Les Fastes de l’histoire des Antilles (1876)

Ralu fils, « Les Fastes de l’histoire des Antilles », Les Antilles, 16 février 1876

Marie d’Orange

Il faut convenir d’une chose, c’est que les Colonies sont bien peu reconnaissantes envers leurs grands hommes ; envers leurs héros, ou envers leurs enfants d’adoption.

Est-ce parce que le nombre en est trop grand ? La phalange est trop serrée, que l’on ne saurait à qui donner la palme ? J’aime à le croire ; car ces terres de feu au sein desquelles la lave bouillonne, ont toujours produits les grands dévouements, les grands cœurs, et les actions d’éclat.

La Martinique, cette petite île dont les bords fleuris resplendissent au soleil comme un diamant, dont les montagnes sous les rayons nacrés de la lune ressemblent à des perles, n’a-t-elle pas son héroïne ? sa Jeanne Hachette ? tout comme la grande patrie dont elle est la fille d’adoption ?

Oh oui ! Le Martinique peut revendiquer cette palme parmi toutes les Antilles, comme la terre qui a produit le plus de héros et de dévouement : c’est elle à juste titre qui doit porter la couronne comme reine des Antilles.

Voyez les Annales. Lisez le père Dutertre. Fouillez l’histoire, et vous la verrez toujours sanglante, présenter sa poitrine nue à l’ennemi, en criant : Victoire !

Victoire ! au nom de la France.

Victoire ! au nom de l’honneur et du dévouement.

Victoire ! toujours victoire.

Demandez aux Anglais, aux Hollandais, aux Espagnols ce que la Martinique leur a coûté d’or et de sang.

Demandez à la vague tandis qu’elle berce la pirogue, combien d’ossements ennemis ont blanchi sur nos plages ?

Demandez aux roches, à ces noires sentinelles, combien on a enfoui de cadavres à leurs pieds !

Demandez même à l’arbre, au palmiste centenaire, à l’acajou superbe, qui s’élève vers le ciel, combien ils ont vu d’hommes mourir sous leurs ombrages ?

Et toujours, diront-ils, les créoles furent des lions : la Victoire fut à eux.

Ah Martinique chérie ! Martinique ! ma patrie ! toi qui fus toujours la citadelle avancée, le refuge de l’honneur, sois bénie !

Même les femmes, dans ce temps, se battaient comme des lionnes : Marie d’Orange en est la preuve.

Qui donc est Marie d’Orange ?

Une femme du peuple, la femme d’un canonnier.

Etait-elle esclave ou libre ? Noire ou de couleur ?

Qu’importe ! L’héroïsme n’a pas de couleur, l’héroïsme est sacré !

Et qu’a-t-elle fait ?

Ce qu’elle a fait… je vais vous l’apprendre :

Le 29 juin 1667, le chevalier Harmant, commandant l’armée navale d’Angleterre, venait à la portée du canon reconnaître le mouillage de nos vaisseaux ; il avait appris par un certain Lombardon, corsaire, que la flotte française arrivée à la Martinique dans le plus grand désordre, manquait entièrement de poudre.

Sûr de la victoire, le chevalier Harmant avait juré d’hiberner au Fort-Royal, après avoir pris le carénage.

De Loubières, lieutenant du roi à la Martinique, avait fait prévenir de suite de la Barre et Clodoré, qui faisaient une tournée à la Cabes-Terre de cette île, que l’ennemi était en vue. Aussitôt leur arrivée ils firent chanter un Te deum, et les troupes tant royales que coloniales se disposèrent au combat.

Trois fois la flotte anglais essaya de pénétrer dans le port, trois fois elle fut repoussée victorieusement.

Enfin, le 6 juillet 1667, favorisée par la brise, elle fondit de nouveau, toutes voiles dehors, sur la rade de Saint-Pierre.

Le combat engagé de part et d’autre durait déjà depuis cinq heures, avec un acharnement sans égal, quand un brûlot anglais, se détachant de la flotte ennemie, accrocha un de nos navires commandé par le capitaine d’Elbée. Ce vaisseau armé de 38 pièces de canon, ainsi que plusieurs autres, furent la proie des flammes.

Cet incident jeta l’alarme parmi nos matelots, et persuadés que tous les vaisseaux allaient être incendiés, ils les abandonnèrent cherchant leur salut dans la fuite.

Le vent changea, et la flotte française fut sauvée. Mais durant ce désarroi, une frégate anglaise était parvenue à s’embosser assez près de la batterie Saint-Sébastien où se tenait le Gouverneur, la lutte recommença plus terrible que jamais.

Que faire ? Il ne restait que quelques artilleurs aux pièces. Le feu ennemi avait moissonné la plupart de ses défenseurs, et devant une mort certaine, chacun s’enfuyait terrifié.

Déjà la batterie ne répondait plus. De la Barre, fou de rage, sentait tout l’imprudence de l’ordre qu’il avait donné aux navires de rester à Saint-Pierre.

Encore quelques instants, et c’en est fait de nous. Les Anglais poussent des hurrahs frénétiques, déjà ils crient… Victoire !

La batterie est battue en brèche, l’assaut va se donner.

Victoire ! … Non ?

Car en ce moment apparaît une femme, les cheveux épars, la figure noire de poudre, criant : Vive la France ! Sus aux ennemis !!!!

Cette femme, c’est Marie d’Orange !

Cette femme… c’est notre héroïne !

Durant deux heures, elle tint ferme, fournissant courageusement cartouches et boulets, rampant jusqu’aux canons, à travers les morts, sans s’étonner aucunement ni du fracas de la mousqueterie, ni du massacre que fait le feu ennemi.

Durant deux heures, elle ne baissa jamais la tête devant les milliers de boulets qui la menaçaient, donnant ainsi un grand exemple d’héroïsme et de dévouement, qui sauva en partie la flotte française, et lui assura plus tard la victoire !

Eh bien ! oui, la voilà cette Marie d’Orange ! cette femme du peuple pour laquelle je demande une statue, la voilà cette nouvelle Jeanne Hachette, montrant aux hommes le chemin de la bravoure.

Eh quoi ! l’impératrice Joséphine a sa statue à Fort-de-France, et il sera dit que l’héroïne de Saint-Pierre n’aura pas un souvenir, une marque d’admiration de ses concitoyens !

Allons donc ! le granit ne manque pas dans notre île, et un simple bloc taillé en citadelle, avec une pièce de canon auprès de laquelle se tient une femme les cheveux épars, les traits contractés, le regard étincelant de courage, ne peut-il s’ériger ?

Oh ! réparons l’oubli. Réparons l’injustice, j’en appelle aux femmes créoles, à ces descendants de cette grande famille de héros, qui ont su conserver sous les grâces féminines la virilité de leurs aïeux, pour élever à Marie d’Orange cette statue qui lui est due.

Et qu’ici on ne me parle point de parti ni de couleur, car le drapeau porte… héroïsme ! et le vainqueur… est une femme !

Conservation : ANOM (BIB som pom/e/560) ; BNF (JO-3086) . Collection lacunaire sur Gallica.

Ralu fils, auteur de cet article à la gloire d’une figure martiniquaise, rappelle ici un épisode historique dans un but précis : demander l’érection d’une statue à la gloire de cette “femme du peuple” symbole des conflits entre la France et l’Angleterre. La tonalité exaltée du texte, les exclamations et le passage au présent de narration montrent à quel point les récits historiques sont importants dans la presse coloniale. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.