La machine ne fonctionne plus (1871)

Somebody, « La machine ne fonctionne plus », Le Moniteur de l’Algérie, 2 août 1871

 

Ceux de mes lecteurs qui se sont trouvés soudainement réveillés en pleine mer, par une violente secousse immédiatement suivie de l’arrêt complet du bateau, comprendront seuls ce qu’ont d’effrayant ces quelques mots sourdement répétés par chacun : « La machine ne fonctionne plus ! »

Le sang se glace dans les veines, on se voit sombrer, et, sans force, sans volonté on attend dans des angoisses horribles, une fin qu’on croit aussi rapprochée qu’inévitable.

Combien plus terrible est l’effet de cette affreuse nouvelle lorsqu’elle menace la population de toute une ville quand, comme à Alger, l’autre soir, les victimes, au lieu de se compter par centaines, se comptent par milliers !

C’était le 29 juillet, à la tombée de la nuit. L’atmosphère était lourde, le ciel avait un aspect sinistre. Epuisé par la chaleur de la journée et de plus, poursuivi par un pressentiment que rien ne justifiait, je me proposais, au lieu de sortir, de vérifier l’exactitude du proverbe : « qui dort dîne », en demandant tout simplement à mon lit, pour ce soir-là, la table et le logement. Hélas, que j’eusse bien fait ! Mais le fatal destin ne le voulut pas. Une soif canine s’empara de moi. La perspective de boire frais me fit surmonter ma paresse et ma peur, et je me mis en route pour l’hôtel de *** où je prends pension.

C’était entre chien et loup. Les rues me semblèrent avoir un aspect inaccoutumé. De rares passants se hâtaient de rentrer chez eux. Oubliant que c’était le jour du sabbat, je m’étonnais de voir beaucoup de boutiques fermées. Le sol me brûlait sous les pieds. Je n’eusse pas été surpris de ressentir une secousse de tremblement de terre.

Enfin, j’arrive à l’hôtel, ruisselant d’eau et la bouche d’autant plus sèche. En entrant dans la salle à manger, je fus frappé de l’air mécontent des convives. Chacun semblait regarder son voisin d’un œil de menace ou d’envie. Mon commensal, arrivé avant moi, répondit à peine à un salut, qu’au milieu de mon inquiétude je m’efforçai de rendre gai. Les garçons faisaient leur service d’une humeur plus que silencieuse. Assurément, mon pressentiment ne m’avait pas trompé ; il y avait ou il allait y avoir quelque chose. Voulant me mettre à l’unisson de la mauvaise humeur générale, je renvoyai brutalement le potage qui me fut servi. – Donnez-moi de la glace, dis-je au garçon, d’un ton qui ne souffrait pas de réplique. – Il n’y en a pas, Monsieur. – Comment, il n’y en a pas ? Envoyez-en chercher. – Monsieur, il n’y en a pas à Alger : la machine ne fonctionne plus : – Mots terribles qui mirent ma bouche en feu et m’empêchèrent d’articuler une autre parole.

Quand je revins à moi, car cette réponse fut pour ma pauvre tête un vrai coup de foudre, je compris l’importance du malheur qui frappait tout Alger et je m’expliquai alors l’abattement général.

Un tremblement de terre n’engloutit pas tous les habitants. Une inondation est impuissante contre les vigoureux nageurs, et les bons pompiers savent se rendre maîtres d’un incendie. Mais le manque de glace atteint tout le monde, et boire chaud par une température de 35°, c’est à faire rendre… l’âme.

Ces sinistres paroles : « La machine ne fonctionne plus » suggérèrent aux nombreuses victimes une question que je soumets à l’appréciation du lecteur : Comment se fait-il qu’à Alger il n’y ait qu’une fabrique de glace, tandis qu’à Oran, avec trois fois moins de population, il y en a trois ?

L’Algérien proprement dit serait-il moins entreprenant que l’Oranais ?

Le désappointement de mon aimable commensal qui, au prix d’or (il en remue à la pelle), ne put obtenir qu’une carafe frappée, nous dérida un peu. Chacun plaça son mot et cette fois, ce fut le mot pour rire.

L’un supposa une taquinerie méphistophélique de la part de l’unique industriel rafraîchissant, pour donner un avant-goût de l’enfer aux impurs d’Alger.

Un autre affirma que l’honnête fabricant de glace, souffrant d’un violent accès de goutte trouvant un certain soulagement à faire souffrir toute la population.

Les Prussiens seraient-ils complètement étrangers à ce nouveau malheur public ? avança un troisième.

Vous cherchez bien loin et vous oubliez ces maudits bureaux arabes, dit ironiquement un jeune officier. – Dame ! qui sait s’ils n’y seraient pas pour quelque chose ? répondit un grincheux presque convaincu. Quelle qu’en soit la cause, oh ! mes chers algériens, plaise aux Dieux immortels que jamais plus vous n’entendiez, comme un glas funèbre, tinter à vos oreilles ce cri maudit : LA MACHINE NE FONCTIONNE PLUS !…

Somebody.

 

Conservation : ANOM (BIB AOM 50200) ; collection lacunaire sur Gallica.

Dans cet article humoristique situé en troisième page, l’auteur sous pseudonyme utilise un cliché de la littérature maritime : le cri “la machine ne fonctionne plus” n’annonce pas ici une panne de moteur sur un bateau, mais une absence de glace à Alger en été. L’esquisse d’une certaine vie nocturne à Alger,  la comparaison avec Oran, la mention des bureaux arabes (unités administratives dont l’existence fait débat chez les coloniaux) et même les Prussiens apparaissent ainsi dans un texte qui reflète une certaine vie coloniale marquée par la connivence. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.