À Papoa – communiqué (1878)

X., « À Papoa (communiqué) », Le Messager de Tahiti, 27 décembre 1878.

Connaissez-vous Anani ? C’est un bien digne garçon, mutoi par goût, fainéant par tempérament, musicien par occasion. Voyez-le étalant sa nonchalante personne à l’ombre d’un manguier quelconque et fredonnant un de ces airs tahitiens dont le rythme s’accorde parfaitement avec la pensée qui le domine, ne rien faire ! Et pourtant, il m’a rendu un fameux service hier : il a empêché ma cervelle de bouillir dans son enveloppe, ce qui m’a permis de prendre part aux joies qu’une table bien garnie offre aux gourmands.

Eh ! oui, je suis gourmand. Est-ce un défaut, une qualité ? Je laisse aux soi-disant sages le soin de la discussion, et je crois que si, pour tenter saint Antoine, le malin esprit s’était servi d’une dinde truffée ou même d’un simple poisson du lac Moorea avec une bonne mayonnaise, il eût peut-être réussi. Cette petite digression achevée, commençons.

S.M. Pomaré V avait convié pour le soir de Noël le commandant de la colonie et quelques amis à pendre la crémaillère à une petite maison de campagne qu’il a fait construire à Papaoa au bord de la mer. Une table de cinquante couverts, placée sous une de ces cases légères et gracieuses dans la construction desquelles excellent les Tahitiens, attendait les invités, tandis que les himene de Piare et d’Arue se préparaient aussi à faire honneur aux mets qui leur avaient été réservés. A notre arrivée, nous sommes reçus par le Roi, qui, joyeux et souriant, nous souhaite la bienvenue ; nous saluons le Commandant, et nous allons présenter nos respects à la Reine, dont la présence et celle de la princesse Tamatoa embellissaient cette petite réunion.

Vers 6 heures, le Commandant, donnant le bras à la Reine, se dirige vers la salle à manger et chacun de suivre et de prendre sa place. Nous remarquons parmi les convives le directeur des affaires indigènes, le chef du service de santé, l’aide de camp, la secrétaire archiviste, des notables, quelques chefs et toohitu et… mon voisin d’en face, qui reste en extase devant les bonnes choses qui couvrent la table, dont la stupéfaction augmente lorsqu’un indiscret lui assure que douze plats doivent se succéder, et qui finit par m’affirmer que s’il ne peut tout manger il mettra dans ses poches. Je veux lui faire comprendre que le procédé ne serait pas très délicat, mais comme je m’exprime en français et lui en un sabir quelconque, je ne sais si je réussis à le convaincre.

Ah ! coquin de soleil, je le reçois en plein sur la tempe gauche et je crois que sous l’action de ses rayons mon cerveau, déjà peu solide, finit par se détraquer tout à fait. De drôles d’idées me passent par la tête : je me souviens avoir lu jadis que certains rois invitaient à leur table ceux dont ils voulaient se défaire, et c’est avec terreur que je vois un des teuteu arii me présenter le premier plat. Heureusement qu’Anani a vu le danger que court ma pauvre tête ; grâce à une toile, mon occiput est protégé, mes idées reprennent leur lucidité et je puis faire honneur à toutes les bonnes choses.

Ariipaea, chef honoraire de Pare, se lève, et dans quelques paroles senties souhaite la bienvenue aux amis du Roi qui ont bien voulu accepter son invitation. Un vieillard, parlant au nom des indigènes présents, dit qu’eux aussi ont voulu prendre part à cette petite fête et que c’est pour cela qu’ils ont préparé des tables près de celle du Roi. Puis la conversation s’engage entre voisins ; la gaieté paraît sur tous les visages et on fait honneur aux plats qui se succèdent, ainsi qu’aux différents vins. Mon voisin d’en face s’en tire à merveille ; son assiette est toujours vide, son verre toujours à sec, et je prévois que s’il doit retourner à pied à Papeete, il aura fort à faire.

Vers le milieu du repas commencent les « himene », le plaisir du Tahitien. Anani, toujours à son poste, fredonne un accompagnement en battant la mesure de la tête ; il semble attendre impatiemment le moment où nous quitterons la table pour prendre notre place et se délecter à son tour. Le champagne pétille : le Commandant porte un toast au Roi ; Ariipeu, chef d’Arue, au nom du Roi, répond au Commandant ; les hurrahs retentissent, et mon voisin d’en face perd l’équilibre.

Le café est servi dans le salon de la nouvelle maison ; chacun s’y rend, et du haut de la véranda écoute la « Marseillaise », chantée par l’himene du district d’Arue, le lauréat du dernier concours pour les chants français.

La soirée s’avance ; chacun fait ses préparatifs de départ, et nous prenons congé de notre royal hôte en le remerciant du moment agréable qu’il nous a procuré.

Conservation : ANOM (BIB AOM 50102) ; Gallica

Le caractère officiel de cet article (un “communiqué”) ne l’empêche pas d’adopter une tonalité plaisante et des traits stylistiques qui sont ceux de la chronique. Relatant une cérémonie officielle, l’article fait la part belle au narrateur et à l’anecdotique pour décrire une scène coloniale marquée par l’humour. Ce court texte paraît en troisième page et n’est pas particulièrement signalé : il illustre assez bien l’hétérogénéité profonde des périodiques coloniaux. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.