Homme de couleur de la plus haute aristocratie (1862)

J. Tibon, “Homme de couleur de la plus haute aristocratie”, L’Avenir de la Pointe-à-Pitre, 4 avril 1862

Homme de couleur de la plus haute aristocratie, je suis votre frère, qu’ai-je donc fait pour démériter votre main ; vous me la donnez dans l’ombre et partiellement, mais lorsque vous vous trouvez en face d’un des aristocrates de notre classe, vos semblables, et de la classe blanche, vous vous retenez dès lors, et ne me la donnez pas.

Depuis mon bas âge, j’ai continuellement travaillé pour parvenir à la fortune, vous y êtes arrivés plus tôt que moi par des facultés que vous avez eues de vos pères et mères, mais heureusement que la divine Providence est venue à mon secours et par mon travail assidu, a su me faire acquérir quelques biens, qui me permettent aujourd’hui de figurer parmi vous et de pouvoir quand le besoin sera avec le secours de Dieu, me mettre au rang de ceux qui sont négociants.

Je n’ai point l’instruction nécessaire pour conduire le négoce, mais mon expérience du pays, l’âge et l’avoir me permettent et me permettront, grâce à Dieu, d’aller puiser dans la mère patrie, près de notre digne et brave Empereur, homme juste et sans passion, qui du haut de son trône sait apprécier le pauvre nègre, sans autre protection que celle de la Sainte Vierge, qui a su s’acquérir une des premières positions honorables que la Guadeloupe pourra citer depuis l’émancipation.

Voilà deux fois que l’on vient fouiller chez moi, MM. Le commissaire de police et le maréchal-des-logis, étaient venus l’année dernière dans le courant de l’hivernage, dans la soirée, faire des perquisitions sans m’en dire le motif ; mais quels sont donc ces motifs ? Je pense que l’on devrait les divulguer, car je paie mes impôts et ne dois rien au gouvernement.

J’ai fait des acquisitions de propriétés et fait vivre mes semblables par mon industrie ; je n’ai point voulu faire comme tant d’autres emporter mon or, chose que j’aurais pu faire, car je tiens à mon que je n’abandonnerai jamais.

Je suis nègre, je le comprends, c’en est le seul motif, car pour tout autre classe ceci serait resté dans l’ombre (j’entends perquisitions) ; je le répète, je n’ai besoin de personne et cependant j’ai besoin de tous, car nous avons tous besoin les uns des autres, vu que nous sommes nés l’un pour servir l’autre.

Les deux fouilles qui ont été faites chez moi sans m’en indiquer les motifs m’ont humilié, car moi propriétaire, sous la protection de la Sainte Vierge, je ne crains rien, mais Dieu fera connaître le vrai coupable.

La dernière fouille a été plus humiliante pour moi, vu mon absence, car moi maître-charpentier et cabaretier propriétaire, n’ayant jamais failli à l’honneur, je ne pouvais en définir le motif.

Né d’une mulâtresse, je ne sais si je tiens mon courage d’elle, et suis prêt dans toutes les circonstances à défendre cette classe ignorée par leur ineptie, mais qui tôt ou tard par la protection divine parviendra à comprendre leur véritable position sociale.

J’ai l’honneur d’être, M. le rédacteur, votre dévoué serviteur,

J. Tibon

Conservation :  ANOM BIB SOM POM/E/582

Dans cette lettre d’un lecteur adressée au rédacteur Anténor Vallée, J. Tibon met en lumière les persécutions dont il est victime en tant qu’homme de couleur : selon ses premiers mots, il montre ainsi la portée que peut avoir une publication médiatique qui reflète la société de son époque. La lettre n’est cependant suivie d’aucun effet à l’échelle du journal ; elle reste la trace d’une identité exprimée au sein d’un périodique riche, L’Avenir, qui publie par exemple des textes historiques sur les Antilles. 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.