Martinique. Éruption volcanique de la Montagne-Pelée. Première visite aux cratères (1851)

C. Chanel, « Martinique. Éruption volcanique de la Montagne-Pelée. Première visite aux cratères », La Feuille de la Guyane française, 13 et 20 septembre 1851.

Dans la nuit du mardi 5 du courant, vers les 11 heures du soir, des mugissements venant du côté du nord se firent entendre à Saint-Pierre. L’attention de quelques personnes qui étaient encore éveillées, fut attirée par ce bruit ; bientôt on reconnut que ces grondements souterrains qui, par leur intermittence, leur prolongement et leurs détonations subites imitaient le bruit du tonnerre, provenaient de la Montagne-Pelée.

Après de fortes détonations, vers minuit environ, des colonnes de vapeur blanchâtre se dressèrent sur le versant méridional de la montagne, une fine pluie de cendres tomba sur la ville, saupoudra les rues, les toits et le feuillage des arbres.

Les habitants des quartiers qui s’étendent au pied et sur les flancs de la Montagne-Pelée, effrayés de ces phénomènes, alarmés aussi par une secousse de tremblement de terre qui a été très sensible sur différents points, se hâtèrent de s’enfuir.

Ceux du Prêcheur, particulièrement, quittèrent leur bourg au plus vite, quelques-uns même dans le costume le plus léger, et ils arrivèrent sur la place du marché du Fort, dans le milieu de la nuit.

Leurs récits sur l’événement dont ils avaient été les témoins rapprochés furent bientôt rapportés, commentés, amplifiés ; les passants troublèrent la tranquillité des rues, les uns par curiosité, les autres par effroi, se rendirent sur les points de la ville d’où l’on pouvait apercevoir les colonnes de vapeur.

J’avoue que pour mon compte, profondément enseveli dans le sommeil du juste, je ne me doutais pas qu’un vocan eût passé si près de moi. A six heures, une voix amie me réveilla et m’annonça ce dont il s’agissait. Il y avait une éruption à la Montagne-Pelée ; il fallait aller voir cela de près. Aussitôt dit, aussitôt fait ; une demi-heure après, notre rédacteur en chef, M. de Maynard, M. Vidal, négociant, et moi, nous chevauchions dans les rues du Fort.

Après avoir passé la Galère, nous fûmes rejoints par M. Houry, qui vint faire cette excursion en notre compagnie.

Arrivés sur l’habitation de M. Duchamp, nous fîmes emplette de quelques petites provisions de bouche et nous trouvâmes un guide pour les porter et nous conduire à l’habitation de M. Ruffin.

Chemin faisant, nous rencontrions beaucoup de gens, hommes, femmes et enfants, qui descendaient portant des paquets sur la tête et traînant après eux leurs bœufs, attachés à de longues cordes. A nos questions, tous répondaient qu’ils descendaient parce que les mugissements du cratère les inquiétaient (Bagage là qu’a crié trop, disaient-ils).

Arrivés à une certaine hauteur, par un petit chemin fort rapide, quoiqu’aisément praticable pour les chevaux, nous fûmes entouré par un brouillard tellement épais, que nous trouvant sur une crête d’où l’on domine le nord de l’île, ayant par conséquent la rade de Saint-Pierre à notre gauche et l’Océan à droite, nous ne voyions rien qu’un nuage diaphane ; cela nous empêcha d’apercevoir en montant un spectacle que nous vîmes très bien à notre retour, celui de la campagne blanchie, à perte de vue, par une mince couche de cendres.

Les brumes se condensant à mesure que nous nous élevions, se changeaient en une de ces fines pluies d’automne, si abondantes en France au mois de novembre, et nous inondaient à petit bruit.

Passé l’habitation Paviot, nous avions en route rencontré M. de Pompignan, secrétaire de la marie de Saint-Pierre, et appris qu’avant nous était déjà arrivé le Lieutenant de gendarmerie, accompagné d’un de ses hommes.

Nous trouvâmes bientôt cet officier qui redescendait, et en ce moment avait mis pied à terre. Il nous assura que nous arrivions trop tard, que nous ne pourrions rien voir ; qu’en conséquence il était presque inutile d’aller plus loin. Pour lui, ayant pu profiter du beau temps, il avait parfaitement vu, et même avait pu esquisser un dessin ; enfin, il rapportait les échantillons des produits provenant du volcan, qu’on nous montra effectivement enveloppés de feuilles de bananier.

Ce discours nous défrisa ; ce n’est point sans une certaine jalousie que nous sentions que pour être parti avant nous, M. le lieutenant de gendarmerie était arrivé à l’heure. Cependant qu’avions-nous à risquer ? d’être mouillés ? nous faisions déjà eau de toute part.

En avant donc ! et nous continuons. M. Labossière, garde de police de la banlieue de Saint-Pierre, qui avait accompagné M. le lieutenant de gendarmerie, s’offrit alors à nous guider, ce qui fut accepté avec plaisir.

Enfin la pluie commence à s’arrêter ; nous sommes en vue de l’habitation Ruffin, losque nous voyons s’avancer une caravane de cultivateurs portant des paniers, des paquets et des cassettes. Le premier emportait les clefs du logis, le dernier tenait à la main un grand crucifix ; c’était l’arrière-ban qui battait en retraite.

On parlementa : Où allez-vous donc ? – Nous nous en allons ; bagage là qu’a crié trop. – Mais nous venons voir ça de près. – Impossible. – Mais nous voulons descendre chez M. Ruffin. – Impossible ; tout le monde est parti. Tant pis ; nous allons.

On fait alors quelques frais d’éloquence pour nous empêcher d’avancer, nous n’en tenons compte et filons. Nos interlocuteurs se consultent un instant, puis reviennent derrière nous. Sur l’habitation, nous descendons de cheval ; on nous ouvre les portes, nous mettons nos montures à l’abri et nous demandons des détails sur les événements de la nuit.

On nous répond absolument les mêmes choses que nous avaient dites toutes les personnes que nous avions rencontrées précédemment, et nous constatons spécialement que ni au moment de l’explosion, ni après, on n’a aperçu des flammes jaillir de la montagne.

Un cultivateur nous apporte ensuite, dans un vase en fer-blanc, une pâte épaisse de soufre et de terre qui doit jouer un rôle important, sinon dans notre récit, du moins dans d’autres. – Notons seulement ici que ce brave homme nous dit être allé neuf jours auparavant à l’ancienne soufrière et en avoir rapporté cette matière.

Nous proposons alors de nous diriger vers le cratère d’où venait le mugissement, et nous demandons un guide de bonne volonté. Un cri unanime de désapprobation est la seule réponse que nous obtenons et on nous dit que chacun étant maître de son corps, nous étions libres d’aller nous exposer ; mais que nous irions seuls. Cependant, dit quelqu’un, M. le lieutenant de gendarmerie est bien allé voir cela ? – Mais non, il n’est allé que jusque-là, sur le haut du morne. – Cependant il a rapporté du soufre. – C’est ce soufre de la vieille soufrière. – Ah ! c’est fort bien ; alors il ne vous a pas compris ; il a cru que vous lui donniez un échantillon des produits vomis par le cratère cette nuit. Ainsi donc c’est entendu : personne n’est encore allé au cratère. Non, personne ; personne ne les a encore vus ; il est impossible d’y… Nous n’écoutions plus. Nous éprouvions la fièvre des conquêtes qui agite les touristes anglais quand, du fond de la vallée de Lauterbrun, le chasseur de chamois leur dit, en montrant du bout de sa carabine la majestueuse Jungfrau : la voilà la Montagne-vierge. Nul pied humain ne l’a encore gravie ; seul le vautour des agneaux a, de son aile gigantesque, effleuré la neige rosée de son sommet.

À nous donc la virginité du cratère.

Vraiment ; ils nous disaient cela pour nous dissuader, les imprudents !

Nous allons ; c’est entendu ; en marche. Par où passe-t-on ? Mais il y a cinq lieues à faire dans les bois. Jamais vous ne pourrez vous tenir avec vos souliers… ; nous ne reviendrons pas avant la nuit, etc., etc. Arguments jetés au vent. – Nous irons seuls, s’il le faut, mais nous irons, dit M. de Maynard, qui venait de se faire indiquer, tant bien que mal, la direction du chemin ; en avant. Et nous voilà prêts à emboiter le pas. Un grand gaillard, bien découplé, prend alors son coutelas, et dit : Si ces Messieurs y vont, j’y vais aussi ; un autre l’imite, Jean Elie, je crois ; puis un autre. Le Rubicon était passé, chacun voulait être de la partie.

Conservation : ANOM (BIB AOM 50092) ; BNF (JO-3036). Le Courrier de la Martinique a été numérisé sur Gallica le 13 mars 2021.

La Feuille de la Guyane française reprend un texte paru dans Le Courrier de la Martinique le 9 août, après l’éruption du 5 août. L’article original, publié sur une seule page, met en scène le rédacteur du Courrier, M. de Maynard : repris un mois plus tard dans le journal officiel guyanais, il paraît dans deux numéros (nous n’avons reproduit ici que le premier). On voit ici un bon exemple de circulation intercoloniale. 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.