Revue et chronique de Saint-Pierre (1843)

H. Vignerte, « Revue et chronique de Saint-Pierre », Les Antilles, 18 et 22 novembre 1843 (extraits)

Le Courrier de la Martinique qui nous parvient aujourd’hui contient un feuilleton que nous nous faisons un plaisir de reproduire : Par pari refertur.

Revue et chronique de Saint-Pierre

En attendant que les colonnes de votre estimable journal s’ouvrent pour la publication de quelqu’intéressant feuilleton de nos grands écrivains de la presse parisienne, je viens vous prier de les mettre aujourd’hui à ma disposition. La prose poétique de nos princes littéraires sera remplacée par mon français barbare. Vos lecteurs perdront beaucoup au change ; mais je viens leur parler un peu de notre bonne ville de Saint-Pierre, dont on ne s’occupe pas assez souvent, et qui mérite pourtant bien de fixer leur attention. Si nous l’oublions quelquefois, ce n’est pas par ingratitude : elle est digne de toute notre sollicitude. J’ai compté sur la généreuse indulgence de vos abonnés. Ils ont eu le courage de lire les vers tudesques et la prose othaïtienne de nos poètes et de nos faiseurs coloniaux : ils feront encore un effort en ma faveur ; ils voudront bien s’armer de courage, et de patience surtout, pour lire cette Revue, que je n’ai pas la prétention de leur livrer comme le morceau de littérature le plus brillant que la Presse coloniale ait publié depuis dix ans[1]. Ce n’est pas non plus un discours qui, tombant du haut d’une tribune, émerveillerait tout un auditoire[2]. Je laisse à d’autres le soin de prendre leur Phébus pour de la brillante littérature et se croire des Berryer et des Lamartine. Dieu merci, je ne suis pas écrivain, pas même poète. À la Martinique, c’est une triste recommandation que celle de poète, surtout poète comme M*** M*** M***. Le mot poète est ici synonyme de Cireur : ensuite un des désagréments de cette peu lucrative profession, c’est que ceux qui l’exercent sont exposés à voir le public baver sur leur robe[3]… de chambre sans doute, car nous ne leur en présumons pas d’autre : ce qui est fort sale. J’écris seulement pour m’amuser, et… pour ennuyer les autres, me direz-vous ; mais non, vous êtes trop poli pour me le dire, vous vous contenterez de le penser. Ensuite, j’ai cru que vos lecteurs seraient bien aises de connaître la Chronique de Saint-Pierre. C’est ce qui m’a décidé à prendre la plume.

Mais avant de vous montrer Saint-Pierre, de vous mettre au courant de ses cancans, de son bavardage, des nouvelles du jour, enfin de tout ce qui constitue la vie publique et animée d’une ville, il est indispensable de choisir un endroit convenable, d’où, bien placés, nous pourrons promener nos regards sur le vaste et mouvant panorama qu’elle présente, et où les bruits de la populeuse cité ne viendront pas me troubler dans les petites narrations que je veux vous faire.

Je n’irai pas me placer en vedette sur les hauteurs de la Montagne pelée. C’est un peu trop élevé. Je suis très myope, très frileux, peu cavalier, et je n’aime pas à marcher. J’en suis fâché : car un honorable confrère donne la permission de s’y mettre. Il engage à venir prendre part aux curieuses observations astronomiques qu’il se propose de faire le 12 de ce mois sur la physique céleste. On doit être touché de cette aimable attention, et lui en adresser ici de bien sincères remerciements. Si jamais je me décide à faire une étude sur les étoiles filantes, alors peut-être prendrai-je la peine de faire le trajet de la Montagne pelée et de gravir quelques marches de cet escalier des géants ; mais je ne suis pas du tout curieux de voir filer des étoiles. C’est un spectacle sans doute fort joli, mais que j’abandonne volontiers aux inamovibles habitués du banc de craques de la savane du Fort-Royal, aux badauds et aux gobemouches de toutes les promenades de la Martinique, et à l’existence duquel je suis forcé de ne pas croire, surtout si l’astronome qui a fait cette intéressante découverte est le même qui, au mois de mars de cette année, prenant l’étoile de Vénus pour… un BALLON !!!! (historique), ou si c’est celui qui faisait bravement mourir Horatius Coclès à la bataille de Marathon (historique). Vous concevrez maintenant, Monsieur, mon peu de curiosité d’aller voir les phénomènes célestes annoncés par des astronomes et des historiens de cette force, qui pourraient fort bien avoir pris une pluie d’étoiles quelques fusées ou chandelles romaines : avec un peu d’imagination et de bonne volonté, on croit tout ce que l’on veut, mais le difficile est de faire croire aux autres.

Je n’irai pas non plus me mettre à la Batterie d’Esnotz ; car j’ignore si la police a ramassé et fait mettre en fourrière les fourmis vagabondes qui se promènent le soir sans billets et sans lanternes (c’est un journal qui nous apprend ces jolies choses) et qui avalent, absorbent les flâneurs habituels de cette triste promenade qu’affectionnent particulièrement les fashionables nocturnes de la ville de Saint-Pierre. Voilà un problème que les savants futurs auront plus de peine à résoudre que celui de l’ingurgitation de Jonas par la baleine asiatique. Ensuite l’astronome dont je vous ai déjà parlé (celui qui prend une étoile pour un ballon), ou le savant historien (celui qui fait mourir Horatius Coclès à Marathon) y a déjà sans doute planté son observatoire pour suivre la marche des cailloux enflammés et les compter s’il le peut. (Numera stellas, si potes).

Ainsi donc, comme vous n’avez pas plus envie que moi de faire un cours d’astronomie sous de pareils professeurs, nous n’irons pas cette fois-ci fouler les sentiers fleuris du Morne-Pelé, où le gramen étale les verdoyants tapis d’un gazon éternel et répand les suaves émanations de ses arbustes odorants. Nous abandonnerons aussi discrètement la Batterie d’Estnotz à l’Arago colonial, afin de ne pas le troubler dans ses calculs astronomiques, et vous me suivrez sur les magnifiques plateaux du Trou-Vaillant, ou du Morne-d’Orange.

Là, vous jouirez du spectacle ravissant de Saint-Pierre ; vous respirerez un air pur et vivifiant ; les brises embaumées qui parcourent les vastes champs de cannes vous apporteront les senteurs parfumées qui arrivent des grands bois, et dilateront vos poumons comprimés par l’air vicié de la ville. Au bien-être physique se joint le plaisir moral. Ici votre âme s’agrandit : vous éprouvez des sensations indéfinissables, en contemplant cette nature riche et animée, en parcourant du regard les champs de cannes et le café qui vous environnent, en admirant cette végétation luxuriante et échevelée, ces fleurs aux couleurs vives et tranchées : vous énumérez ces trésors infinis que Dieu dans sa munificence a prodigués sur cette terre comme une compensation des maux inouïs et des catastrophes horribles qui en bouleversent trop souvent la face. Le Ciel étale sur votre tête les splendeurs de sa coupole d’azur, que son divin architecte semble avoir taillé dans un immense saphir[4]. Ici tout est calme : votre solitude n’est troublée que par le gémissement du vent qui soupire à travers les feuillages des grands arbres, ou qui fait frissonner les feuilles panachées des cannes : les bruits de la ville, aux fétides émanations n’arrivent pas jusqu’à vous. Vous êtes absorbé par l’imposante beauté du spectacle grandiose qui se déroule près de vous et sous vos yeux comme la vaste toile d’un panorama : vous êtes délivré des sombres préoccupations de la vie matérielle. Le monde est là où vous êtes. Votre vue se porte au loin sur le Morne-Pelé, qui vous apparaît comme un colossal géant couché, qui se repose de ses fatigues : ses flancs arides toujours couverts de nuages semblent une grève sur laquelle roulent incessamment des flots d’argent. A vos pieds, Saint-Pierre bruyant et livré à toutes les passions, à tous les vices des modernes Babylones, étend le vaste échiquier de ses maisons et de ses rues, qui se dessinent à vos regards comme les cases d’un immense damier ; un peu plus loin la rade avec ses navires immobiles comme des mouettes reposées, et qui ressemblent à des mouches collées sur une glace de Venise : pour faire cadre au tableau, la mer calme, unie, bleue, mais transparente, déroule devant vous les plaines scintillantes de son incommensurable horizon sur lequel se dessine vaguement la silhouette blanchâtre d’un bâtiment à voile, ou le noir panache de fumée d’un paquebot anglais que dorent les rayons étincelants du beau soleil des tropiques.

Mais pendant que notre confrère l’astronome (celui qui prend des étoiles pour des ballons) ou l’historien (celui qui fait mourir Horatius Coclès à Marathon) dresse son télescope, nettoie ses lentilles, tend le cou, ouvre l’œil, et cherche à lire un des feuillets du grand livre mystérieux de la nature nous regarderons à nos pieds et nous jetterons les yeux sur la ville.

Je ne sais si vous êtes comme moi, mais j’aime beaucoup Saint-Pierre, j’aime ses habitants généreux et bons chez lesquels l’hospitalité la plus franche se joint toujours à une intelligence cultivée, à une grande probité et à une bonté cordiale : je l’aime aussi parce qu’il me rappelle Paris, son bruit, son mouvement, ses joies et ses misères. Oui, j’aime Saint-Pierre, je prends un plaisir infini à le contempler nonchalamment étendu sur le rivage de sa mer d’azur aux pointillements diamantés, comme une odalisque qui s’apprête à prendre son bain de parfum, et qui folâtre et semble jouer avec les perles des vagues écumeuses qui viennent la caresser de leurs voluptueux baisers. Saint-Pierre fait l’envie des étrangers, la vie y est douce et paisible, et c’est la seule ville des colonies dont les femmes jouissent d’une réputation de beauté bien acquise. Elles y sont ravissantes de grâces, de tournure et d’élégance. Leur luxe quoique très riche est simple, leur mise, quelquefois bizarre, souvent de très bon goût, est toujours bien entendue. La démarche de la créole de Saint-Pierre et de la Martiniquaise en général est aisée, molle et langoureuse : elle se traîne dans un doux laisser-aller, son pied invisible, dont la petitesse ferait le désespoir d’une Chinoise, semble effleurer plutôt que se poser sur le pavé ; son esprit est fin, incisif, agréable : c’est le pétillement du vin de champagne qui se répand en mousse brillante et intarissable ; sa bonté… tous les malheureux qui l’implorent sont consolés. Que d’infortunés elle soulage dans l’ombre et qui ignorent la main bienfaisante qui les secourt ! Elle compatit à toutes les misères. Combien de pauvres artistes dénués de ressources ont pu regagner la France, grâce aux suaves accents de sa voix généreuse. Mais silence ! elle n’aime pas qu’on divulgue ses bienfaits.

Mais si j’ai à féliciter mes compatriotes de leur bienveillant concours pour le soulagement des grandes infortunes, comme mon enthousiasme s’amoindrit quand je viens à songer à leur ingratitude pour les poètes qui vivent parmi eux : hélas ! ils sont méconnus par leur ingrate patrie !… Mais ils savent depuis longtemps que nul n’est prophète… je veux dire que poète dans son pays ; aussi comptent-ils sur la postérité plus juste de leurs contemporains pour consacrer leur réputation et entourer leurs noms d’une auréole de gloire. Ils ont passé pendant leur vie, comme des baguettes de fusée après un feu d’artifice obscurs et inaperçus : après leur mort, ce sont des soleils de science, des comètes de génie. Ici les poètes sont incompris. Saint-Pierre est pour ses grands hommes une mer orageuse sur laquelle leur barque, sans cesse ballottée par les flots de l’envie ne peut atteindre le sommet du phare qu’on appelle la célébrité[5]. La société, cette stupide société, qui ne parle que la langue française, ne peut les comprendre et n’a pour eux que des sourires de marbre et des dents de fer[6]. Quelle barbarie ! quelle ignorance ! Aussi au séjour de la ville préfèrent-ils les sentiers fleuris où l’on trouve de doux rêves, dans le bruit de l’eau, dans le parfum des plantes, dans les rayons du soleil, sous des arbres touffus[7] qui bordent cette route au bout de laquelle se trouve ce bel arbre aux rameaux d’or[8] destiné à préserver leur précieux talent, qui est une cible incessamment percée des flèches de l’envie[9]. En effet, jugez-en par vous-même : voyez si ce n’est pas le comble de l’injustice, et s’il ne faut pas être possédé du démon de la jalousie et de l’envie pour ne pas rendre justice à des vers comme ceux-ci :

Les poètes un jour seront faits anges

A la droite de Dieu ;

Ils chanteront en des hymnes étranges

Son nom brillant de feu.

Qu’en pensez-vous ? au moins celui-là se console en songeant au bonheur qui l’attend dans un monde meilleur. Mais lisez ceux-ci :

O mort…………..

Déjà tu me disais, riant de mes angoisses.

Parions ton heure sonne, il faut que tu te presses.

Mais de Dieu suscité, soudain Aubry paraît

Et, fameux en son art, confond ton noir projet

Admirez le luxe oriental de ces rimes !!!!!

Mais voici pour le bouquet :

Au sommet de l’Atlas il marchait sur la tête,

S’écriait un poète colonial en rappelant les exploits de l’infortuné duc d’Orléans.

Aussi engageons-nous fortement notre conseil municipal à voter les fonds nécessaires pour l’érection d’un Panthéon destiné à recevoir la cendre de nos grands hommes. Mais en attendant que notre édilité prenne cette sage décision, vous serez peut-être bien aise d’être au courant des travaux plus importants qu’elle fait exécuter, des embellissements qu’elle projette, et des améliorations utiles qu’elle se propose d’apporter dans l’administration de la ville que les suffrages des citoyens lui ont confiée. Partout se font déjà sentir les bienfaits d’une municipalité sage et intelligente. Les rues de la ville sont libres de tout encombrement et débarrassées de ce tas de caisses et de cuisines en plein air, qui en rendaient l’aspect si désagréable, affectaient l’odorat de nauséabondes odeurs, et rendaient superflus les abat-vents sous lesquels il était impossible au piéton surpris par une averse de s’aventurer sans exposer son Elboeuf ou son paletot à une foule de désagréments dont le moindre était ou d’en laisser un pan accroché à quelque clou ou à essuyer la casserole graisseuse de nos Véry populaires. La Place de l’Hôpital, où figurait depuis trop longtemps une ignoble masse de pierres, décorée du nom pompeux de fontaine, parce que trois ou quatre minces filets d’eau s’en échappaient, présenter bientôt un nouvel aspect : une fontaine véritable, d’une architecture moderne se construit en ce moment, et est destinée à remplacer la construction caraïbe de l’ancienne case à eau ; elle s’élèvera au milieu d’un vaste bassin pouvant contenir plusieurs tonneaux d’eau, précaution utile pour les cas d’incendie, et sera plus en harmonie et contrastera d’une manière plus agréable avec les belles maisons environnantes qui font déjà de ce quartier un des endroits les plus remarquables de notre ville. Les deux marchés du Fort et du Mouillage, qui, jusqu’à présent ne sont que d’infects cloaques, seront bientôt couverts de belles et vastes constructions, destinées aux bouchers, aux marchandes de poissons, enfin à tous ceux qui vendent les denrées nécessaires aux besoins alimentaires de la ville ; des mesures sages sont prises pour empêcher leur envahissement par cette foule de revendeurs qui accaparaient toutes les provisions pour les livrer ensuite aux citoyens à des prix exorbitants. La police, jadis une fiction, sera désormais une vérité ; elle a déjà reçu une forte et vigoureuse organisation ; espérons que son zèle et sa vigilance empêcheront ou du moins rendront moins fréquents ces vols audacieux que les malfaiteurs qui s’en rendent coupables commettent presque toujours au détriment de la classe pauvre et laborieuse. Deux nouveaux dépôts de pompes, que l’étendue de la ville rendait indispensables, sont déjà désignés, l’un pour la rue de l’Hôpital, à proximité du greffe, et l’autre au centre de ces quartiers populeux du Port. Des pompes nouvelles et dont on passera souvent une minutieuse inspection remplaceront les anciennes qui ne pouvaient plus fonctionner, et depuis longtemps abandonnées aux soins d’un gardien négligent. Les parapets de nos ponts et de nos quais qui partout menaçaient ruine et n’existaient pas en beaucoup d’endroits, vont être reconstruits, et recevront une nouvelle solidité afin de pouvoir contenir les débordements de la rivière et préserver les piétons et surtout les cavaliers des dangers et des accidents heureusement fort rares qui ne pourraient manquer d’arriver. Notre théâtre, ce beau monument qu’un coupable abandon laissait dépérir, reçoit maintenant de nombreuses et plus solides réparations que celles que la négligence et l’ineptie y avait faites : son intérieur est approprié ; les peintures ou plutôt les sales badigeons qui en couvraient les murs, les frises et le plafond, seront effacés et offriront à l’œil des spectateurs des décorations plus en rapport avec sa belle architecture et les brillantes toilettes de la nombreuse société qui ne peut manquer de se presser dans sa magnifique enceinte, si les merveilles que l’on dit de la nouvelle troupe qui nous arrive se réalisent.

[…]

[1] Voyez le Journal officiel de la Martinique du 16 août 1843 ; vous y trouverez une lettre incroyable écrite par un M. M. et T. à un M. Louis de B.

[2] Id. id. id. id.

[3] Voyez le Journal Officiel de la Martinique du 16 août.

[4] Victor Hugo, Ombres et rayons.

D’une seule vertu Dieu fit le cœur du juste,

Comme d’un seul saphir la coupole du Ciel.

[5] Voyez le Journal officiel de la Martinique du 16 août 1843.

[6] Id. id. id. id.

[7] Id. id. id. id.

[8] Voyez le Journal officiel de la Martinique du 16 août 1843.

[9] Id. id. id. id.

Conservation : ANOM (BIB som pom/e/560) ; Gallica.

Créé en 1842, le périodique martiniquais Les Antilles est privé ; on voit ici qu’il reprend la chronique de son confrère Le Courrier de la Martinique (et les notes de bas de page sont bien celles du texte : elles apparaissent au sein même du journal). La posture de l’auteur et les thèmes abordés (description du paysage de Saint-Pierre, esquisse de types qui vont de la satire de l’historien jusqu’au stéréotype de la créole, critique littéraire rapide d’une production poétique locale, le tout avec ironie et distance) expliquent la connivence avec le lecteur colonial et font de cette chronique un bon exemple du genre. Quant à l’auteur, nous n’avons pas obtenu davantage d’informations sur H. Vignerte. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.