Les Nouvellistes algériens, comédie en deux actes et en prose (1836)

Anonyme, Le Moniteur algérien, 27 mai 1836

On nous a communiqué une comédie que son auteur se propose de faire représenter sur le théâtre d’Alger, au retour de la saison. Nous profitons de la permission qui nous a été accordée d’insérer dans notre feuille quelques extraits de cette pièce, nous proposant d’en user avec discrétion, afin de ne pas donner au public une connaissance complète anticipée, et diminuer par là le stimulant de curiosité qui attire la foule aux premières représentations.

Les héros de cette comédie sont un certain M. Basile, alarmiste de profession, et un M. Nigaudinos, badaud de Paris chez qui le soleil d’Afrique a développé outre mesure la crédulité et la niaiserie naturelles à ce caractère. L’un crée les nouvelles sinistres, et l’autre les propage ; l’un est le Christophe Colomb, le Newton du genre ; l’autre n’en est que l’homme affiche.

Pour peu que vous fréquentiez la place du Gouvernement, vous avez dû y rencontrer M. Basile, car ce lieu est le centre de ses opérations. Semblable à l’araignée, qui du milieu de sa toile regarde si quelque pauvre mouche ne vient pas donner étourdiment dans ses fils, M. Basile promène les yeux sur toutes les issues par lesquelles la population peut déboucher sur la place, afin de saisir au passage des oreilles complaisantes dans lesquelles il puisse couler mystérieusement la grande nouvelle, et une bouche bénévole qui consente à s’ouvrir, ne fût-ce que pour lui dire bonjour, ce qu’il transformera à deux pas de là en une importante communication qu’il tient d’une personne bien informée.

Une des jouissances les plus vives de M. Basile, c’est d’aller, en temps d’expédition, apprendre à un père, à une femme ou à un frère, que son fils, son mari ou son frère a été tué. Les gens qu’il envoie ainsi dans l’autre monde se portent ordinairement à merveille, et viennent protester en personne contre leur mort anticipée. Mais M. Basile n’en a pas moins eu le plaisir de plonger pendant quelques jours plusieurs familles dans l’inquiétude la plus douloureuse.

Quant à M. Nigaudinos, il vous serait difficile de faire un pas dans la ville sans le coudoyer, lui ou quelqu’un de ses nombreux parents. Mais si vous désirez voir ce personnage dans tout son éclat, c’est encore sur la place du Gouvernement qu’il vous faut aller. C’est là que sa physionomie, ordinairement insignifiante, prend un aspect qui ressemble à une expression quelconque. Cependant ce miracle n’a lieu que lorsqu’il s’est trouvé en contact avec M. Basile. Tel que la bûche à laquelle on n’a pas encore mis le feu, il rappelle tout-à-fait, dans les circonstances ordinaires de la vie, l’inutile lignum du poète latin ; mais qu’un regard de M. Basile vienne à tomber sur lui, qu’une seule des paroles de cet homme supérieur arrive jusqu’à son nerf auditif, et soudain la bûche s’enflamme et la buse disparaît. Malheureusement cette métamorphose n’est pas de longue durée, et elle n’agit d’ailleurs que sur l’extérieur de l’individu ; car pour ce qui est de l’homme interne, c’est toujours Gros Jean comme devant. Si maintenant vous désirez avoir une idée de l’aspect de M. Nigaudinos, lorsque Basile, nouveau Prométhée, lui a lancé son rayon de soleil, nous vous dirons que la meilleure manière de vous en rendre compte, c’est de vous figurer un point d’admiration fait homme. En effet, s’il ouvre alors les yeux, la bouche ou les oreilles (et il les ouvre prodigieusement), c’est toujours pour s’étonner, admirer et s’exclamer.

Maintenant, pour résumer en peu de mots ce qui concerne ces deux individus, nous vous dirons que M. Nigaudinos et ses pareils ne sont que de pauvres sots, et que M. Basile est un insigne… Mais le mot est trop peu parlementaire pour l’imprimer en toutes lettres.

Après avoir initié nos lecteurs au caractère des deux héros de la pièce, nous allons les montrer en action. Nous retranscrivons ici la comédie en question.

Scène VI

Le théâtre représente la place du Gouvernement, avec sa population habituelle de biskeris, d’artistes en fait de cirage, de gamins indigènes et surtout de flâneurs européens.

M. Nigaudinos. – Hé ! bonjour, mon cher M. Basile ; il y a une éternité qu’on ne vous a vu. Hé bien ! qu’avons-nous de neuf ?

M. Basile. – Mauvaises nouvelles, M. Nigaudinos ; fort mauvaises nouvelles de France !

M.N. – Ah mon Dieu ! vous m’effrayez ; qu’y a-t-il donc ? quand le courrier est-il arrivé ?

M.B. – Le courrier n’est pas arrivé ; on l’a empêché de partir pour qu’on ne sût rien ici.

M.N. – Bah ! mais alors comment savez-vous…

M.B. – Vous ne comprenez pas ? Un navire du commerce.

M.N – Ah ! j’entends. Hé bien ?

M.B. – Le ministère est changé.

M.N – Ah !

M.B. – Une révolte en a été la conséquence.

M.N – Oh !

M.B. – La troupe est passée du côté des séditieux.

M.N – Hé ?

M.B. – Comme j’ai l’honneur de vous le dire.

Passant contradicteur (montrant un paquet de journaux) – Vous mentez, Monsieur ; voici les journaux apportés par le courrier qui arrive, et ils ne disent rien de tout cela.

M.B. (quelque peu déconcerté) – C’est étonnant : je tiens cela d’une personne bien informée, et…

Passant contradicteur (en s’en allant) – Misérable imposteur !

Après une pause de quelques minutes, M. Basile, qui s’et un peu remis, reprend le dialogue.

M.B. – Hem ! hem ! avez-vous des nouvelles de l’expédition ?

M.N – Non. Est-ce que vous sauriez quelque chose ?

M.B. (prenant une expression de physionomie des plus sinistres) – Comment, vous ne savez pas que ce pauvre colonel… a été tué ?

M.N – Hé mon Dieu non ! c’est bien malheureux ; mais aussi il s’expose trop ; cela devait lui arriver.

En ce moment on entend le bruit d’un cheval (le colonel en question est dessus) qui piaffe et se cabre ; M. Nigaudinos regarde de ce côté.

M.N – Hé mais, Dieu me pardonne ? voilà le colonel… !

M.B. – Impossible. Il doit être mort.

M.N – Alors c’est son ombre.

Ici le cheval ayant fait un écart subit, arrive près de nos deux interlocuteurs et les renverse l’un sur l’autre. MM. Basile et Nigaudinos se relèvent tout meurtris. Pendant quelques temps ils s’occupent à redonner une forme normale à leurs chapeaux qui, par suite de cette chute, avaient pris l’apparence des couvre-chefs de Robert Macaire et de son fidèle Bertrand.

M.N (reprenant la parole) – Si c’est une ombre, elle peut se vanter d’avoir furieusement de corps. Je suis moulu. Savez-vous, M. Basile, si nous avons perdu beaucoup de monde dans cette expédition ?

M.B. – Immensément. Au reste, j’aperçois une personne très bien informée qui va me donner le chiffre exact. (S’approchant d’un promeneur) Monsieur, pouvez-vous me dire combien nous avons eu d’hommes tués dans la dernière affaire ?

Le promeneur – Quarante-quatre.

M.B. (courant à M. Nigaudinos) – Je vous disais bien, que nous avions perdu beaucoup de monde : quatre cent quarante-quatre tués !

M.N (apercevant un jobard de sa connaissance, court à lui d’un air effaré) – Ah mon Dieu, M. Bonardin, quatre mille quatre cent quarante-quatre tués !

Le promeneur (tout épouvanté) – Messieurs, Messieurs, j’ai dit quarante-quatre.

Sans faire attention aux exclamations du promeneur, MM. Basile et Nigaudinos parcourent la place à grands pas en criant, à qui veut les entendez, l’un 444, l’autre 4, 444.

Nous ne poussons pas plus loin nos citations afin, comme nous l’avons déjà dit en commençant, de ménager au public le plaisir de la surprise.

Nous souhaitons à l’auteur un succès d’enthousiasme ; mais quand nous pensons au grand nombre de Basiles et surtout de Nigaudinos qui pullulent dans notre ville, nous ne pouvons nous empêcher de redouter une formidable cabale contre sa pièce.

Conservation : ANOM (BIB AOM 50200) ; Gallica (collection lacunaire).

Toujours dans le journal officiel algérien, mais cette fois dans l’espace du feuilleton, cette présentation d’une pièce de théâtre satirique (qui n’a pas laissé de traces) révèle la manière dont le journal représente les types de la société coloniale et l’importance des informations. Nigaudinos, type de l’imbécile, est ici un “nouvelliste”, comprendre celui qui propage les nouvelles, le journaliste ; le fait qu’il soit un “badaud de Paris” renforce encore le caractère comique du personnage.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.