Chronique locale (1871)

« Chronique locale », Le Moniteur de la Nouvelle-Calédonie, 20 septembre 1871.

La petite localité de Païta vient d’être témoin d’une de ces fêtes étranges qui deviennent de plus en plus rare en Nouvelle-Calédonie et qui, à plus d’un titre, méritent sinon de disparaître entièrement des habitudes du pays, au moins de subir une transformation radicale que la civilisation chrétienne peut seule opérer. Nous voulons parler d’un grand pilou-pilou donné par le chef Jack et sa tribu à l’occasion de la récolte des ignames et aussi de la mort de sa nièce qui a imprimé à cette solennité un double caractère parfaitement reconnaissable pour ceux qui connaissent les mœurs des indigènes. Des groupes nombreux d’indigènes étaient accourus de divers points de la colonie à titre d’invités, et le spectacle qu’a présenté, pendant huit jours, cet assemblage de démons demi-nus, mangeant, hurlant, et dansant jour et nuit, a dû un moment faire oublier aux témoins venus de Nouméa et d’ailleurs que la civilisation avait déjà dix-huit ans de règne dans la colonie. Nous n’essaierons point de décrire ici ces monceaux d’ignames, de taros et autres provisions entassées sur l’herbe et dévorées dans ces festins, qui laissent bien loin, dans l’ombre, ceux de l’Iliade et ceux dont Rabelais nous a donné le menu pantagruélique. Sa plume et celle d’Homère seraient impuissantes ici ; il faudrait leur génie pour peindre les danses et traduire les chants sauvages qui accompagnaient ces orgies sans fin. Sans doute ils étaient pleins de poésie, car l’animation de tous était sans égale, et parfois l’enthousiasme s’élevait à un degré qui ressemblait de bien près à de la folie furieuse. Mais, outre que la langue dans laquelle ils étaient dits nous est peu familière, le sujet et la forme offriraient peut-être beaucoup moins d’intérêt à nos lecteurs qu’aux rhapsodes et aux Tyrtées néo-calédoniens et à leurs noirs auditeurs. La jeune princesse dont le départ pour le paradis néo-calédonien et l’admission au pilou-pilou éternel étaient ainsi célébrés, était l’une des meilleurs chanteuses nationales et sa perte a dû être vivement sentie dans l’occasion. Mais nous espérons que son génie n’a pas quitté tout à fait sa tribu et, à en juger par le nombre d’improvisateurs de tout âge et de tout sexe qui s’y sont révélés ces derniers jours, le vide qu’elle a laissé dans la littérature de son pays est déjà plus que comblé. Aucun accident n’est arrivé pendant cette fête nationale, à part une blessure de peu d’importance, faite par une sagaie mal dirigée, à la jambe d’un guerrier qui en est tout glorieux.

Conservation : ANOM (BIB AOM 50104) ; BNF (JO – 3045). 

Les “chroniques locales” témoignent du rôle en effet local des périodiques : ces textes courts laissent la parole à des auteurs qui y expriment leur point de vue sur le microcosme colonial. Le texte ci-dessus reflète ainsi en quelques lignes une idéologie coloniale nourrie : références littéraires occidentales, axiologie négative attribuée aux Kanaks, importance du “progrès” et de la “civilisation” dans la perception de la temporalité, présence d’une voix qui marque le texte par son énonciation. On note, de manière anecdotique, que l’exemplaire du journal a été annoté, au crayon, par une main anonyme : « pauvre con de colon ». 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.