Voyage autour du monde. Taiti (1855)

Celtibère, auteur des Poésies religieuses, “Voyage autour du monde. Taiti”, Le Messager de Tahiti, du 28 janvier au 4 février 1855

 

Voilà donc Taïti, la perle de la mer,

Ce port hospitalier, ce fortuné rivage !

Nous la touchons enfin. Favorable présage,

Un iris merveilleux, dans les plaines de l’air,

Le ciel libre partout et pur de tout nuage,

Nous l’avait annoncée, avant qu’à l’horizon,

Au milieu des vapeurs qui voilaient l’étendue,

Elle sortît de l’onde et charmât notre vue.

Maintenant à loisir foulant son doux gazon,

Je tourne mes regards vers sa rade admirable

Que des bancs de coraux, barrière inébranlable

Défendent longuement des flots tumultueux.

Vainement souffleraient des vents impétueux,

Dans ces ondes mouillé, sur son ancre immobile

Le nocher peut dormir dorénavant tranquille.

Mais détournant les yeux du liquide séjour,

Saluant Morea qui du flambeau du jour,

Nous cache à son déclin la mourante lumière,

Lorsqu’il semble ici-bas terminer sa carrière ;

Contemplons Taïti, sa plage et ses coteaux,

Ses vallons odorants, ses rapides ruisseaux

Qui charmant à l’envi ces lieux de leur murmure,

Y maintiennent sans cesse une fraîche verdure,

Que d’arbres inconnus, que de nouvelles fleurs,

Quels parfums étrangers, quels fruits, quelles couleurs !

Ici s’offre à ma main la banane sucrée,

Là, du mol hibiscus la corolle pourprée.

La noix du cocotier parmi de longs rameaux,

Sur les bords de la mer, s’incline vers les eaux.

Je cueille la goyave à la chair rougissante,

Tout près, de l’arbre à pain la pomme nourrissante :

L’indigène naïf l’appelle maïoré.

Quel est ce grand mauvier à la fleur jaunissante ?

Voici le pandanus au fruit lourd et serré

Qui, servant de ces lieux les mœurs hospitalières,

Donne en toute saison son feuillage acéré,

A ce peuple indolent pour couvrir ses chaumières.

Partout croissent ici l’odorant ananas,

L’orange, le citron, les vrais acacias,

La tendre sensitive, une noble immortelle

Où de l’antique Assur la couleur étincelle.

Le robuste bambou, sa délicate sœur

Plus que le miel d’Hibla chère par sa douceur,

Le café célébré par les fils de l’aurore,

L’évi, le cotonnier, et mille autres encore,

Qui dès les premiers temps, bénis par l’Eternel,

Renouvelant leurs fruits, réparant leur parure,

Sollicitent la main du fortuné mortel

Qui vient à leurs rameaux chercher sa nourriture.

 

Ah ! ce n’est point hélas ! ainsi que sans culture,

Nos avares sillons nous cèdent leurs trésors.

Que d’amères sueurs, que de constants efforts,

Coûtent au laboureur sa moisson florissante,

Coûtent au vigneron sa vendange abondante.

Contre le sol ingrat luttant avec ardeur,

Sans cesse des hivers redoutant la rigueur,

Les ardeurs du Lion, et la grêle et l’orage,

Au sein de la misère exerçant leur courage ;

On les a vu souvent, intrépides héros,

Abandonnant leurs champs et leurs obscurs travaux,

A travers les périls, suivis de la victoire,

Se couvrir noblement d’une immortelle gloire.

Heureux Taïtiens, O ! vous qu’un doux soleil,

Que de limpides eaux, qu’une terre fertile

Accablent de bienfaits ; vous qui d’un cœur facile,

Au sein de longs loisirs, dans les bras du sommeil,

Sans peine, mollement coulez votre existence ;

Apprenez à bénir du moins la Providence,

Et dignes des faveurs dont vous comble le ciel,

A mériter enfin le bonheur éternel.

 

II

Après six mois de mer, qu’il est doux sur la terre,

De pouvoir au hasard porter ses pas rêveurs

Et parmi des sentiers bordés de jeunes fleurs,

D’oublier quelques temps les vents et l’onde amère.

 

Qu’il est doux de s’asseoir au bord d’un clair ruisseau,

De s’armer en passant d’un fragile rameau,

De suivre dans les airs le papillon volage,

D’entendre le lézard s’enfuir sous le feuillage

Et le vol de la mouche et le chant du grillon.

 

Qu’il est doux de tremper ses pieds dans la rosée,

Quand le soleil se montre à peine à l’horizon,

Et de gravir les flancs d’une colline aisée,

Que revêt mollement un verdoyant gazon.

 

A ces vulgaires biens l’âme entière attentive,

Semble en jouir alors pour la première fois

Et bientôt s’élevant plus ardente et plus vive,

Dans l’œuvre de ses mains bénit le Roi des rois.

 

Vainement de sa voix la jalouse science

Vient et m’importuner et troubler mes plaisirs,

Loin de me tourmenter d’ambitieux désirs,

Je poursuis, sans rougir de ma douce ignorance.

 

Eh ! voudrais-je jamais barbare dans mes vers

De cent étranges noms hérissant leur mesure,

Savoir, amant naïf de l’aimable nature,

Bizarrement parler de ses produits divers ?

 

Mais cette île m’est-elle à ce point étrangère

Que je n’y sache un peu reconnaître la terre ;

De ses vallons au moins, distinguer ses coteaux

Et des flots de la mer, ses salutaires eaux ?

 

L’arbre n’y croît-il pas, étendant son ombrage ?

Dès le matin, l’oiseau caché dans le bocage,

Ne m’y charme-t-il pas de sa joyeuse voix ?

Au chant de la cigale, en rêvant dans le bois,

Rappelant à mon cœur, hélas ! son innocence,

N’ai-je pas reconnu les jeux de mon enfance ?

 

Cela seul me suffit. Eh ! que voudrais-je encor ;

Quand je connais l’insecte à son rapide essor,

A sa chanson l’oiseau, la plante à sa verdure,

L’arbre à son noble port, la fleur à sa parure,

Le sol à sa couleur, la couleur du tombeau,

Dans l’insulaire oisif, l’humaine créature,

Dans la soleil, du jour le radieux flambeau,

Et partout la beauté du Dieu de la nature.

 

III. Hivernage

Quoiqu’un été constant règne sur ce rivage ;

Il est une saison où de sombres vapeurs,

Où la pluie à longs flots, en ces lieux enchanteurs,

Répandent la tristesse : on l’appelle hivernage.

Non quelle que les aquilons fils des âpres frimas,

Y soufflant longuement la neige et la froidure,

Y viennent dépouiller ces bois de leur parure :

Non, exempts de rigueur, ces prospères climats,

Sans cesse sont couverts de fleurs et de verdure.

 

Mais quand l’astre divin qui mesure les jours

Abandonnant le Sud, traversant dans son cours

Le signe du Verseau, s’avance vers cette île

Echauffant et les flots et sa glèbe fertile ;

On voit s’y condensant les effluves des mers,

Insensibles rampant d’abord dans les campagnes,

Aller sur les sommets de ses fraîches montagnes,

Se mêlant aux vapeurs qui flottent dans les airs,

Y verser le tribut de leur onde légère.

Mais c’est alors surtout que sombre et passagère,

Souvent une nuée envahissant les cieux,

Du fond de l’Océan vient inonder ces lieux.

 

Tel est l’heureux hiver que dans sa prévoyance,

Dès le commencement la sainte Providence

A voulu répartir à cet heureux séjour.

Eh ! comment l’arbre à pain eut-il pu voir le jour ?

Eh ! comment l’Eoutou de son large feuillage,

Au paresseux Canac donnant le doux ombrage,

D’aigrettes eut-il pu couronner ses rameaux ?

Comment l’apé qui vit auprès des clairs ruisseaux,

Comment le taro noir aux pesantes racines,

Et l’herbe des vallons, et l’arbre des collines

Eussent-ils prospéré ; si la saison des eaux

De ce sol humectant les plus profondes veines,

N’eût comblé ses bassins et rempli ses fontaines ?

Comment du cocotier la verdoyante noix,

 

Par la brise bercée au-dessus de ces bois,

Eût-elle jamais pu sur une aride plage

A souhait présenter un doux et frais breuvage

Au mortel accablé de soif et de chaleur.

 

Qui jamais en défaut vous surprendra Seigneur ?

Pour moi plus je m’avance au sein de ma carrière,

Plus je sais contempler ce monde et sa beauté ;

Plus j’abaisse mon front vers la vile poussière

Devant votre sagesse et votre majesté.

 

 

Conservation : ANOM BIB AOM 50102 ; Gallica avec une collection lacunaire.   

Le poète Celtibère, qui revendique dans sa signature une écriture religieuse, présente ici aux lecteurs du Messager de Tahiti une poésie “embarquée”, qui le présente découvrant Tahiti – mais la connaissant de réputation, comme c’est presque toujours le cas dans les productions écrites concernant l’archipel. On y trouve une description idyllique du territoire mêlée à la dévalorisation des indigènes (qu’il exhorte à la rédemption) et, explicitement, à la valorisation du labeur métropolitain. Ce stéréotype de l’île indolente, molle (l’adverbe “mollement” revient deux fois) est accompli grâce à l’insistance sur les paysages et les productions naturelles de l’île, avec quelques termes en italiques pour en marquer l’appartenance exotique. Ce texte illustre particulièrement bien un certain type de littérature coloniale : la poésie exotique, vecteur de l’idéologie du même nom.

Le pseudonyme de Celtibère cache l’auteur de Poésies religieuses (1852), d’une monographie de Notre-Dame, d’autres poèmes encore.Nous ne l’avons pas identifié. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.