Hommage et Adieu (1864)

Armand Closquinet, « Hommage et Adieu », Le Moniteur de la Nouvelle-Calédonie, 17 avril 1864.

On lit dans l’Économiste français du 7 janvier 1864 :

            « La poésie est en honneur à Port-de-France, si nous en jugeons par les odes et idylles que publie fréquemment le Moniteur. M. Armand Closquinet a de la grâce, de l’élégance, une sensibilité toute féminine ; aux souvenirs et regrets qu’il aime à chanter, nous l’invitons à opposer les perspectives et espérances que ne peut manquer d’évoquer dans son âme de poète le spectacle de la civilisation prenant possession d’un pays et d’un peuple aussi sauvages l’un que l’autre. »

            En réponse à cette appréciation flatteuse, nous publions les adieux à la Nouvelle-Calédonie du poète que nous a enlevé la Sibylle et dont nous aimons le talent non moins que l’Économiste.

Hommage et adieu

Poésie dédiée à M.

I.

Je pars ! le sort le veut ! J’abandonne cette île

Où, plein d’illusions, de loin j’étais venu ;

Où le bonheur pour moi semblait chose facile ;

Je pars ! le sort le veut ! triste et déconvenu.

Hélas ! Monsieur, le vent qui va gonfler ma voile

Et pousser mon vaisseau vers le vieux sol natal

Emportera mes pleurs, tels que ceux dont se voile

Tout regard s’attachant sur un passé fatal.

Sur un passé fatal ! … c’est l’expression vraie

Du produit de mes jours perdus, mis en lambeaux.

J’ai peur de l’avenir : à cette heure il m’effraie ;

Mes jours, mon avenir devaient être si beaux !

Que ce sombre tableau s’éloigne de ma vue !

J’ai des devoirs encore à remplir en ces lieux ;

Si, du bien qu’on m’a fait je passe la revue,

Je me trouve, il me semble, un peu moins malheureux.

Parmi des bienfaiteurs que comptent mes années,

Oh ! vous êtes, Monsieur, l’un des plus généreux !

Les preuves de bonté que vous m’avez données

Me suivront, croyez-moi, là-bas, sous d’autres cieux.

C’est pour vous en laisser un dernier témoignage

Que je viens vous offrir, vous adresser ces vers ;

Veuillez, je vous en prie, en accepter l’hommage ;

Prenez-les ; je serai moins triste sur les mers.

Pour éviter, d’ailleurs, une lecture sombre,

J’ai préféré parler du pays enchanté

Auquel vous prodiguez, vous, des labeurs sans nombre ;

Que moi, dans quelques jours, hélas ! j’aurai quitté.

II.

Terre aujourd’hui française ! Ile calédonienne :

Magnifique pays par Dieu même doté :

Qui viendra m’inspirer, ô perle océanienne !

Les riches vers qu’il faut pour chanter ta beauté ?

Tout est splendide en toi ! – Tes montagnes superbes ;

Tes plaines embrassant un immense rayon ;

Tes arbres et tes fleurs, jusqu’à tes hautes herbes,

Tout est plein de grandeur sous ton pur horizon.

De tous côtés s’étend la chaîne de montagnes

Qui semble protéger tes timides vallons.

Le regard suit, ici, de riantes campagnes

Où de charmants ruisseaux ont tracé leurs sillons.

Là, sous la forêt vierge et toujours verdoyante,

La pudique rivière a façonné son lit ;

On l’entend murmurer, tandis que l’oiseau chante

Sous le palétuvier, ou dans le Niaouli.

Puis, enfin, tout autour de tes flancs, c’est le sable ;

C’est le sable et la mer, avec de frais îlots

Parsemés au hasard, d’un effet admirable,

Et ceints du ruban bleu que leur forment les flots.

J’ai vu, j’ai vu de près tes cases, tes villages !

Je me suis même assis au foyer indien ;

J’ai passé plusieurs nuits chez tes guerriers sauvages ;

Leur hospitalité fut large ; ils la font bien.

Ces hommes, qu’on nommait cannibales féroces,

M’ont reçu franchement et m’ont tendu la main,

Ces kanacks, dont on dit tant de choses atroces,

Veillaient autour de moi, du jour au lendemain.

J’étais Tabou[1] pour eux. Et pourtant tous ces êtres

Naguère auraient bondi de joie en me voyant,

Et de mon pauvre corps, facilement les maîtres,

Ils eussent fait, sans doute, un festin attrayant.

Non ! non, plus de sagaie, et plus de casse-tête !

Plus d’idoles non plus ; aujourd’hui, c’est la croix !

Au temple prosterné, chacun tout haut répète :

O Jésus Christ, salut ! – Salut au Roi des rois !

Civilisation ! voilà ton noble ouvrage :

Gloire à Dieu, gloire à toi ! Gloire à la France aussi,

Car c’est par ses enfants, armés de leur courage,

Que ces gens sont si doux et réduits à merci.

Nouvelle Colonie, allons, marche, prospère !

Ouvre tes routes, creuse et canaux et sillons ;

La France et Dieu sont là ! poursuis ton œuvre ; espère !

Qu’on n’entende qu’un cri sur ton sol : Travaillons !

Et maintenant, adieu, terre calédonienne !

Si le sort rigoureux ne m’avait abattu,

Aux sueurs du travail j’aurais mêlé la mienne,

Et vaillamment, peut-être, aurais-je combattu !

 

Nouvelle-Calédonie, le 11 novembre 1863,

Armand CLOSQUINET.

[1] Sacré.

Conservation : ANOM (BIB AOM 50103) ; BNF (JO-3045). Disponible sur Gallica.

Dans le journal officiel de Nouvelle-Calédonie, la signature d’Armand Closquinet se remarque : ce Breton qui passe dans la colonie en 1864 écrit ainsi ce poème pour son départ, mais il a auparavant publié d’autres textes, dont une critique théâtrale. Fonctionnaire, écrivain de la marine, instituteur, il fait partie de ces noms qui bénéficient d’une certaine célébrité grâce à la publicité qu’offre le journal colonial, même officiel. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.