Il est rare qu’en fait de patriotisme… (1848)

Anonyme, “Il est rare qu’en fait de patriotisme”, L’Akhbar, 11 juin 1848

Il est rare qu’en fait de patriotisme, la pratique et la théorie marchent de conserve. C’est sans doute pour cela que tant de fougueux républicains trouvent moyen de se soustraire au service de la milice ou que ceux qui n’ont pu y échapper, s’en acquittent si mal. Ainsi, la ville de Bougie, cité vraiment remarquable par l’incandescence de ses opinions politiques, vient de donner une déplorable preuve de la tiédeur de ses soldats citoyens.

Pendant la nuit du 1er au 2 juin, un milicien se promenait silencieusement devant le poste de Bougie. Il était si bien absorbé par la rédaction mentale d’un article destiné au Gourayah, que les Kabyles auraient pu emporter le lit de camp et ses camarades qui ronflaient dessus sans qu’il s’en doutât le moins du monde. Hélas ! ce malheur fut bien près d’arriver ; mais n’anticipons pas sur les évènements.

Ce factionnaire publiciste se promena si longtemps, que la fatigue matérielle l’emporta sur l’exaltation anti-morlotique. Il s’arrêta exténué, tira sa montre et s’aperçut, grâce au clair de la lune ou de la chandelle qui brûlait dans le poste, qu’il y avait quatre heures trois quarts qu’il faisait faction. Il s’empressa d’aller frapper aux carreaux pour réveiller le caporal. Après plusieurs appels de ce genre, le chef du poste se lève à la hâte et veut passer son fourniment. Mais, ô désespoir, plus de giberne. Il cherche au moins à s’armer. O rage, ô honte ! plus de fusil. Notez que le même accident était arrivé aux hommes de garde. Le poste avait été désarmé pendant son sommeil.

Il paraît que des Kabyles sont les auteurs de cette audacieuse soustraction. Des compères qui les attendaient à l’extérieur ont sans doute reçu les armes et le fourniment par-dessus le mur d’enceinte.

Chacun son métier, publicistes Bougiotes, et votre ville sera bien gardée !

Conservation : ANOM (BIB AOM 30637) ; BNF (JO – 11160)

Ce court article est en une de L’Akhbar : son rédacteur raconte plaisamment une anecdote qui évoque pourtant des angoisses plus profondes, liées aux armes et à la situation de la colonie algérienne. Outre cet aspect, on remarque ici la mention d’un journal, le Gourayah, du nom d’une montagne, et dont les archives n’ont pas conservé la trace : c’est un phénomène récurrent que ces citations qui aboutissent à des impasses pour les recherches mais témoignent de la vitalité médiatique du territoire. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.