L’actualité, comédie en un acte et en prose (1848)

Un campagnard, « L’actualité, comédie en un acte et en prose », Le Commercial de la Guadeloupe, 23 août 1848

Personnages

Un juge de paix.

Un propriétaire.

Un gendarme. (Personnage muet)

Un ci-devant esclave.

(Le théâtre représente le salon du propriétaire)

Scène I. – Le propriétaire seul chez lui. – Mon Dieu ! que cette situation est terrible ! quel malheur de voir tomber en ruines un pays si riche et si fertile ! … (S’approchant de la fenêtre). Dire que ces campagnes sont perdues ; que des cannes si belles sont étouffées par les herbes ; que les pluies abondantes de cette année féconderaient si bien  nos terre, si le travail venait en aide à la saison ; qu’il ne nous reste qu’à mourir de faim, nous qui ne demandons qu’à vivre, en faisant vivre aussi les citoyens sur lesquels la liberté française vient d’étendre son bras protecteur. Mais qui sait ? Je nourris encore une espérance. J’attends le citoyen Juge de paix qui depuis huit jours m’a promis une visite. Il est vrai qu’il se fait bien attendre, et que ce n’est pas ainsi qu’on répond à une lettre aussi pressante que la mienne. Mais enfin il a peut-être de sérieuses occupations ; et puis j’ai confiance dans son énergie, dans sa connaissance immense du pays et de la classe des travailleurs. Mes oreilles me tromperaient, ou j’ai bien entendu le trot d’un cheval, de deux chevaux même ; car il n’aime pas à voyager seul… Oui, c’est lui enfin, accompagné d’un citoyen Gendarme.

Scène II. – Le précédent, le citoyen Juge de paix. (En-dehors et devant la case, se promène le gendarme en fumant un bout à nègre, en lançant de temps en temps un regard furtif aux deux interlocuteurs).

Le juge – Bonjour, Monsieur, eh bien ! Sommes-nous contents ?

Le propriétaire. – Pas le moins du monde, Monsieur.

Le juge – Comment ! vous aussi, vous ressemblez à tous les autres ; la situation présente vous préoccupe amèrement.

Le propriétaire. – Il y a bien de quoi.

Le juge. – Si je l’avais su je me serais rendu plus tôt à votre invitation. Mais nous sommes tellement habitués aux plaintes des propriétaires, que, vous comprenez… l’autorité est là, que diable.

Le propriétaire. – Monsieur, donnez-vous la peine de regarder ces six pièces de cannes.

Le juge – Elles sont magnifiques.

Le propriétaire – Elles sont dévorées par les plantes parasites ; il faudra deux mois et cinquante travailleurs pour les sarcler seulement ; et pendant que tout périt je vois passer tous les jours sous mes fenêtres ces citoyens nouveaux qui chantent narquoisement la Marseille [sic], et s’en vont se promener, dormir ou s’amuser.

Le juge – Vous êtes sans doute au-dessus de ces petites taquineries : prenez patience…

Le propriétaire – Mais, monsieur ; ils habitent dans une case à moi, cultivent un jardin à moi, se nourrissent de mes vivres, de mes légumes, vendent mes légumes, gagnent de l’argent avec mes légumes.

Le juge – Prenez patience, Monsieur ; tout cela est un feu de paille ; ça ne durera pas ; mais tout ne peut pas être fait un en jour.

Le propriétaire – Hier, Monsieur, ces citoyens m’ont abasourdi toute la journée par leurs chants et leur tambour ; ils ont dansé jusqu’à la nuit, comme des bergers des premiers âges.

Le juge – Vous voyez donc bien qu’ils ne sont pas méchants, et que nous avons raison de vous dire : attendez, attendez encore ; de la prudence. Soyez convaincu de ceci, monsieur, que nous nous occupons très vivement de notre situation ; nous sommes touchés des souffrances que vous éprouvez ; et nous allons dans quelques temps écrire en France pour faire un tableau palpitant de vos misères… mais, j’y pense, n’avons-nous pas à voir un nègre mauvais sujet ?

Le propriétaire – Oui, monsieur le juge de paix ; par ses mauvais conseils, il empêche d’aller au travail quelques hommes qui ne demanderaient pas mieux ; il est impossible de pousser plus loin l’insolence, la méchanceté, on a eu même à lui reprocher déjà des vols assez hardis ; enfin, je lui ai intimé l’ordre de sortir de chez moi dans les vingt-quatre heures, voilà dix jours de cela ; et il est toujours dans sa case. Je voudrais, Monsieur, que vous lui prouvassiez aujourd’hui en l’expulsant, que le droit de propriété n’est pas encore illusoire.

Le juge – Toujours donc pour les moyens de rigueur ; vous allez voir que je saurai faire respecter le maître, sans en venir à cette extrémité ; je m’en vais le secouer d’une façon solide, menez-moi près de lui

(Ici la scène change : le salon du propriétaire devient case à nègre ; pendant ce temps, les citoyens propriétaires et juge de paix se dirigent vers l’endroit indiqué ; le gendarme les suit sur un coup d’œil du fonctionnaire ; sur le point d’entrer, le juge de paix fait passer devant lui le citoyen gendarme qui pénètre ainsi le premier dans la case).

Scène III. Les précédents, un nègre couché, mais qui se lève à l’arrivée des trois personnages.

Le propriétaire – Le voici, Monsieur le juge de paix, le plus mauvais garnement du bourg.

Le juge – Le coquin ! approchez et montrez vos mains (à part) je respire, il n’a sur lui aucune espèce d’armes. (Haut) Eh bien ! mon gaillard, c’est donc vous qui ne voulez pas travailler… comment ! bâti en Hercule, comme vous l’êtes (il lui tape amicalement sur l’épaule) avec des omoplates comme les vôtres ; (signes de mécontentement du propriétaire), avec des muscles aussi arrondis, vous ne voulez rien faire. Voyons, mon ami, voyons ; il faut vous dégourdir, que diable… (pendant tout ce discours mouvements réitérés du propriétaire impatienté). La République ne vous a pas fait libre pour vous rendre tout à fait paresseux : elle veut que la raison soit substituée au fouet ; elle veut que le libre arbitre…

Le propriétaire – Mais, M. le juge, il ne sait ce que c’est que le libre arbitre…

Le juge – Laissez-moi faire, que diable, vous ne voyez pas que mes paroles le touchent. Elle veut, dis-je, que le libre arbitre soit substitué à l’arbitraire du maître, pour faire de vous des hommes, des hommes complets, des hommes en un mot, car jusqu’ici vous ne l’étiez guère. Voyons donc, allons, que diable ; je suis sûr qu’il ira demain au travail, n’est-ce pas, mon ami ?

Le nègre – Oui, mouché.

Les trois personnages sortent, le juge de paix d’abord, le gendarme le dernier. – Patate bouillie ! s’écrie le nègre (c’est le terme dont généralement ils désignent l’autorité) moi, pas qu’allé travail ; et il se recouche. Le juge de paix se félicite de son heureuse intervention, annonce au propriétaire qu’il va continuer une excursion qui débute si bien, et pique des deux, toujours avec son gendarme. – Le propriétaire s’enferme chez lui, ne veut voir personne, et répète toute la journée : mon Dieu ! mon Dieu ! quand aurons-nous un sabre à la tête de la colonie.

Conservation : ANOM (BIB som pom/e/589) ; Gallica.

Le Commercial de la Guadeloupe est un titre privé fondé en 1860 par Céloron de Blainville ; sa publication est régulière et dure suffisamment pour que le journal soit remarquable. Dans cette saynète d’actualité au titre explicite, l’auteur ne signe que par son statut, “un campagnard” : artifice habituel de la presse, la signature par périphrase donne à lire la légitimité de l’auteur. Il expose une réaction de propriétaire d’esclave face à l’abolition. Les personnages stéréotypés valent pour une prise de position sans passer par la possibilité de l’article de fond. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.