À propos d’une cathédrale (1871)

François de Saint-Amand, « À propos d’une cathédrale », Le Courrier de Saint-Pierre, 25 août 1871

A peine est-il sorti de terre,

Le temple saint qui dans les cieux,

Devait porter sa masse austère

Et son clocher audacieux,

Et déjà sur ses flancs grisâtres,

Ciselé si coquettement,

La mousse étend ses plis noirâtres,

Comme aux murs d’un vieux monument.

Et déjà l’herbe l’environne,

Tressant partout ses nœuds serrés,

Comme pour empêcher personne

D’approcher de ces lieux sacrés ;

Et ses fenêtres ébauchées,

Yeux vides au crâne d’un mort,

Semblent avoir été touchées

Par un flot barbare du Nord.

 

C’est pitié de voir la ruine

Où la vie est si jeune encor,

De voir la colombe divine,

Brisée à son premier essor.

O tristesse, ô mélancolie,

D’entendre le grillon gémir

Où l’on a rêvé d’harmonie

De l’orgue au sublime soupir.

 

Les vieux arbres dont la ramure

Sous notre soleil a grandi,

Qui devaient former sa parure,

Aux chaudes heures de midi,

Tamariniers au vert feuillage,

Et cocotiers échevelés,

Semblent pleurer en leur langage,

Sur ces décombres désolés,

 

On dirait dans un cimetière,

L’isolement d’un vieux tombeau

Dont chaque jour roule une pierre

Lambeau croulant sur un lambeau.

Plus de parent, d’ami qui vienne

Prier au pied du monument ;

La moindre bourrasque l’entraîne,

Et finit son écrasement.

 

Dans les temps de Babylone,

Le tigre dort, et le serpent

Sur un vieux tronçon de colonne

Chauffe au soleil son corps rampant.

Sur le sol de la Grèce artiste,

Aux champs où fut le Parthénon,

Le voyageur passe et s’attriste,

A l’aspect de ces lieux sans nom.

 

Mais ces temples, qui sous le sable,

Dérobent leur immensité

Ont vécu leur vie ineffable,

Ont eu leur part d’éternité.

Les fidèles des temps antiques,

Se sont courbés sous leurs arceaux,

Et de l’hymne aux versets mystiques,

Le chant éveilla leurs échos.

 

Mais toi, splendide cathédrale,

Tant fêtée à tes premiers jours,

Faut-il que la terre natale

Te laisse écrouler pour toujours ?

Faut-il, au sein de notre ville,

Que tes décombres agrandis,

Accusent notre orgueil stérile

Aux yeux des passants interdits ?

 

Où donc la foi sincère et vive

Dont s’enflammaient nos bons aïeux ?

Où donc la croyance naïve,

Qui savait dresser jusqu’aux cieux,

Les hautes tours de Notre-Dame,

Les fines flèches de Strasbourg ?

Le feu qui consumait leur âme

S’est-il donc éteint sans retour ?

 

Hélas ! toute croyance est morte

Au cœur des hommes d’à présent ;

Dieu n’est plus ; le gros sou l’emporte,

Sur le culte du Tout-Puissant.

La jouissance débraillée

Remplace le culte du beau

Et l’âme tristement souillée,

Reste étouffée en son tombeau.

 

La vapeur franchit les distances ;

Des canaux unissent les mers.

Et bientôt des ballons immenses

Seront dirigés dans les airs.

Mais à quoi bon si la matière

Doit dominer le feu divin ?

A quoi bon si toute carrière

Est ouverte au mauvais levain.

 

Si grand soit le progrès à naître,

Si radieux soit l’avenir,

L’âme voudra toujours connaître

Son créateur, à lui s’unir,

Se détacher de cette terre,

S’élever jusqu’au ciel lointain

Et, quoiqu’on fasse, la prière

Est un besoin du cœur humain.

 

St Amand.

Novembre 1869

 

Conservation : ANOM (BIB som pom/f/879), BNF (JO-3055). 

Journal important à la Réunion et ayant changé de titre au cours de son existence, Le Courrier de Saint-Pierre publie dans son feuilleton le texte de l’un des poètes de l’île, François de Saint-Amand. Dans ce texte d’inspiration religieuse, qui déplore l’abandon d’une cathédrale, on retrouve un mélange de thèmes qui fonde l’écriture coloniale : la poésie comme genre propre à une certaine élite française (références antiques, allusions aux monuments métropolitains), la présence du paysage réunionnais (tamarinier, cocotier), la mention du progrès (ici symbolisé par la “vapeur” en premier lieu, insularité oblige)… Ces différents thèmes sont subordonnés à une poésie religieuse de déploration caractéristique d’un certain courant poétique réunionnais mettant en avant les changements trop rapides de l’île. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.