Alger, la nuit (1870)

C l’une, « Alger, la nuit », La Vie algérienne, 23 et 29 janvier 1870

Une excursion dans notre bonne ville d’Alger, vous sourit-elle, lecteurs ? Suivez-moi. Ne vous sourit-elle pas ? Suivez-moi quand même.

Il est onze heures du soir, nous sommes le sixième jour de la semaine, et vous savez, que depuis quelques temps, le samedi est fertile en rencontres, de onze heures du soir à 7 heures du matin.

La rue Bab-el-Oued est déserte ; on est au Théâtre, ou à la Perle, ou couché : c’est le faubourg Saint-Denis de Paris, à Alger.

La place du Gouvernement est animée ; qu’aperçois-je sous les arcades, en face de la statue du duc d’Orléans ?

Une buvette… ma foi, hurlons avec les loups, entrons, nous verrons ce que c’est.

Pouah ! quelle horreur ! mais c’est un bouge à matelots, ou un tapis franc ; consommations à dix centimes ; quelles figures patibulaires ! la police, heureusement, surveille cet antre ou, peut-être, ce repaire, je ne sais comment le qualifier.

Ne buvons rien, et partons, lecteurs, c’est écœurant.

L’heure s’avance ; avançons aussi. Ah ! c’est la rue Bab-Azoun.

Grande animation ! pierrots et pierrettes, débardeurs, laitières, bébés et autres travestissements se bousculent ; où vont-ils ?… à la Perle.

Ne nous mêlons pas à cette cohue, soyons calmes et dignes, comme M. Capdevielle, lorsqu’on lui adresse une provocation.

Avançons toujours, c’est la sortie du théâtre ; vous la connaissez, lecteurs, c’est continuellement la même chose. On a plus ou moins applaudi, plus ou moins baillé, et chacun s’en retourne chez soi, pour changer de tenue et faire apparition à la Perle : c’est là qu’est le bal.

J’y ai mes entrées, profitez-en, mêlez-vous aux groupes joyeux, dignes émules du grand Chicard, et dont quelques rosières de la Vie algérienne, comme les appelle M. Adrien Griffet, ne dédaignent pas de partager la joyeuse humeur et les spirituels lazzis.

Je vous laisse pendant quelques heures, et vais prendre mes ébats dans la salle ; je n’ai pas faim, et comme il est indispensable et du dernier genre de souper à la Perle, je tiens à fatiguer mes jambes pour me creuser l’estomac, que je remplirai à l’heure voulue, par un casse-croûte ou un souper complet, suivant l’appétit que j’aurai.

L’heure arrive, je vous offre à souper, lecteurs, je vous le commanderai, vous le paierez, nous serons quittes.

On soupe gaiment ; remettez le montant de l’addition à Pierre, le garçon de la Perle, et recommencez à vous vouer au culte de Terpsichore.

Un ou deux quadrilles et nous sortons ; remontons la rue Bab-Azoun. Brrr… il fait frisquet ; pas un café pour vous offrir un cordial : Diable ! quelles sont ces lanternes à 5h ½ du matin ? Approchons.

Rue de l’Aigle, buvette de l’Aigle… C’est un partisan de l’Empire ; entre amis, on ne se gêne pas, allons-y gaiment. C’est peut-être un Héritier présomptif qui tient ce petit Baratte algérien. Des huîtres, de la volaille, du bon vin ; Diable ! c’est une bonne ressource, en sortant de la Perle ; on se met à son aise, on peut retirer son masque, sans crainte d’être écorché.

Après tout, un héritier peut se permettre toutes sortes de choses ; une, cependant, doit faire exception : héritez de qui vous voudrez, peu m’importe, mais n’attentez pas à mes jours pour hériter de moi, cela n’en vaudrait pas la peine ; il vaudrait mieux pour vous, prier mon ami M…. de vous conduire à la poste hériter, ce qu’en cas de refus de sa part, la Vie algérienne ne manquera pas de faire, si Dieu et les abonnés lui conservent la vie.

Le jour paraît, nous rentrerons chacun chez nous, et nous reprendrons nos pérégrinations nocturnes, en visitant d’autres quartiers moins aristocratiques.

Je suis noctambule, comme les chats, et, pour peu que vous preniez goût à ce métier d’observateur, je vous promets, ce soir, de satisfaire vos appétits.

Rendez-vous sur la place de Chartres à 11h ¾, nous commencerons par explorer les aboutissants de la rue du même nom…

Vous êtes exact au rendez-vous, bravo, suivez-moi : Ne dites rien, nous allons dans un quartier où le meilleur est de se taire, quoi qu’on vous dise, quoi que vous voyiez y faire.

La rue de Chartres est assez mal fréquentée, la nuit : nombre d’établissements borgnes offrent un asile à ce qu’on appelle l’armée roulante d’Alger ; là, on boit l’anisette à un sou le cran, d’autres consommations à des prix aussi modérés, et dont l’absorption malsaine exerce de terribles ravages sur la raison des consommateurs.

C’est le cas ou jamais de se dissimuler ; ces messieurs n’aiment pas les gens en paletot et ne manqueraient pas de nous invectiver de sottises ; soit que nous voulussions les corriger, soit que nous eussions l’air de les narguer par notre silence, le pugilat deviendrait indispensable : il faut y renoncer avec eux, car ils ont souvent la désagréable manie d’emmancher au couteau au bout de leur poing.

La plus vilaine race d’ivrognes de ces quartiers, c’est la race indigène ; l’européen, à quelques exceptions près, dans l’état le plus complet d’ivresse, garde cependant, sinon le raisonnement, du moins conscience de ses actes : l’indigène, point ; il est mahboul et réduit à l’état de bestialité qui ne fait même pas plaisir aux animaux auxquels je pourrais le comparer ; plus il boit, plus il veut boire, et, l’alcool agissant, il devient furieux. Ne vous montrez pas à lui, en ce moment, ou garnissez votre poitrine d’une bonne cotte de mailles ; malheur au premier qui lui tombera sous la main. Attention ! regardez bien : un de ses coreligionnaires, à peu près dans le même état, s’approche : ils causent ensemble, et le résultat de leur entretien est qu’il faut encore boire : nouvelle station au cabaret, nouvelles libations ; puis, il faut payer… Vous allez voir.

Ils se lèvent tous les deux, mais sans mettre la main à la poche ; le cabaretier réclame, les indigènes se regardent : – toi payer. – Macache, toi inviter moi. – Toi mahboul ? moi pas de l’argent. – Ah ! kelb, toi inviter moi, et toi pas de l’argent, tiens… ; et la lutte s’engage.

Un attroupement se forme, on les regarde, mais personne ne les sépare ; bientôt, les couteaux se mêlent de la partie, cela devient intéressant ; les spectateurs s’avancent pour mettre le holà et alors toute la rage des deux adversaires se tourne contre les nouveaux arrivants ; la mêlée devient générale ; il n’est pas rare de voir les larges traces de sang aussitôt que le groupe a été dispersé.

Nous ne sommes plus au temps des métamorphoses, mais la vue du fer en opère quelques-unes, des ivrognes sont complètement dégrisés, des gens bien portants se trouvent mal, des impotents se sauvent à toutes jambes, les médisants se rétractent, etc., etc.

Voulez-vous en voir une des plus curieuses ? priez M.X., journaliste très gros et très connu à Alger, d’assister à l’une de ces scènes nocturnes ; il sera assis sur un fauteuil des mieux rembourrés ; au bout de dix minutes, regardez, oh, miracle ! le fauteuil se métamorphosera en chaise percée : Tentez l’aventure, je vous garantis la réussite.

Conservation : BIB AOM 30744 (ANOM) 

Paraissant en 1869 et 1870, représentatif des petits journaux mal conservés, le journal satirique La Vie algérienne publie ici une description en mouvement, une “excursion” dans Alger. Sous la plume du journaliste (dont le pseudonyme fait pendant à un autre, C. lui, qui publie d’autres articles), l’idéologie coloniale apparaît au fur et à mesure des déambulations : que ce soit l’intégration d’éléments hétérolinguistiques ou la description péjorative des “indigènes”, les rues sont ici le prétexte à une connivence fondée sur l’identité coloniale. Les personnages (le serveur Pierre, M. Capdevielle, le journaliste M. X.) participent ainsi à cet instantané satirique de la “vie algérienne”, formule qui fait florès (et qu’un autre journal satirique reprendra en 1883). 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.