Le Précurseur, un des petits journaux qui se donnent le plaisir de paraître (1848)

Anonyme, « Le Précurseur, un des petits journaux qui se donnent le plaisir de paraître… », 29 août 1848

Le Précurseur, un des petits journaux qui se donnent le plaisir de paraître… quelquefois, a disparu après la publication de son premier et unique numéro. Il se rattache à l’apparition ou plutôt à la disparition de cette feuille des faits assez curieux dont nous ne croyons pas devoir priver nos lecteurs. Son fondateur, le citoyen R…, s’est livré avec tant de vivacité à l’ardeur de l’intérêt patriotique et aux douceurs du premier-Alger, que la politique lui a monté à la tête et qu’il en est devenu fou ! Il y a quelques temps, il se présente chez M. le directeur-général, à une heure très avancée de la nuit et n’ayant pas été, bien entendu, reçu par ce fonctionnaire auquel il venait demander, tout simplement, la somme nécessaire pour son cautionnement, il monta à cheval, alla à Mustapha, revint à Saint-Eugène, voulut embrocher deux pauvres diables qu’il prenait pour des mouchards, et donna pendant toute la journée des preuves non équivoques d’aliénation mentale. La nuit venue, il se présenta de nouveau chez le directeur-général, armé d’un fusil chargé à balles, et comme il proférait des menaces assez exagérées, le fonctionnaire jugea prudent de l’arrêter.

Le citoyen R… fut immédiatement conduit à l’hôpital civil où il est encore ! Nous espérons qu’il en sera quitte pour la peur, et que dans quelques jours il sortira de l’hôpital tout-à-fait guéri. Du reste, la meilleure preuve qu’il puisse nous donner de sa complète guérison, c’est de renoncer bravement au Précurseur, dont le premier numéro a satisfait les exigences des hommes les plus difficiles en matière d’excentricité.

 

Conservation : ANOM (BIB AOM 30637) ; BNF (JO – 11160)

Dans cet entrefilet paru en troisième page, sous la rubrique “Faits divers d’Alger”, ce petit texte donne à voir l’effervescence des journaux de 1848 – ce n’est pas le seul texte de L’Akhbar qui traite de cette actualité et qui donne à lire des textes médiatiques portant sur le journal lui-même (ici sur le fondateur du Précurseur). On y voit également la mention du “premier-Alger”, adaptation locale du “premier-Paris” qui constituait une espèce d’éditorial de l’époque. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.