni laid ; possesseur d’une physionomie que les grandes passions avaient constamment respectée, il eût été difficile de lire son âge sur sa figure ; et sans quelques fils d’argent qui brillaient çà et là au milieu d’une épaisse chevelure, que Mme Duflos, dans ses bons jours, appelait blonde, et que les mauvaises langues accusaient d’être rousse, on eût pu aussi bien le croire jeune que vieux.

Pyrame, bien qu’il n’eût jamais chassé autre part que dans le magasin de M. Duflos et qu’il n’eût jamais rapporté d’autres gibiers que le mouchoir de poche, les pantoufles ou la casquette de loutre de son maître, Pyrame pouvait cependant se vanter d’une noble origine. Il descendait d’une chienne de pure race ; mais soit que celle-ci eût eu quelque indigne faiblesse en amour ou qu’il lui fût arriver de se mésallier, on remarquait dans sa progéniture des caractères qui rappelaient involontairement l’humble mâtin ou même le carlin hargneux ; Pyrame, nous le disons à regret, mais la vérité de l’histoire nous y oblige, Pyrame avait les oreilles d’une rectitude désespérante et sa queue affectait la forme de cette pétrification en spirale que les naturalistes appellent arme d’Ammon, ou, pour parler plus clairement, elle était en trompette.

Je commence la série des événements qui ont fait de cette journée l’époque la plus remarquable de la vie de M. Duflos. Je dois à un heureux hasard la découverte du récit que l’honnête épicier en a écrit lui-même et que dans un moment de distraction il m’a communiqué sans le vouloir, s’étant servi du papier où il se trouvait consigné pour envelopper une livre de sucre que j’achetais modestement dans son magasin. Je laisserai donc parler lui-même le héros de l’aventure ; le lecteur ne pourra qu’y gagner sous le rapport de la vérité et de l’intérêt. 

Emploi de mon temps pendant la journée du 15 novembre 1841

Arrivé à la hauteur de Kouba, j’aperçois des alouettes et des étourneaux. Ayant promis à Mme Duflos de lui rapporter un lion, je ne puis prostituer ma poudre à un gibier microscopique. Malgré les agaceries de Pyrame, je résiste à la tentation et continue ma route. Me trouvant auprès d’une ferme, qu’on appelle Modèle, je ne sais trop pour quoi, vu qu’elle ne paraît pas un modèle à imiter, j’ai tiré trois coups de fusil, malgré ma résolution primitive. C’était sur des lièvres ; mon fusil a raté trois fois, en dépit du proverbe qui assure que le troisième coup fait feu. Ce sera peut-être le quatrième, à moins que les proverbes d’Europe n’aient pas cours en Afrique. La chaleur est atroce ; si je n’ai pas encore de gibier, en revanche je possède un magnifique coup de soleil qui me donnera un aspect martial à ma première garde : j’aurai le faux air d’un troupier qui revient d’expédition. Enfin, un lièvre me part à six pas ; je crains d’abord que mon fusil n’imite pas ce quadrupède, mais cette fois il fait feu. L’animal est touché, car j’ai vu son poil voler sous le coup. Diable de lièvre, le voilà qui passe en furie et se blottit dans un fourré épais. Je m’élance à sa poursuite : les ronces, les cactus, les aloès, semblent s’être ligués pour m’empêcher de saisir ma proie. Je persiste, la sueur inonde tout mon corps, et se mêle au sang que les piqures d’épines font couler de mon pauvre individu. J’appelle Pyrame, ce chien stupide ne comprend pas mon embarras, ni ce que je veux de lui ; ouvrant de grands yeux, absolument comme mes miliciens quand je leur fais un commandement. Je vais à lui, le saisis par les deux oreilles et tâche de le mettre sur la voie : il m’oppose toute la force d’inertie dont il est capable, et s’obstine à ne rien comprendre, je l’abîme de coups de fouets : il va se réfugier dans la broussaille. Désespéré de cette résistance intempestive, je ne prends conseil que de mon courage. Cependant, au lieu de me buter à attaquer la position de front, je la tourne diplomatiquement, cherchant un endroit faible. Je suis sûr d’avoir blessé mon lièvre, et qu’il est blotti dans le fourré. Après un quart d’heure de recherches, j’entends remuer dans les herbes. Ce doit être mon gibier qui se débat ; j’ai encore un coup chargé, je tire au jugé. Damnation ! C’est Pyrame que j’ai frappé, Pyrame, qui cherchant à se rapprocher de moi pour se ménager un raccommodement, était venu dans le fourré ! Le pauvre animal tout sanglant se traîne à mes pieds, me lèche la main et meurt.

Pendant que je me désole, le propriétaire du terrain sur lequel je me trouvais, arrive flanqué de deux chiens monstrueux, et dont les aboiements féroces annoncent les intentions les plus malveillantes à mon égard. Il me reproche le délit dont il prétend que je me suis rendu coupable en pénétrant à travers sa haie ; et, sans pitié pour ma douleur, il m’oblige de lui donner mon nom et mon adresse. Troublé par la mort de mon pauvre Pyrame, fasciné par la présence des deux énormes cerbères qui paraissent vouloir me mettre en pièces, je n’ai pas la présence d’esprit de faire une fausse déclaration. Enfin, cet homme sans pitié s’éloigne avec ses redoutables gardes-du-corps ; je donne un dernier regret à mon pauvre Pyrame et je quitte un lieu qui m’avait été si fatal. Au moment où j’allais retraverser la haie, j’aperçois le lièvre cause de tous mes malheurs, qui se traîne devant moi. Mon fusil est déchargé, mais exaspéré par la fureur, je le saisis au canon et assène au lièvre en question, un coup de crosse à tuer un bœuf. Je ne tue cependant pas le lièvre, qui gagne un taillis tout en boitant ; mais je casse mon fusil Lepage.

Puisqu’il faut renoncer à la chasse, faute de chien et de fusil, je veux du moins utiliser ma sortie en allant visiter un fleuve célèbre qu’on appelle l’Harratche. Tandis que j’examine un lit de sable où il ne manque que de l’eau pour faire une rivière, j’aperçois sur le bord opposé deux cavaliers bédouins qui paraissent étudier mon signalement. Je ne doute pas que ce ne soit des Hadjoutes ; et n’ayant aucune espèce d’arme pour leur livrer combat, je me sauve dans un marais où j’entre jusqu’aux aisselles. Il ne me paraît pas encore assez profond et je crains que mon buste ne soit aperçu par l’ennemi. Pour diminuer cette chance fâcheuse, je jette ma casquette et me courbe de manière à avoir de l’eau jusqu’au niveau de la lèvre inférieure. J’attrape un affreux coup de soleil sur la tête. Les bédouins s’éloignent enfin, je sors du marais en y laissant toutefois les débris de mon fusil, ma casquette, ma carnassière et mes souliers, trop heureux de n’y pas laisser la vie.  

À moitié mort de faim, souffrant péniblement de mon double coup de soleil, je prends la route d’Alger et j’arrive chez moi deux heures plus tôt que je ne l’avais promis. J’entre dans la chambre de ma femme. Ô honte ! Ô douleur !… »

Je supprime la fin du récit de M. Duflos, qui raconte en termes trop naïfs pour être reproduits ici, la dernière et grande infortune qui devait couronner cette journée si néfaste pour lui. Je dirais seulement qu’il résulte de la péripétie du récit en question, que cet infortuné chasseur se trouvait comme le célèbre Actéon, transformé en cerf, avec la légère différence que cet accident arriva à Actéon parce que Diane avait été trop chaste, tandis que M. Duflos n’en fut affligé que parce que son épouse ne l’avait pas été assez.

Conservation : ANOM (BIB AOM 30637) ; BNF (JO – 11160).

L’Akhbar est le plus vieux titre privé en Algérie. Dans ce récit burlesque, l’on retrouve le thème de la chasse au lion, de l’attaque des terribles Hadjoutes (synonymes de violence dans les textes coloniaux), de la rencontre avec le colon (et de la ferme modèle) : mais tous ces éléments sont détournés par le personnage de l’épicier et ses aventures ratées. Le récit enchâssé, caractéristique des récits dits authentiques, souligne encore le côté plaisant de ce Tartarin avant l’heure qui montre déjà les attendus des récits coloniaux algériens. 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.