Dernière lamentinoise (1849)

Anonyme, « Dernière lamentinoise », Le Commercial, 17 octobre 1849

Air : Du Dieu des bonnes gens

 

Assez longtemps, nous ka fait nous la guerre,

Et sans jamé trouver aucuns moyens

De tirer nous de l’affreuse misère,

Qui déjà tué combien de citoyens.

Ah ! si chacun, cependant, té bien sage

Et avant tout, té ton républicain,

Nous sré déjà, sans faire aucun tapage,

Allongé nous la main (bis)

 

Oui, mé zamis, depuis la République,

Si franchement nous té rapproché nous

Sans mêler nous d’opinion politique ;

Mais travailler au bonheur à nous tous.

Campagne à nous sré déjà bien fertile,

Tandis que non, nous ka jus manqué pain !

Gadé combien dans la rue sans asile

Qui ka tende main (bis)

 

Et zot, Gazet, assez de politique ;

Pays à nous kallé périr, hélas !

Si plus longtemps, zot continué réplique

Qui brouillé nous et dont nous déjà las.

Devoir à zot, cé précher la concorde,

Oubli de tout et l’amour du prochain ;

Zot pé pourtant fait cesser la discorde,

En donnant zot la main (bis)

 

Plus de passion, de haine et de chimères,

Faut plus parler de préjugé de peau.

La France vlé que z’enfants li soé frères,

Noir, Blanc et Rouge unis comme au drapeau.

Honte à céla qui vlé resté derrière !

Qui vlé croupir dans yon passé lointain ;

Faut nous marcher là, sous même banière

En tenant nous la main (bis)

 

Conservation :ANOM (BIB som pom/e/589) ; BNF (JO-3018). Disponible sur Gallica pour quelques numéros de 1870 et 1871.

Dans le journal paraissent des poèmes de circonstance, des paroles de chanson. C’est ici le cas : dans ce poème anonyme publié en deuxième page, la “lamentinoise” vient de la commune de Lamentin, en Guadeloupe, et le texte est républicain et humaniste – on est alors en 1849. La forme se veut locale, trace d’un texte adressé aux lecteurs premiers du journal. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.