Archipel des Pomotous. L’île Raïroa (1854)

Anonyme, « Archipel des Pomotous. L’île Rairoa », Le Messager de Tahiti, 30 avril 1854

   Quand on suit en bateau le cours d’un grand fleuve, l’œil est à chaque instant charmé de la diversité des aspects qu’offrent ses rives. Tantôt on se trouve resserré entre de hautes montagnes, tantôt on ne sait plus reconnaître où est le lit, où est la rive. C’est l’effet qu’on éprouve quand on va de Matea à Raïroa. Aux approches de cette dernière île on voit poindre ça et là des bouquets de verdure sur une bande de sable dorée par le soleil et frangé d’une écume étincelante ; on dirait un collier de turquoises enchâssées dans de l’or émaillé d’une bordure d’argent. Est-ce la terre ? Est-ce la mer ? est-ce une chaîne d’îlots capricieusement étalés sur l’azur de l’Océan ? Comme un grand lac qu’entourerait un mur, Raïroa n’est qu’un bassin de 43 milles de longueur, enveloppé d’une muraille calcaire de 100 à 200 mètres d’épaisseur, qui s’élevant presque verticalement du fond de la mer, tantôt vient affleurer la vague, tantôt la dépasse en petites dunes couvertes d’arbustes d’un vert éclatant, et s’entrouvre en deux endroits, comme par deux portes, pour donner passage aux flots et aux navires. Ces deux passes, à 7 milles environ l’une de l’autre, sont situées dans la face nord-ouest de l’île. La plus au nord est la plus sûre ; et une fois entré, sans quelques pâtés de corails qu’indique la teinte changeante de l’eau et qu’on évite facilement, la navigation est sans danger, par des fonds de 8 à 20 brasses, d’ailleurs un pilote indigène vraiment habile vous prend et vous guide.

Raïroa renferme douze districts. Le premier Farerii, situé sur la passe sud, est le plus important : on y compte 35 chefs de famille, c’est là qu’on va mouiller. Il a pour chef Mopu, né à Tahiti, dans le district de Papeuriri.

Puis viennent successivement en remontant par le nord : Faréura qui embrasse la seconde passe des deux bords ; son chef a nom : Ati-Fareuro ; il né à l’île d’Ana ; et le nombre des familles n’est que de vingt. Atimoeroa, dont le chef est Mareré. – Atihoara ; chef Teiva. – Farérii (nord), qui a à sa tête une cheffesse nommée Temauri. Elle est née à l’île d’Ana ; mais elle a longtemps habité Tahiti. La population est réunie sous une vingtaine de chefs de famille. – Pafarau ; Touraïvahia, chef. – Atimaure ; chef Moho. – Atitahiri ; chef Tahiri. – Atimotaï ; chef Tahuramoehao. – Atimaréré ; chef Tetio Tamairi. – AtimahenaHaoatoofaa, chef. – Atipahio, dont le chef est Noïatoofaa.

En calculant d’après le nombre des chefs de famille, et en tenant compte des habitudes nomades des Pomotous, la population doit être d’environ 600 habitants. Ils appartiennent à une secte protestante. Leurs ministres indigènes baptisent dans la mer, comme on le leur a enseigné « Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit », lisent et prêchent la Bible en langue vulgaire et chantent avec leur communauté les hymnes protestantes. Dans ce pays où le soleil est brûlant ; on dort le jour ; et la nuit ils se lèvent, se réunissent dans la grave et simple cabane du ministre, et vous réveillent par leurs chants sacrés qu’ils entonnent en choeur. C’est une bonne et douce population, comme toute celle du protectorat ; de moeurs primitives infiniment moins raffinées que celles des Tahitiens. Ils ont accueilli le Gouverneur avec timidité d’abord, puis avec une gaieté doucement expansive. Les femmes portent la longue robe des femmes de Tahiti et se couronnent de fleurs de cocotiers artistement arrangées comme les couronnes de Ti. Leurs danses sont naïves ; ils mettent en chants et en danse tous les actes de la vie. Quel charme indéfinissable que de les écouter le soir sous un ciel irradiant, argenté par la lune et tout semé d’éclatantes étoiles, assis sur le corail brisé, abrité par le panache des cocotiers où la brise se tamise en murmurant dans les franges du feuillage, ayant devant soi le lac paisible où semblent dormir les rayons reflétés des astres, derrière soi l’Océan qui gronde sur le récif ; quel charme d’écouter leurs chants choisis, et comme ils en ont d’une inspiration délicieuse, comme on peut en juger par ce refrain :

            Ia ha ! trarara, trarara rara !

            Que je voudrais être un petit oiseau

                       Qui vite vole

                       Qui vole, vole

            Que je voudrais être un petit oiseau

            Qui vole vite et vole si haut !

Et toute la ronde mène de ce train charmant les plus riantes images ; et les femmes accroupies en ligne sur une natte mêlent leurs voix avec un accord d’une simplicité harmonieuse ; et mains de frapper en cadence et bras de s’agiter comme dans un doux battement d’ailes, et tambourin de résonner mollement sous les doigts, et chagrins de s’oublier dans cette poésie de toute la nature.

Malheureusement, il n’y a pas une goutte d’eau douce dans toute cette île. Les habitants boivent du lait de coco qui semble là plus exquis qu’ailleurs ; est-ce une illusion ? ou bien le sol imprégné d’eau de mer communique-t-il au fruit une saveur plus agréable ? Ils ne cultivent guère que quelques taros, âpres au goût ; la terre végétale manque. Mais leur lagon, mais leur récif abondent en excellent poisson, et ils nourrissent quelques volatiles et des cochons.

L’île ne doit pas avoir été peuplée depuis longtemps ; on en peut juger par l’âge des cocotiers qui ne dépasse pas quinze ans et par le peu de terre végétale que les débris de feuilles y ont répandu. La base est un calcaire coquillier par plaques d’un très beau grain dans la partie supérieure ; à fleur d’eau et à un mètre au-dessus sont des bancs de roche corralline formés d’agrégats que le soleil et la pluie ont bientôt mis en pièces, et qui amoncelés successivement par les flots et les vents s’élèvent en dunes dont la hauteur ne dépasse pas l’élévation des plus hauts ras de marée. Tout le fond du lagon est tapissé de corail, ainsi qu’une grande partie du récit. La végétation qui les recouvre ressemble, aux grands arbres près, à celle de Matea. On y trouve quelques euphorbiacées, une espèce de cresson du plus haut goût, l’Athéa dont la fleur rappelle le parfum de l’oeillet, beaucoup de pandanus, et ces arbustes traînants des sables dont les branches entrelacées forment un réseau inextricable qui rend difficile le passage à travers l’île. Quant aux oiseaux, ils sont rares, presque tous d’espèces marines ; il y a cependant un merle siffleur dont les notes font souvenir de l’Europe. Pas de reptiles, mais des mouches, et des moustiques surtout qui bourdonnent par myriades en certains points voisins de marécages ; c’est à rendre fou un Européen ; mais ils fuient les lieux découverts, et c’est là que sont les habitations.

Avec un bateau à vapeur de grande vitesse, on peut entrer et sortir à toute heure, mais avec un navire à voiles il faut profiter du courant ou de la mer étale si le vent est bon. Car au moment de la marée, l’eau se précipite dans les passes avec l’impétuosité d’un torrent.

Conservation : ANOM (BIB AOM 50102) ; BNF (JO – 5953). Article consultable ici sur Gallica.

Dans ce texte caractéristiques des descriptions coloniales qui se font en mouvement, suivant le principe de l’exploration, la chanson qui est citée fait partie de l’arsenal descriptif ; elle sera publiée in extenso deux semaines plus tard, à la demande des lecteurs (texte disponible sur le site). 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.