Les îles du Salut (1852)

J., « Les îles du Salut », La Feuille de la Guyane française, 3 juillet 1852.

Naguère, le navigateur qui côtoyait les îles du Salut s’étonnait de voir ce charmant petit groupe d’îles envahi jusqu’au rivage par la végétation luxuriante des Tropiques. A peine découvrait-il çà et là quelques touffes de bananiers chargés de plantes grimpantes qui se faisaient jour dans les massifs de verdure sauvage, comme pour témoigner du passage éphémère des hommes.

Et, cependant, les îles du Salut offrent, non seulement un séjour gracieux et salubre, mais encore une des positions les plus intéressantes des Guyanes, sous le rapport maritime, commercial et militaire.

C’est, en effet, le seul point de ces côtes plates et alluvionnaires où des navires de toutes dimensions peuvent trouver un mouillage sûr et tranquille. C’est un port pour lequel la nature a tout fait, et qui est certainement destiné à devenir l’un des points de convergence des grandes lignes de navigation à vapeur qui relieront bientôt toutes les nations riveraines de l’Amérique et du vieux continent.

Mais nous n’avons pour but, ni de développer ce thème fécond, ni même de dérouler toutes nos espérances ; nous voulons seulement prendre acte du présent ; le lecteur conclura pour l’avenir.

Que l’on ne perde pas de vue, toutefois, que nous parlons d’un pays où les ruines suffisent à peine pour rappeler quelques instants d’une prospérité contestée, où l’industrie locale se meurt, où l’on ne trouve que peu ou point de ressources.

Il y a trois mois à peine que les plateaux de l’île Royale (la plus grande des îles du Salut) ont retenti du premier coup de hache, et maintenant on y trouve une petite ville toute vivante, où se coudoient, dès le point du jour, des ouvriers de toutes sortes, travaillant avec ardeur à l’agrandissement de cette ruche naissante. Une belle route creuse ses lacets dans l’escarpement, et relie le débarcadère en construction au plateau principal : là, des lignes régulières de baraques, saines, solides, élevées sur leurs piliers de briques, largement aérées, forment un véritable bourg dont les rues s’allongent, se nivellent et sont incessamment encombrées de groupes en mouvement. Les jardins potagers se dessinent en plates-bandes ; des sentiers largement frayés serpentent dans les bois réservés sur les pentes abruptes ; les puits se creusent ; les carrières enfantent leurs blocs de pierres taillées, les forges tourmentent sans cesse le fer et l’acier pour remplacer les outils que le travail dévore ; les lourds fardeaux que jettent sur la plage les navires qui se succèdent sont portés sans relâche au lieu où ils doivent être utilisés ; enfin, partout s’offre le spectacle si attrayant du travailleur satisfait de son œuvre et plein de l’espoir d’en recueillir les fruits. Suivons cette route que nous avons escaladée à la hâte : On nous montre l’hôpital, l’infirmerie, le logement des sœurs, celui des aumôniers, le corps-de-garde… que sais-je ? C’est à ne pas y croire, quand on songe que l’on est en pleine Guyane, sur la terre classique des impossibilités, des désillusions, des déceptions traditionnelles.

Et cependant, ce n’est pas tout, en face de l’île Royale, sur l’île Saint-Joseph, la même œuvre est entreprise et marche rapidement.

A quelques lieues de là, sur l’îlet la Mère, plus pittoresque encore que les îles du Salut, mais dont les abords ne sont pas accessibles à des navires de fort tonnage, on trouverait déjà tout un village qui attend ses hôtes.

Cela est remarquable, étonnant sans doute, mais ce n’est pas ce qui causera l’admiration de l’observateur intelligent.

Avez-vous jamais visité en France ce hideux séjour que l’on nomme le bagne ? Là, des misères physiques punissent justement le crime, mais l’abjection endurcit le criminel ; là, en voyant ces tristes groupes de condamnés qui travaillent sans courage sous le bâton, en voyant ces chaînes, ce costume uniforme et sinistre, ces regards implacables et désespérés, vous devinez que ces hommes, dégradés par une faute, ont laissé l’espérance à la porte et qu’ils se croient fatalement destinés à parcourir jusqu’au bout la route terrible qui côtoie l’échafaud.

Suivez-nous maintenant aux îles du Salut : voyez la confiance, la joie dans tous les regards, les transportés cachant, sous leur pantalon de travail, le simple anneau qui leur rappelle qu’ils sont encore bien jeunes dans la carrière de la réhabilitation.

Quant à ces hommes à la nature mauvaise qui trônaient au bagne et professaient le vice, ils n’osent plus ici se montrer au grand jour : ils savent qu’un châtiment sévère les frappera dès leur première faute, et ce châtiment est d’autant plus redoutable, qu’ils doivent le subir au milieu des huées et des malédictions de leurs anciens frères, dont ils retardent l’émancipation.

Aussi quel calme général ! Le soir, devant chaque porte, les travailleurs s’attablent pour prendre leur repas et jouir de la fraîcheur ; on parle de la grande terre, de l’avenir, on renaît à l’espérance : L’espérance !… N’est-ce pas un pas immense vers la purification.

Arrêtons-nous, car il ne nous est pas permis de sortir de la limite des faits, disons seulement que la main puissante qui a signé le décret du 8 décembre semble avoir imprimé sa dévorante énergie à l’homme choisi entre tous pour l’exécuter.

Les débuts sont magnifiques, puissent-ils, comme nous y avons foi, être les prémices de succès croissants.

J.

Lorsque cette note a été écrite, les îles du Salut n’avaient encore été le théâtre d’aucun fait rappelant le passé de ses nouveaux habitants : nous le disons avec un profond regret, un crime vient d’être commis par un transporté, sur un de ses camarades : la justice informe, nous devons garder le silence.

Hâtons-nous de dire, toutefois, que le commissaire général de la Guyane française qui s’est transporté, aussitôt, aux îles, a trouvé sur tous les visages l’expression de la consternation et de la douleur.

Conservation : ANOM (BIB AOM 50092) ; BNF (JO – 3036)

Les îles du Salut sont les îles où l’administration installa le bagne par un décret de 1852. La description des îles rejoint ici le thème de la colonie comme possibilité de nouvelle vie et de réhabilitation pour les “transportés” (les bagnards). Commençant par un “naguère”, évoquant les “prémices”, cet article permet également de voir comment les textes du journal sont pris dans l’actualité et doivent composer avec l’aspect informatif. 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.