On nous demande la suite de la chanson de Raïroa (1854)

Anonyme, Le Messager de Tahiti, 14 mai 1854.

            On nous demande la suite de la chanson de Raïroa, dont nous avons publié le refrain dans notre numéro du 30 avril. Voici la ronde toute entière.

LE PETIT OISEAU

Ronde des Pomotous

Ia ha ! trarara, trarara rara !

Que je voudrais être un petit oiseau

Qui vite vole

Qui vole, vole

Que je voudrais être un petit oiseau

Qui vole vite et vole si haut !

 

Dans la brise

Que tamise

Le feuillage vert et frais,

Plus léger que l’écume

Au front de l’onde qui fume

Plus léger que n’est la brume,

Joyeux je voletterais.

 

Deux voix aux extrémités du groupe :                      1ère Ici-bas je lorgnerais

Ia ha ! trarara, etc.                                          2ème Et moi je caquèterais

 

Jeune fille

Qui babille,

Et croit cacher ses secrets !

Ce que souffle à son oreille

L’amour qui point ne sommeille,

Ce que son cœur lui conseille,

Dans mes chants je le dirais.

 

1ère voix. Comme elle je gémirais

2ème —-. Comme elle je m’en rirais.

Ia ha ! trarara, etc.

 

Pauvre mère,

L’âme amère

Pleure un fils mort de regret ;

Sous le toit de la chaumine,

Où le noir souci te mine,

Mon chant que rien ne chagrine ;

Attendri te distrairait.

1ère voix. Mon chant sur toi pleurerait

2ème —. Mon chant te consolerait.

 

Ia ha ! trarara, trarara rara !

Que je voudrais être un petit oiseau

Qui vite vole

Qui vole, vole

Que je voudrais être un petit oiseau

Qui vole vite et vole si haut !

Conservation : ANOM (BIB AOM 50102) ; BNF (JO – 5953). Article consultable ici sur Gallica.

Le Messager de Tahiti a publié le 30 avril 1854 un article qui présentait l’archipel des Pomotous et plus particulièrement l’île Raïroa. Au cours de la description se trouvait la strophe d’une chanson ; c’est cette chanson que le journal publie, cette fois sans commentaire. On peut noter ici l’emploi du “on” et la mention du lectorat du journal – lectorat local, forcément, puisque le journal a ajouté cet article deux semaines après le précédent.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.