Excursion dans l’Atlas. Le prince Pukler Muslaw (1834)

Anonyme, Le Moniteur algérien, 13 mars 1834

Le prince Pukler Muskaw que son voyage en Angleterre a placé au rang de nos littérateurs distingués, est depuis quelques temps à Alger où il s’occupe, dit-on, du soin de recueillir des matériaux pour la publication d’un ouvrage sur notre colonie. Il vient de faire, dans l’Atlas, une excursion dont les détails remplis d’intérêt sont propres à répandre un nouveau jour sur les mœurs et le caractère des Arabes.

Personne depuis l’occupation n’avait encore pénétré aussi avant dans les terres, et l’on voit avec surprise trois Européens s’avancer, presque sans escorte, au milieu de tribus que l’on supposait plus ou moins hostiles, et en recevoir l’accueil le plus hospitalier. Cette excursion peut contribuer à rectifier nos idées sur un peuple que l’on est disposé à se représenter comme essentiellement vénal, sans aucun sentiment de moralité et de dignité individuelle : c’est sous ce rapport que nous nous sommes déterminés à en publier quelques circonstances qui nous ont été communiquées par M. Harbaïby, officier d’ordonnance de M. le comte d’Erlon, qui avait été autorisé par lui, à accompagner le prince. Nous n’avons d’ailleurs aucun motif de penser que son récit soit empreint de la moindre exagération ou dicté par un esprit de prévention que l’on ne peut supposer ; ce qu’il raconte de l’hospitalité arabe est, au surplus, attesté par les relations de tous les voyageurs ; c’est le trait distinctif du caractère national et on le retrouve dans les momens historiques des tems les plus reculés. M. Habaïby, fils d’un ancien colonel des Mamelucks de la garde impériale est un jeune homme judicieux, doué d’un caractère observateur ; possédant parfaitement la langue Arabe, il était très à portée de recueillir avec fruit les renseignements curieux que nous allons publier.

Le 27 février, le Prince, M. Habaïby et M. Haukman, major au service Belge partirent d’Alger sous l’escorte de quatre Arabes. Ils traversèrent la Mitidja, en se dirigeant vers la tribu de Beni-Moussa qui occupe une partie de la plaine vers son centre et s’étend sur les pentes du Petit-Atlas. Partout leurs regards furent frappés de l’énergie d’une végétation libre, sauvage mais vigoureuse, qui annonce tout ce que l’intelligence de l’homme laborieux peut attendre de ce sol lorsqu’il l’aura fécondé par ses travaux et que les marais qui couvrent quelques parties de sa surface auront été desséchés. Vers le soir ils arrivèrent chez le caïd de la tribu qui leur offrit l’hospitalité. Après un repas modeste mais offert avec cordialité, il les conduisit sous un gourbi dans lequel on avait étendu des nattes et des tapis, pour y passer la nuit.

Le lendemain, ils parcoururent la plaine jusques aux premières rampes de l’Atlas et ils virent avec surprise que tout le territoire qui se prolonge à la base des montagnes est partout cultivé en céréales. Un beau haoutch (ferme) situé dans la plaine et appartenant à un turc de Belida, fixa leur attention ; les jardins étaient plantés de superbes orangers dont les fermiers s’empressèrent de leur présenter les fruits.

Arrivés à midi à Hadrah, ils y furent reçus par les Arabes qui les attendaient avec un déjeuner de couscoussou ; ce repas fut pris sur le gazon au pied de quelques beaux arbres qui couvraient de leur ombrage les cabanes voisines. Ils s’arrêtèrent ensuite au marché de la tribu désignée sous le nom de Souk-el-Arbah (marché du mardi). C’est une campagne isolée, où les Arabes se réunissent toutes les semaines pour faire leurs échanges ; ce lieu est remarquable par sa belle végétation, par son ruisseau limpide et par trois magnifiques palmiers qui s’élancent d’une même souche.

Le caïd de Kachna était venu au-devant des voyageurs, jusques à Hadrah, avec quatre hommes qui devaient les accompagner ; ils parcoururent le territoire de cette tribu et ayant été surpris par une forte pluie ils arrivèrent tard sous le gourbi que le caïd avait fait disposer pour les recevoir.

On servit un souper splendide dont on sera peut-être bien aise de connaître le menu. Le repas se composait de couscoussou, de pilau de mouton, de poulets rôtis, de dolmen (choux farcis avec du riz et des viandes hachées), des œufs en quantité, une espèce de ragoût de mouton avec des amandes, des marrons, et du sucre, du pain arabe, des crêpes ou galettes cuites à la poêle, enfin un plat de viandes préparées avec des œufs, du lait, des artichauts et du jus de citron ; nos voyageurs ne furent point fâchés de faire connaissance avec ce dernier mets qu’ils trouvèrent délicieux. L’on voit que les Grimod de la Reynie, les Brillat-Savarin ont des émules au pied de l’Atlas.

Ce repas tout magnifique qu’il était, eût paru à nos Européens par trop patriarcal, s’il eût été arrosé de l’eau limpide des ruisseaux ; mais le prince y avait prudemment pourvu ; ses cantines chargées sur deux mulets étaient remplies de vins de Bordeaux et de Champagne ; ils ne manquèrent pas pendant tout le voyage ; les Arabes en goûtèrent sans trop se faire prier, l’on but à la santé du Gouverneur et le caïd de Beni-Moussa daigna en accepter gracieusement deux bouteilles. C’est toujours un commencement de civilisation.

Le lendemain l’on fut visiter l’emplacement du marché de la tribu de Kachna qui se tient dans un lieu nommé Souk’el-Jema (marché du vendredi) au pied de l’Atlas et dans une belle situation.

L’on se dirigea ensuite, à travers le Petit-Atlas, vers le mont Hammal, le plus élevé de toute la chaîne d’après les Arabes. C’est cette montagne que l’on voit d’Alger dominer toutes les autres crètes vers le sud-est.

Cette partie de l’Atlas couverte de cultures, de villages, de hameaux répandus dans les vallées et sur les flancs des montagnes, offre des aspects enchanteurs ; en contemplant cette belle contrée, en songeant à l’hospitalité de ses habitants, l’on ne peut s’empêcher de penser que ces vallées ignorées recèlent encore des vertus, que cette terre eut sa période de gloire, qu’elle rappelle de beaux noms et d’illustres souvenirs et que si sa grandeur passée n’existe plus elle peut renaître sous un gouvernement habile qui saurait lui préparer de nouvelles destinées.

Au pied du mont Hammal, l’on voit un immense souterrain : les Arabes y conduisirent le prince et ses compagnons de voyage. Ce souterrain est très vaste ; fort large à son entrée, il se resserre peu à peu et se termine par une issue étroite au haut de la montagne.

Le mont Hammal par sa forme fantastique semble rappeler les allégories dont la fable a embelli l’histoire de ces montagnes ; l’on dirait que la main puissante du géant qui leur donna son nom, cherche encore à les soulever. Son aspect extraordinaire ne présente qu’un amas confus de rochers entassés les uns sur les autres, dans le désordre le plus bizarre ; toute cette masse semble récemment sortie du chaos.

Après avoir laissé le caïd et sa suite au pied de la montagne, les voyageurs résolurent d’en gravir le sommet. Ce ne fut qu’après quatre heures de marche et avec des peines infinies pour franchir les parois des rochers escarpés, qu’ils arrivèrent au terme de leur périlleuse ascension.

Ils étaient parvenus à la moitié de leur trajet, lorsqu’ils aperçurent deux Arabes ; harassés déjà de fatigue, ils leur confièrent leurs fusils chargés à balles ; ces deux hommes prirent ces armes dont ils pouvaient faire un si dangereux usage s’ils avaient eu des intentions hostiles, ils les portèrent jusques au haut de la montagne et, au retour, les restituèrent fidèlement ; et lorsque quelques moments après on les chercha pour leur remettre la récompense qu’ils méritaient ; ils avaient disparu.

Une vallée dont la beauté surpasse tout ce que les voyageurs avaient vu jusqu’alors, s’étend du pied de l’Atlas jusques vers le rivage de la mer dans une étendue d’environ trois lieues de long sur trois quarts de lieue de large. Une végétation brillante d’éclat et de fraîcheur couvre partout un sol heureusement accidenté, et sur lequel on voit errer de toutes parts de nombreux troupeaux de bœufs, de moutons, de chèvres, etc.

Le lion, la panthère, le chacal, sont assez communs dans cette partie de l’Atlas ; ils causent souvent de grands ravages parmi les troupeaux. Cachés le jour dans les interstices des rochers, ils en sortent la nuit pour s’élancer sur leur proie. Les habitants ne redoutent nullement ces animaux qui fuient la présence de l’homme ; ils leur font une guerre continuelle et ordinairement à l’affût. Leurs riches fourrures offrent, en quelque sorte, une compensation des dégâts qu’ils occasionnent.

Il y a une quantité immense de ramiers ; le gibier est dans une prodigieuse abondance. Les perdreaux, les lièvres forment une partie de la nourriture des habitants.

Le pays est généralement peu boisé ; l’on voit cependant beaucoup de palmiers, d’oliviers, d’arbousiers, etc. Les aloès et les cactus sont sur leur sol natal ; ils servent ordinairement à clore les héritages.

Les voyageurs firent, dans un hameau, au pied du mont Hammal, une halte de quatre heures chez un Arabe qui leur offrit l’hospitalité et un repas substantiel. Ils quittèrent ce hameau, et déjà ils en étaient éloignés de plus d’une lieue lorsqu’ils virent un Arabe qui couraient après eux en les appelant à grands cris : l’on s’arrêta pour l’attendre. Dès qu’il les eut rejoints, après avoir baisé les pieds et les mains du caïd, il lui fit de touchants reproches de ce qu’il n’était pas descendu chez lui, et il ajouta que puisqu’un autre avait été assez heureux pour le recevoir en son absence, il comptait qu’on ne voudrait pas le priver d’offrir à son tour l’hospitalité pour la nuit ; il suppliait en grâce de vouloir rétrograder, de ne pas lui refuser cet honneur. Le mouton, les poulets étaient tués, disait-il, ses femmes préparaient le couscoussou, l’écurie, l’orge et la paille attendaient les chevaux ; mais malgré le vif désir de se rendre à des vœux exprimés avec tant d’empressement, il fut impossible d’accepter l’hospitalité du bon Arabe, à cause du mauvais temps qui se préparait.

En effet, de retour chez le caïd de Kachna, une pluie continuelle y retint les voyageurs pendant un jour et demi. Enfin le temps s’éclaircit et ils continuèrent leur route en se dirigeant à travers la plaine de la Métidja, vers le cap Matifoux, pour y visiter le fort et les ruines de la colonie romaine de Rostoum.

En traversant la plaine, ils aperçurent sur leur gauche la Rassouta, ancienne ferme du dey ; c’était autrefois le lieu de réunion de ses bestiaux et de ses chevaux ; il y faisait aussi déposer les contributions en nature que lui payaient les beys de la Régence. Lorsque ces denrées étaient en surabondance, il les vendait à crédit aux Arabes, et cet usage pouvait être considéré comme un moyen politique pour conserver son influence sur les tribus.

La contrée qui environne la Rassouta est sans contredit la plus belle, la plus féconde de toute la Métidja ; l’eau y est partout en abondance ; le sol s’étend en douces ondulations qui offrent les expositions les plus favorables pour les cultures les plus variées. Cette ferme appartient au Beylick, c’est-à-dire au domaine, et c’est l’emplacement le plus admirablement disposé pour y créer de belles entreprises rurales.

Aux approches de la mer, la scène change subitement d’aspect. Une zone d’une affreuse stérilité, large d’une à deux lieues, borde partout la plage ; le sol se compose de rochers, de terres arides entremêlées de flaques d’eau stagnantes ; il se couvre de quelques tristes chênes verts et de halliers qui semblent avoir été jetés dans cette solitude pour servir d’asile aux sangliers et aux chacals qui y sont très-nombreux.

En arrivant au cap Matifoux, les voyageurs visitèrent d’abord le fort situé sur une hauteur qui domine les ruines romaines ; il est abandonné et cependant il contient encore vingt-trois pièces de canon de vingt-quatre en fer, dont quelques-uns sont enclouées ; elles sont couchées sur la terrasse de la batterie, les affûts et les ferrements ayant été enlevés par les Arabes. Il y a aussi une grande quantité de boulets. Les bâtiments sont en très-bon état, ils peuvent servir à loger une compagnie.

Les ruines de Rustonium sont très remarquables ; elles occupent un vaste espace et annoncent une grande ville dont la forme était circulaire : quelques édifices composés de demi voutes semblent indiquer d’anciens bains. Il est cependant étonnant que les Romains, si judicieux dans le choix de l’emplacement de leurs colonies aient élevé une ville dont le territoire est si complètement aride et sur une plage où il n’existe point de port, car cette partie de la rade est hérissée de rochers ; l’on peut seulement conjecturer que la main lente du temps ou quelque conflagration subite, ont opéré ce changement dans la disposition actuelle du sol sous-marin et peut-être dans celui du littoral ; enfin une autre circonstance singulière, c’est que les vents d’ouest-nord-ouest soufflent presque constamment dans ces parages avec une violence épouvantable et cette disposition atmosphérique n’a pu changer.

Le cap est très élevé au-dessus du niveau de la mer. Le fort est placé à 50 pieds environ au-dessus de sa pointe septentrionale et les ruines romaines en-dehors du promontoire.

Les voyageurs couchèrent près de la Rassouta chez un Cheik arabe, ancien palefrenier en chef de la ferme du Dey ; ces fonctions de palefrenier n’avaient rien de dégradant, elles étaient au contraire très honorables et très lucratives. Ce Cheik est un homme très remarquable ; ses manières solennelles, son maintien grave, son geste dramatique sont en parfaite harmonie avec sa taille élevée et noblement drapée du burnous, sa physionomie caractéristique, sa barbe noire ; tout cet ensemble en impose et ce grand air de dignité le suit partout, et ce n’est que par un geste qu’il donne des ordres à ses gens.

Il désigna au Prince un Gourbi qui avait été divisé en deux parties, l’une pour les hommes et l’autre pour les chevaux ; la première fut selon l’usage recouverte de nattes et de tapis et le Cheik après avoir fait servir un excellent repas à ses hôtes vint partager leur logement où il passa la nuit avec eux.

Le lendemain, l’on se rendit à la Maison-Carrée à travers les ronces qui couvrent le sol, et de là au fort de l’Eau gardé par Ben-Zegrii avec ses arabes de la tribu des Harribi ; il loge au fort qui est bien entretenu. Les indigènes habitent aux environs sous des tentes de poil de chameau ; ce fut le seul endroit de la route où les voyageurs aperçurent des femmes arabes.

Enfin après une absence de sept jours, passés au milieu des Arabes, ils rentrèrent à Alger le 7 mars.

Conservation : ANOM (BIB AOM 50200) ; Gallica (collection lacunaire).

Dans le journal officiel algérien créé en 1832, cet article paraît en deuxième page. Hermann von Pückler-Muskau (1785-1871) est un voyageur allemand dont les récits ont marqué le début du siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.