Chronique locale : petit avant-propos pour tenir lieu de préface (1859)

« Chronique locale : petit avant-propos pour tenir lieu de préface », L’Avenir, 18 juin 1859

Quelquefois un bon conseil, un salutaire avis nous vient, je ne dirai pas de nos ennemis (je ne me crois d’ennemi ni dans ce monde ni dans l’autre), je dirai de nos adversaires, de nos contradicteurs.

Il y a peu de jours, un écrivain de la presse coloniale, sous forme de critique, me disait : pourquoi donc vous êtes-vous arrêté en si beau chemin de votre histoire de la Guadeloupe dont nous ne connaissons guère que la préface ? Vous feriez mieux de la continuer que d’écrire contre la milice.

Tiens, me suis-je dit à mon tour : ce monsieur a raison peut-être ; peut-être, sans le vouloir, me donne-t-il un bon avis. Pourquoi donc me suis-je arrêté ?

Je ne m’en souviens déjà plus.

Je m’en suis ressouvenu.

Je m’étais arrêté pour deux causes : j’avais de la peine et n’avais pas de profit, cela m’allait peu et même pas du tout ; ne pouvant, à cause de la censure, qui florissait alors, imprimer ici, j’imprimais ailleurs, j’envoyais à New-York mon histoire et quand elle revenait, il fallait pour la vendre, l’annoncer par la presse, et dame censure me guettait au passage…

Et puis il y avait la douane qui est la censure des choses, comme la censure est la douane des idées :

Il y avait le consignataire du navire importateur, qui avait peur de la saisie ou de l’amende pour fait de contrebande et qui me disait, la larme à l’œil : j’avais à bord un ballot de votre histoire, j’ai vu venir la douane, je l’ai jeté à l’eau ;

Et moi je répondais : c’est bien fait, périsse mon histoire plutôt que votre navire.

Depuis lors, les choses ont changé de face, je change ma préface et reprends le fil de mon histoire : on nous a donné la liberté de parler, je n’ai plus le droit de me taire ; je continue ou plutôt je recommence ; quelques pages seulement avaient paru, elles paraîtront dans L’Avenir, à partir du premier juillet prochain, afin que tous les abonnés aient l’œuvre complète.

Je ferai grâce à mes lecteurs de la préface, on l’a lue une fois et c’est assez, d’ailleurs comment la donnerais-je, je ne l’ai plus et ne sais plus où elle est.

On me dira peut-être : vous prenez mal votre temps ; de grandes choses se passent en ce moment en Europe et vous allez parler de petites choses qui se sont passées ici il y a dix ans ; à cela je réponds : il est assez d’usage de donner, après la grande pièce, la petite ; ainsi je ferai, et on ne lira la petite histoire qu’après la grande, une fois tous les quinze jours et quand il n’y aura rien de mieux à lire.

Mais ne craignez-vous pas d’éveiller les passions assoupies, en retraçant cette période encore trop près de nous ?

Non, je ne le crains pas, par la raison que je ne m’attaque pas à la queue, je prends l’hydre de 48 et 49 par ses sept grosses têtes ; j’écris sans haine et sans passion ; témoin de ce que je raconte, je jure de dire la vérité, rien que la vérité, si je mens, qu’on me condamne à la peine des parjures. D’ailleurs au moment même où L’Avenir publiera à la Pointe-à-Pitre une histoire de la Guadeloupe, est-ce que la presse du gouvernement n’imprimera pas à la Basse-Terre une œuvre semblable qui est due à la plume d’un éminent magistrat, d’un conseiller à la cour impériale ?

On me dira : ceci est une autre histoire.

Une histoire sérieuse et la vôtre une histoire pour rire, pouvez-vous comparer des choses incomparables ?

Lacour fait revivre des morts, vous allez tuer des vivants !

Tant mieux pour ces morts, tant pis pour ces vivants !

Je publie mon histoire parce que peu de personnes la savent et que je crois utile que tout le monde la connaisse ;

Je la publie encore pour une autre raison, superlative ; c’est une besogne déjà faite au lieu d’une besogne à faire ; car il y a des fois où je ne sais que servir aux abonnés de L’Avenir ; ces jours-là, qui arrivent quand le packet d’Europe n’arrive pas, je donnerai mon ours à mes lecteurs ;

Si l’autorité chargée de la sécurité publique pense qu’il y a le moindre danger à le lâcher au milieu de la foule, elle m’arrêtera ;

Si les lecteurs le trouvent peu amusant,

Je m’arrêterai.

A. Vallée

 

Conservation : ANOM (BIB SOM POM/E/582) ; BNF (JO 59481).

L’Avenir (avec des variations dans le titre complet) est le journal fondé par Anténor Vallée (1809-1870) en Guadeloupe, en 1843. D’une longévité assez remarquable, il sert à son directeur à publier divers récits, dont une histoire de la Guadeloupe dont il explique ici les grandes lignes. Il se met également en scène comme écrivain colonial en proie aux difficultés matérielles et intellectuelles, par le biais de la censure.  


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.