Le chant du Reïs (1866)

Walt’her, « Le chant du Reïs », Le Chitann, 19 août 1866.

 

Sur la mer aux reflets de moire,

Un vieux Reïs, au corps déjeté,

Guidait, un soir, sa barque noire

Sous la lune au disque argenté.

Il avait une barbe grise,

Les traits rudes et basanés,

Et des manches de sa chemise

Sortaient de longs doits décharnés.

 

Son front, tout chargé de vieillesse,

Son front ployait sous le turban,

Et sur la rame, avec mollesse,

Sa main s’appuyait tristement.

 

Son œil jetait des regards sombres,

On eût dit le vieux batelier

Qui passe au Ténare les ombres

Dont Pluton devient l’hôtelier.

 

Bientôt, pour une mandoline,

Sa main délaissa l’aviron ;

Il chante, d’une voix chagrine,

Un air, dont voici la chanson.

 

Connaissez-vous Alger la blanche ?

C’est dans le Tell

La grande ville qui se penche

Sur le Sahel.

 

Elle s’appuie à la colline

Nonchalamment,

Ainsi qu’une nymphe, une ondine,

Sur son amant.

 

Elle possède pour ceinture

Des murs épais ;

Elle possède pour parure

Trois cents palais.

 

A ses pieds, comme un chien fidèle

Couche la mer ;

C’est la patrie où l’hirondelle

Passe l’hiver.

 

Là, sous des cieux tièdes et calmes,

Et toujours bleus,

Le palmier balance les palmes,

Ses longs cheveux.

 

Dans son port veillent les tartanes

Aux larges flancs,

Et les galères capitanes

Aux bras puissants.

 

Moi, je suis reïs d’une galère !

Trois-cents forbans

Que je commande font la guerre

Aux vaisseaux francs

 

J’ai sur la tombe du Prophète

Posé mon front !…

El-hadj Omar, on le répète,

Tel est mon nom.

 

Je suis riche, puissant et brave,

Et le Pacha

Tremble à mon nom, comme un esclave,

Dans sa Kasba.

 

J’ai dans mon harem, des captives

De tous pays :

Des Espagnoles et des Juives

Aux seins brunis ;

 

Des Moscovites, des Anglaises

Aux blonds cheveux ;

Des Italiennes, des Françaises

Aux reins nerveux.

 

L’Arabe reçoit à ma porte

Force boudjous,

Et le Franc, que le diable emporte !

Reçoit des coups.

 

Hélas ! tout cela n’est qu’un rêve,

Un souvenir ! …

Le flot qui vient mordre la grève

D’Aldjezaïr,

 

Est déchiré par les carènes

De ces chrétiens

Qui ployaient le cou sous nos chaînes,

Chiens, fils de chiens !

 

Par leurs sortilèges infâmes,

Tuant nos fils,

Ils sont venus jusqu’à nos femmes…

Qu’ils soient maudits !

 

Les tricolores oriflammes

De ces impurs

Ont guidé la mort et les flammes

Dans nos vieux murs.

 

Ils ont séduit Alger sultane,

Belle, aux seins blancs :

Ils en ont fait la courtisane

Aux seins tremblants.

 

Sous leurs coups, mes braves corsaires

Autour de moi

Sont tombés. Ils ont pour suaires

Le ventre froid.

 

De la panthère ou de l’hyène,

J’ai survécu,

Et malgré mon fiel et ma haine,

Pauvre vaincu,

 

Qui n’ai plus ni palais ni femme,

Comme un mesquin,

Je loue et mon bras et ma rame

Pour un sequin.

 

Le roumi m’insulte et m’offense…

Un jour viendra

Où le soleil de la vengeance

Se lèvera.

 

Je souffre et je prie en silence

En l’attendant…

Et me confie à l’espérance…

Allah est grand !

 

Le Reïs se tut… De sa mandore,

Lorsqu’il la posa dans l’esquif,

Sortit, comme un râle sonore,

Un gémissement convulsif.

 

Alors, dans la sombre prunelle

D’El hadji, comme une étincelle

Une larme brilla ;

Larme d’orgueil et d’amertume

Qu’il essuyait, lorsque la brume

Couvrit sa barque et la voila.

 

Conservation : ANOM (BIB AOM 30743)

On retrouve ici Walt’her, qui en avril 1866 publiait dans le Chitann un autre poème intitulé “Le Marabout”. Le fonctionnement reste le même : prendre la parole d’une figure coloniale (marabout, reïs) et lui attribuer un discours poétique qui met en mots la confrontation et la guerre. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.