Le Jugement de Dieu (1849)

Rousseau St-Val, « Le Jugement de Dieu », Le Commercial, 26 septembre 1849.

Approche ici, Bissette, et dévoile ton cœur

Au Dieu de l’univers, ton divin créateur.

Un chrétien tel que toi n’est pas dans l’ignorance

Que l’esprit infini lit dans la conscience ;

Qu’il sait en démêler les fils les plus tenus,

Et qu’alors, tous détours deviennent superflus.

Bissette

Seigneur, ferme en ma foi dans vos divins mérites,

Ces grandes vérités dans mon cœur sont écrites,

Ce cœur sera loyal, parce qu’il croit en vous,

Et qu’il veut apaiser votre juste courroux.

De mes frères captifs les odieuses chaînes

Faisaient courir mon sang bouillonnant dans mes veines ;

Mon esprit révolté ne pouvait consentir

À les voir constamment destinés à souffrir.

Emporté par l’ardeur dont pétillait mon âme,

J’ourdis avec les miens une terrible trame.

À ma voix, tous les bras s’empressent de s’armer,

On jure de mourir ou de se rédimer,

Plus léger que méchant dans ma fugue insensée

Je crus beau de venger la nature blessée,

Je ne redoutais point de payer de ma mort

Un laurier qui des miens adoucissait le sort.

Hélas ! j’oubliai trop dans cette circonstance

Que le hideux système émanait de la France ;

Qu’il naquit tout entier de règlements royaux,

Reléguant l’africain au rang des animaux,

Et qu’alors, au colon, ne revenait l’injure

D’être l’auteur d’un mal dont son âme était pure.

Du crime, à mon insu, je devins l’instrument :

J’oubliai le fautif, m’en pris à l’innocent.

Mais juste en vos décrets, ô divine lumière !

Je vis mon grand dessein se résoudre en poussière.

Soudain, je fus vaincu, poursuivi, condamné,

Et l’exil expira mon vœu désordonné.

 

Dieu

Bissette, c’est fort bien ; j’approuve ta franchise :

C’est la noble vertu qui te caractérise.

Criminel par les faits, tu fus grand par le cœur :

Tu te trompes de route et voilà ton erreur.

Mais apprends de ton Dieu, que jamais sur la terre

Le bien ne peut surgir d’une coupable guerre ;

Qu’un forfait ne saurait racheter un forfait,

Et qu’un mal inutile est toujours un méfait ;

Que le sang innocent a droit à ma justice ;

Que je dois en punir l’injuste sacrifice.

Bénis donc ma bonté de t’avoir empêché

D’imprimer sur ton front cet horrible péché.

 

Bissette

J’ai reconnu, mon Dieu, votre sollicitude ;

Elle a rempli mon cœur de vive gratitude ;

L’école du malheur a mûri mon esprit,

Et, de mes torts passés, je suis vraiment contrit.

Un soleil plus heureux s’est levé pour mes frères,

La douce liberté les voit sous ses bannières,

Mais de ce grand bienfait ignorant les devoirs,

Ils déclinent tous droits, s’arrogent tous pouvoirs.

Des meneurs imprudents, montagnards égoïstes

Exploitent leur esprit, les rendent anarchistes ;

La discorde est le but de leur fatal mandat,

C’est le vœu le plus cher de leur grand candidat ;

Il sait qu’en l’union gît pour lui l’anathème,

Aussi la combat-il à l’aide du blasphème.

 

Dieu

Mes yeux sont attachés sur ces hommes pervers

Qui subiront bientôt un immense revers ;

Ils sont déjà pesés dans ma juste balance,

Et des remords cuisants seront leur récompense.

Retourne près des tiens, et dessille leurs yeux,

Dis-leur que la concorde est l’objet de mes vœux ;

Que l’affreux désaccord, comme au malin ulcère,

Ronge les nations et cause leur misère.

Je ne te cèle point que souvent ton chemin

Sera loin d’être uni, comme un lisse vélin ;

Quelques aspérités, de distance en distance,

Arrêteront tes pas, mais non ta persistance ;

Tu vaincras tout obstacle, en dépit de Schoelcher,

Dont le prisme menteur est un don de l’enfer.

Ton œuvre te fera le plus grand de ta race,

Et déjà, dans le ciel, j’ai désigné ta place ;

C’est le prix que j’accorde au dévouement humain,

Consacré tout entier au bonheur du prochain.

 

Pointe-à-Pitre, le 18 septembre 1849,

Rousseau St-Val

 

Conservation : ANOM (BIB som pom/e/589) ; Gallica pour quelques numéros de 1870 et 1871.

Cyril Bissette (1795-1858) est une figure de l’abolitionnisme, créateur de la Société des gens de couleur (1834) et de la Revue des colonies (1834-1843), député de la Martinique en 1848. Il s’oppose à Victor Schoelcher, d’où cette mention dans le poème. Voir le site de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage. En 1849, les débats autour de sa candidature à la députation sont assez vifs : ce poème, qui évoque également son exil parisien, fait partie de l’atmosphère polémique. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.