Le Marabout. Esquisse algérienne (1866)

Walt’her, « Le Marabout. Esquisse algérienne », Le Chitann, 26 avril  1866.

 

Croyants, voyez ma barbe blanche ;

Je suis vieux, et mon front se penche

Comme un antique minaret.

J’ai vu naître et mourir vos pères…

Qu’Allah me rejoigne à mes frères,

Tranquille, j’attends mon arrêt.

Car sa justice est éternelle,

Et j’ai vécu comme un fidèle,

Sans jamais enfreindre ses lois.

Or, Allah, connaissant ma crainte,

A rendu ma parole sainte…

Il vous parle, ici, par ma voix.

 

Levez-vous tous, croyants, c’est l’heure ! …

Que pas un de vous ne demeure ! …

A vos chevaux mettez le mors…

C’est l’heure où doit parler la poudre,

L’heure où, plus prompte que la foudre,

La balle doit coucher les morts.

 

II

Les fusils dorment dans vos tentes…

Faites-en jouer les détentes,

Aiguisez vos flissas rouillés…

Car c’est l’heure de la vengeance :

Ces chrétiens enflés d’arrogance

Nous ont assez humiliés !

 

Que pour le signal des batailles

Un immense feu de broussailles

Sur le Nador soit allumé ! …

Qui tombera dans la mêlée

Entendra son âme appelée

Au paradis de Mahomet.

 

Relevez la verte oriflamme,

Et que de vos candjars la lame

Pour gaine, ait le cœur du Roumi !

Dans sa maison livrée aux flammes,

Tuez tout… les enfants… les femmes ;

Et ne faites rien à demi !

 

Lancez vos chevaux dans la plaine,

Que vos burnous de blanche laine

Se gonflent au vent du combat ! …

Celui qui coupera vingt têtes

Sera chanté par les poètes,

Et le bienvenu près d’Allah.

 

Sur les Francs ruez-vous en foule,

Ainsi qu’au désert gronde et roule

Le sable au simoun attelé…

Prouvez que de fortes mamelles

Etaient l’apanage de celles

Qui vous ont nourris de leur lait.

 

III.

A ces chiens, point de sépultures !

Les vautours aux serres impures

Sauront leur donner des tombeaux.

Dans leurs entrailles palpitantes

Promenant leurs lèvres sanglantes,

Que les chacals rongent leurs os !

 

Quand vous quitterez la curée,

Oignez vos corps d’huile épurée,

Vos haïks de douces odeurs ;

Car vos sœurs, vos femmes, vos filles,

Aux stridents accords de leurs trilles

Viendront acclamer les vainqueurs.

 

Levez-vous tous, Croyants, c’est l’heure ! …

Que pas un de vous ne demeure ! …

A vos chevaux mettez le mors…

C’est l’heure où doit parler la poudre,

L’heure où, plus prompte que la foudre,

La balle doit coucher les morts.

 

Conservation : ANOM (BIB AOM 30743).

Le Chitann est l’un des titres parodiques qui paraissent à Alger dans les années 1860. Ses auteurs, sous pseudonymes, publient des textes variés et riches, passant notamment par la poésie ; on y trouve également des illustrations qui rendent bien compte de la vie intellectuelle (et journalistique) dans la ville. Walt’her (le jeu de mots laisse penser que ce pourrait être une femme) prend ici la parole d’un marabout et met en vers les stéréotypes de la confrontation coloniale. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.