Promenade au lac de Tahiti (1860)

A. Barion, pharmacien de la Marine, “Promenade au lac de Tahiti”, Le Messager de Tahiti, 22 janvier 1860

            Si l’Islande a ses geysers, dont les eaux tumultueuses après s’être élevées à de très-hautes distances retombent sur elles-mêmes pour se terminer par une superbe girandole ; si le Canada a pu attirer de nombreux curieux aux bords de ses Cataractes, dont la plus merveilleuse a été tant de fois chantée et décrite sous le nom de Cataracte, ou mieux de saut de Niagara, Tahiti, cette perle jetée comme par hasard au milieu d’un vaste Océan, renferme également une curiosité, moins connue peut-être, mais digne d’exciter le plus vif intérêt des voyageurs moins avides de connaître les phénomènes actuels que d’étudier les causes qui les ont produites.

Ceux qui chaque année, consacrent leurs loisirs à visiter les nombreux prodiges que la nature a semés comme autant de leçons, pour qui sait les comprendre, forment une bien petite cohorte, comparée à la masse de ceux qui, réduits par les occupations journalières, ou leur appréhension pour des courses lointaines, souvent même par leur manque de ressources, n’en sont pas moins curieux d’apprendre d’autrui, ce qu’ils ne peuvent aller voir eux-mêmes. Pour ceux-là, je mets de côté toute vaine crainte de critique littéraire, pour transmettre mes impressions, et fournir également à ceux que la fortune ou tout autre mobile déciderait à visiter notre riante oasis, un moyen de passer d’agréables instants, dans un pays où l’on se croirait à l’avance privé de toute distraction.

Je ne parlerai point de Papeete notre Chef-lieu, la description en a été souvent faite, pour que je me dispense de la reproduire ici.

Je m’éloigne donc de Papeete, en compagnie du Secrétaire du Commissaire Impérial. Son crayon habile nous sera d’un grand secours pour reproduire quelques-uns de ces jeux de la nature, que les habitants d’un autre hémisphère, sont très souvent portés à considérer comme des élucubrations d’un cerveau malade ou inspiré, d’un poète en un mot.

Nous ne saurions être plus heureux ; le temps est magnifique. Tout nous promet huit jours de bonheur que ne viendront troubler ni inquiétudes ni soucis.

A peu de distance de la ville, nous nous sommes arrêtés sur un des monticules du district de Faaa. L’œil s’étend au loin sur la mer et embrasse un très vaste horizon.

A droite on aperçoit la rade bordée d’habitations, la plupart élégamment construites, qui donnent à la grève l’aspect continuel d’un jour de fête, dès que quelques navires viennent y trouver, ce qu’ils chercheraient vainement ailleurs, une rade sûre et des vivres de toute sorte.

A gauche l’île de Moorea, en ce moment couverte de nuages, donnait par sa teinte brunie, l’ombre nécessaire à l’ensemble du tableau.

A quelques miles de Faaa, l’attention est attirée par deux blockhaus, situés sur le sommet d’une montagne du district de Punaauia. Ce sont les derniers vestiges, et, aujourd’hui, l’unique symbole des luttes anciennes avec les habitants de cette contrée. Chaque sentier, chaque point du vallon, a son trait historique, que le Tahitien ami, prend plaisir à raconter.

Preuve certaine, que ces luttes récentes, il est vrai, dans les annales de l’histoire, n’en sont pas moins de date fort ancienne, dans le cœur de tout Tahitien.

La route était déserte, les Tahitiens de chaque district se trouvaient réunis pour le Pure. Une digression en passant ne sera pas hors de propos. Le mo Pure ra indique le lieu où se célèbre l’office, tandis que le mot Pure est la désignation de toutes prières ou offices qui y sont célébrés. Le Ministre religieux de chaque district est désigné sous le nom de Orometua. Il peut déléguer pour la prière ordinaire un homme de son choix appelé Tiatono ou Taretia. Le plus grand silence est observé pendant l’office comme dans nos églises catholiques. Dans l’intervalle des offices ou Pure, les Tahitiens de la plupart des districts ne retournent que le soir à leur case souvent fort éloignée. Le reste du temps est consacré au chant des hyménées, dont le texte est ordinairement pris dans la bible.

Ces chants, dont l’exécution semble à première vue abandonnée au hasard, sont cependant le résultat d’une très longue étude, dont la patience et l’oreille exercée du Tahitien font les frais.

(La suite au prochain numéro )

A. BARION, Pharmacien de la Marine

 

Conservation : article disponible sur Gallica

Dans cette “promenade”, sous-genre littéraire que la presse coloniale sait utiliser pour décrire les territoires, l’auteur revendique son statut de pharmacien de la Marine pour décrire les paysages tahitiens. L’auteur précise ses visées : il veut faire voyager ses éventuels lecteurs jusqu’à Tahiti, et leur permettre ainsi de faire – ce qu’il ne nomme pas ainsi – du tourisme. Accompagné du Secrétaire du Commissaire Impérial, Barion entraîne son lecteur hors de Papeete, ne néglige pas d’évoquer le conflit franco-tahitien quand il signale la présence de blockhaus, évoque les chants tahitiens…

Cette publication dans le feuilleton du Messager de Tahiti se poursuit pour quelques épisodes, présentant ainsi cette “promenade” aux lecteurs locaux, mais surtout aux lecteurs métropolitains promis par l’échange des journaux. Et cependant, le texte est intégralement traduit en tahitien : le journal colonial joue bien ici un rôle complexe. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.