Jeudi dernier 27 (1859)

Anonyme, « Jeudi dernier 27 », Le Moniteur de la Nouvelle-Calédonie, 30 octobre 1859.

Jeudi dernier 27, le service annoncé pour le mardi précédent, pour le repos de l’âme de l’infortuné CAPRON français âgé de 27 ans massacré et mangé par les chefs de Taw et Hyenouène, a eu lieu en l’église de Ste Eugénie. Le recueillement de nombreux assistants témoignait assez combien cet épouvantable forfait a jeté de tristesse dans tous les cœurs, et les regrets unanimes qu’a emportés la victime.

L’autorité supérieure croit devoir rappeler de nouveau aux nombreux immigrants de cette belle colonie, qu’en dehors du quadrilatère de notre occupation, il n’y a aucune sécurité pour les Européens, surtout pour les Français qui continuent, poussés par l’appât du lucre, à s’aventurer au milieu des peuplades féroces du nord, malgré ses nombreux avertissements et rigoureux arrêtés dictés par la prudence la plus vulgaire.

Conservation : ANOM (BIB AOM 50104) ; BNF (JO – 3045) . Collection lacunaire sur Gallica

Cette courte information parue dans les premiers numéros du périodique officiel de la Nouvelle-Calédonie donne le ton d’une série de nouvelles et articles qui réutiliseront la formule “massacré et mangé”. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.