Lettres d’un voyageur (1873)

Paul, « Lettres d’un voyageur », Le Propagateur, 17 décembre 1873

 

Saint-Pierre, ce 15 décembre 1873

Mon cher ….

Mon séjour à la Martinique s’est propagé au-delà du terme que j’avais fixé, et les deux mois que j’ai passés dans cette île m’ont mis à même de recueillir sur les mœurs coloniales mille détails piquants dont je t’ai déjà transmis une partie dans mes précédentes lettres, et que je compléterai de vive voix quand je reprendrai avec toi cette bonne petite vie parisienne que ne peuvent réussir à me faire oublier les attraits de mes pérégrinations. Je vais aujourd’hui t’entretenir du théâtre de Saint-Pierre que je suis assez assidûment depuis environ dix semaines. Tu t’attends probablement à ce que je t’en conte des merveilles, car tu n’as pas oublié, n’est-ce pas, les tableaux enchanteurs qui nous étaient faits par ces braves créoles que nous rencontrions à notre cercle ; pour eux, l’Opéra et les Italiens n’avaient été que désillusion ; la Patti n’était rien à côté des cantatrices martiniquaises, et nous nous demandions comment le Directeur de l’Opéra pouvait s’arrêter à ne recruter ses sujets qu’au Conservatoire, quand il était si facile de recourir aux colonies françaises pour se procurer des étoiles de première grandeur.

Je dois dire, mon ami, qu’il y a passablement à rabattre de ces prétentions ; mais le plus plaisant de l’affaire, c’est que nos excellents intertropicaux sont plus difficiles pour leurs artistes qu’ils ne l’étaient pour les nôtres ; ils parlent ici de Paris comme ils nous parlaient là-bas de Saint-Pierre ; rien n’est supportable, tout marche de travers ; ils critiquent, sifflent, interpellent, gesticulent, se démènent, et la vérité est que, si le théâtre local n’est pas précisément l’Opéra, il est à coup sûr supérieur, comme ensemble de troupe, à ceux des villes de province d’une égale population.

Hier, j’assistai à une représentation de la Muette des plus satisfaisantes ; c’était sans contredit la meilleure soirée de la saison. Eh bien ! mon cher, on se plaignait de tout ; on se plaignait surtout de la façon barbare dont le directeur avait mutilé le chef-d’oeuvre d’Auber ; le croirais-tu ? Les coupures étaient les mêmes que celles qui se font partout ; on avait retranché : – les ballets, par la raison toute simple que les danseuses font défaut ; – le pauvre duo du troisième acte qui ne se chante nulle part et que Caroline Duprez avait vainement essayé, il y a quelques années de réintégrer dans les représentations de l’opéra ; – on peut voir que dans trois ou quatre théâtres de France, vu les difficultés de la décoration (éruption du Vésuve) : tu le vois donc, l’opéra était donné exactement comme dans les autres théâtres de province.

Généralement cependant, on fait moins de coupures au théâtre de Saint-Pierre que sur les autres scènes ; j’ai entendu ici l’air d’Anna de la Dame-Blanche, la romance du ténor du Domino, le quatrième acte du Barbier, et ce mauvais duo de Lucie (soleil sur l’arène) que Fraschi lui-même ne put acclimater aux Italiens. Une partie du public semble rebelle à ces suppressions, et c’est un peu de sa part péché d’ignorance : il ne sait pas que, dans presque tous les opéras, y compris les Huguenotsle ProphèteRobert, Guillaumeetc, on a dû sacrifier quelques morceaux dans l’intérêt du succès général de l’oeuvre ; que ces coupures ont toujours eu lieu avec l’assentiment des compositeurs qui, après l’épreuve de l’exécution, comprenaient que telle ou telle page ne répondait pas à la valeur moyenne de l’ouvrage ; que ce serait par exemple, manquer à la mémoire des Meyerbeer et des Rossini que de rétablir contre leur gré la scène du bal dans les Huguenots, ou le duo de la Grotte dans Guillaume-Tell.

Je te disais donc que la Muette avait parfaitement marché ; l’orchestre a crânement enlevé l’ouverture, si remarquable par la couleur locale ; il lui est arrivé quelquefois de ces accidents inévitables dans tous les orchestres d’amateurs ; les musiciens, attentifs à ce qui se passe sur la scène, oublient de compter leurs mesures, et, quand arrive la rentrée, désarroi général !… Mais c’est alors qu’il faut voir leur chef les rappeler d’un archet vigoureux aux exigences de la partition ; chacun cherche où il en est ; l’attaque est hésitante ; quelques indications du chef ont bientôt remis sur la voie, et, au bout de quelques mesures, les parties concordent parfaitement. Je dois te dire que je ne comprends guère comment M. Maurice Zay ne perde pas la tête dans ces moments difficiles, et plus d’un se serait arrêté court, désespérant de pouvoir reprendre l’ensemble ; j’ajoute du reste qu’il convient d’être on ne peut plus indulgent pour ceux des jeunes amateurs qui, tout en rendant service par leur concours empressé et à la Direction et au public, ne peuvent complètement se désintéresser de la partie vocale qui se déploie sur la scène.

[…]

Tu le vois, quoique parisien, je suis plus encore satisfait du théâtre de Saint-Pierre que les dilettanti du crû, et si nos amis du cercle persistent à nous en conter comme autrefois, conseille-leur d’être moins blagueurs chez nous, et moins difficiles chez eux.

Ton ami,

Paul…

Conservation : BIB som pom/e/549 (ANOM) ; JO-5979 (BNF). 

Le Propagateur, journal martiniquais, a été fondé en 1853 et connaît une relative prospérité – il est conservé jusqu’en 1895 à la BNF. La forme de la lettre à un ami parisien est ici l’occasion, en fait, d’une critique théâtrale qui fait entrer en jeu les allers et retours entre Paris et la Martinique. Nous avons coupé la partie qui tient à proprement parler de la critique d’opéra pour concentrer le texte sur ce qui fait la légitimité de “Paul”, épistolier supposé et critique improvisé qui offre aux lecteurs de Saint-Pierre une réflexion sur leurs goûts et habitudes. On remarque que, malgré la première apparition des “colonies” dans le premier paragraphe, la description du théâtre martiniquais comme d’un théâtre de province et la mention en miroir du “chez nous” / “chez eux” construisent une vision de Saint-Pierre comme une ville de province qu’on oppose à Paris. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.