Chronique néo-calédonienne (1862)

Félix Béraud, « Chronique néo-calédonienne », Le Moniteur de la Nouvelle-Calédonie, 6 juillet 1862.

            Il y a peu de jours Kwindo, chef de Payta, amenait à M. le Gouverneur quatre enfants calédoniens ; ces derniers ont été accueillis par le Chef de la Colonie avec bienveillance et sympathie, nous allions dire avec joie.

            Dans ces enfants, M. le Gouverneur lisait, sans doute, tout l’avenir réservé à cette grande île du Pacifique ; il savait que si les enfants, comme nous l’écrivions dans notre dernier numéro, sont l’espoir de chaque famille, c’est surtout sur eux que reposent les destinées d’un pays à créer, d’une civilisation à édifier.

            Oui, et nous le répétons avec une conviction sincère, la génération autochtone qui vient de naître constitue, pour nous, les espérances d’une civilisation positive. Que sont, en effet, les colonies ? Les uns les regardent comme des trop plein ouverts à la surabondance des populations ; les autres comme des espèces de lazarets sociaux destinés aux hommes dont le contact pourrait devenir dangereux. Ce sont là deux grands avantages, il est vrai ; cependant on ne peut y rencontrer le but sérieux et le véritable caractère de ces possessions d’outre mer.

            Les Colonies ! mais ce sont les efforts d’une nation vers la grande unité humaine ; ce sont des avant-gardes (pour nous servir d’un mot emprunté au dictionnaire de notre métier) qui portent au loin le génie d’une race et vont, sur des rivages inconnus, répandre la semence d’une nation.

            L’histoire de toutes les colonisations d’un peuple n’est, en définitive, que l’histoire de ces tentatives d’influence dans le monde, de ces essais à tout ramener vers son unité.

            La France est venue sur les côtes les plus barbares de l’Océanie ; sur ces rivages splendides a éclaté la grande voix de la patrie qui disait : « Là, désormais, existera la France ; chacune des palpitations du cœur calédonien formera une voix française ; allez, mes braves et loyaux soldats ; allez, mes intrépides et hardis colons, allez conquérir, et après la conquête, accomplissez des œuvres plus sérieuses, plus magnifiques encore ; allez civiliser ! »

            Et colons et soldats sont venus et ce coin de terre doit changer d’aspect, car sur lui, désormais, se projète un des rayons de l’œil de la France !

            Encore une fois, coloniser, c’est donner une plus large place, sous le soleil, à des aspirations, à des intérêts, à des croyances ; c’est faire de la propagande et la plus énergique de toutes, car elle ne s’adresse pas seulement eux idées, elle coule, pour ainsi dire, dans la chair et dans les os.

            Or, pour arriver à ce résultat essentiel, que doivent faire ceux d’entre nous députés par la patrie pour coopérer à l’œuvre de civilisation que veut accomplir la France sur les rives calédoniennes ? Iront-ils, par des enseignements, des exemples, des paroles, inoculer, dans les veines des cannibales qui peuplent cette île si sauvage et si belle, les qualités principales, les vertus essentielles ? Les anthropophages de la veille oublieront-ils, du jour au lendemain, leurs coutumes féroces ? leurs instincts barbares disparaîtront-ils au premier contact européen ? Non, certes ! et pour arriver en Calédonie à un but réel de progrès, ce qu’il faut, c’est prendre les enfants sous notre égide, c’est les former à nos mœurs, à nos habitudes, à notre langage ; c’est leur enseigner la signification des mots vice et vertu, courage et lâcheté.

            Amenez, dans le voisinage des centres européens, des familles indigènes ; élevez leurs enfants comme vous élevez les vôtres, et vous aurez bientôt formé une génération d’hommes intelligents, dévoués, travailleurs, et surtout essentiellement française.

            Il y a quelques années, la France venait de détruire le dernier boulevard de l’indépendance arabe ; c’était en Kabylie, en 1857, et à peine les refuges suprêmes de nos fanatiques ennemis étaient-ils détruits, que les Français plaçaient au sein même des tribus, des hommes actifs, intelligents, dévoués, auxquels était échue la pénible mais éclatante tâche de terminer, par l’instruction, l’œuvre vaillamment inaugurée par les bayonnettes.

            S.A.I. le prince Napoléon venait, à cette époque, d’être mis à la tête du département de l’Algérie et des Colonies ; l’un des premiers actes de son administration fut de fonder des écoles françaises-arabes ; il comprenait que, s’il ne pouvait détruire, en l’âme des vaincus eux-mêmes, les préjugés, les erreurs, l’inimitié, il était possible d’ouvrir à leurs enfants une voie lumineuse en les invitant à venir, dans nos maisons d’instruction, s’asseoir au grand banquet de l’éducation commune.

            Les fils d’aghas, de caïds, de dignitaires, de tous ceux qui comptaient dans la classe élevée de la société musulmane algérienne, reçurent dès lors une impulsion sérieuse, élevée au point de vue moral, dans l’enceinte d’un lycée spécial dont le prince Napoléon jeta les premiers fondements, et il n’y eut plus, dans l’Afrique française, de bourgade, de village ignoré qui ne possédât, ouvertes à deux battants, les portes d’institutions primaires où sont démontrés aux enfants issus des classes pauvres, les vrais principes du bien !

            Ceux qui liront ces quelques lignes y verront peut-être l’expression d’une pensée exagérée, réalisable tout au plus dans un avenir éloigné ; nous n’en restons pas moins persuadé que rien de solide ne pourra être établi en Calédonie vis-à-vis des naturels si, dès le bas âge, nous n’amenons pas la génération nouvelle à l’adoption de nos mœurs, de nos coutumes, par la fréquentation d’une école, par un enseignement sérieux, par des exemples et des bienfaits.

            On nous pardonnera cette digression un peu prolongée ; si nous venons de sortir de notre rôle de chroniqueur, nous n’en sommes pas moins resté fidèle à nos opinions sur l’avenir des tribus néo-calédoniennes.

            Quoiqu’il en soit, et du plus profond de notre cœur, nous adressons des compliments de bienvenue aux enfants calédoniens recueillis par M. le Gouverneur Guillain. Puissent-ils constituer le noyau de cette population de travailleurs indigènes que devra faire éclore le soleil civilisateur !

Conservation : ANOM (BIB AOM 50104) ; BNF (JO – 3045). Numéro disponible sur Gallica.

Félix Béraud se charge d’une “chronique néo-calédonienne” dans plusieurs numéros du périodique officiel ; le titre indique l’ancrage local et l’adaptation du genre journalistique à la colonie, tandis que la mention de son rôle de “chroniqueur” signale la reconnaissance de son activité de journaliste. La comparaison avec l’Algérie, quant à elle, témoigne de la conscience qui lie les différents territoires coloniaux pour la plupart de leurs habitants.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.