Mœurs tahitiennes (1853)

Anonyme, Le Messager de Tahiti, « Mœurs tahitiennes », 22 mai 1853

Nos lecteurs se rappellent l’arrêté par lequel le gouverneur a cru devoir défendre la upaupa, danse toujours accompagnée et suivie d’excès regrettables. La ronde que nous publions aujourd’hui en donnera l’idée, bien affaiblie toutefois par la décence du langage.

LA HOUPAHOUPAH (Ute no te upaupa)

RONDE DES ARIOYS (1)

Air noté par M. Noctua…

(ou des Bohémiens.)

Oah ! La pahou (f) bat, oah ! (2)

Jour de joie

Où tout deuil se noie ;

Oah ! Le pahou (3) bat, oah !

Courons à la houpa-houpah (f) !

Chalumeaux de Taütira,

            L’air frissonne

Aux doux vents d’automne ;

Chalumeaux de Taütira,

Sonnez, le bonheur nous luira.

Fraîche et parfumée entrera

            Toute belle,

            Qu’amour appelle,

Fraîche et parfumée entrera,

Dès qu’un amant la nommera (5)

Aux jaloux disons « ahoua ! » (6)

Hors la ronde,

L’époux qui gronde !

Aux jaloux disons « ahoua ! »

Dieu même à l’enfer les voua.

Quand sur son cocotier monta

            Mammatroffre

Qu’un mari coffre,

Quand sur son cocotier monta

Puis du haut se précipita (7).

Voltige, nymphe de Para,

            D’œil, de geste

Et de jambe leste ;

Voltige, nymphe de Para,

Sème tes fleurs, désir naîtra.

Bondis, crins épars, dans l’houra (8)

            Gorge nue,

Eblouis la vue ;

Bondis, crins épars, dans l’houra ;

Ta ceinture s’y dénouera.

Tournoyez, filles de Marra ;

            Comme trombe

Abou (9) vole et tombe ;

Tournoyez, filles de Marra,

Sans voiles, la beauté vaincra (10)

II

Oah ! La pahou bat, oah !

            Jour de joie

Où tout deuil se noie !

Oah ! Le pahou bat, oah !

Humectons la houpa-houpah !

Dents blanches ont mâché l’ava (11) ;

            Dans sa tonne

Ardent il bouillonne ;

Dents blanches ont mâché l’ava.

D’un coup défonçons l’apoua (12) !

Vierges, plongez-y le taha (13) ;

            Coupe emplie,

Aux baisers s’allie ;

Vierges, plongez-y le taha ;

Sur vos lèvres l’amour boira.

Beauté qui craint s’enivrera ;

            Dans l’ivresse

Est franche caresse ;

Beauté qui craint s’enivrera,

Et d’ardeurs son sein gonflera.

L’Urû (14) m’inspire : « oaoa ! » (15)

            « Pêle-mêle

« Qu’on s’entremêle ! »

L’Urû m’inspire : « oaoa ! »

« Volupté, sois notre Atoua ! » (16)

« Si l’amour s’égare, il rira :

            Nouvelle âme,

Nouvelle flamme, ;

« Si l’amour s’égare, il rira ;

Son feu dans tout troc doublera. »

« Tournons, tournons, sonne l’apa (17) ;

            Qu’on s’unisse !

L’heure est propice ;

Tournons, tournons, sonne l’apa !

En festons le chœur s’enlaça. »

Le jour s’éteint ; soudain voilà

            Qu’en liesse,

Un couple s’affaisse ;

Le jour s’éteint ; soudain voilà

Sein contre sein que tout roula.

Le vent dort, pahou plus ne bat ;

            Nuit soupire

Un mourant délire ;

Le vent dort, pahou plus ne bat ;

Ci finit le joyeux sabbat.

            Réveillez la mémoire des vieux chefs qui, dans leurs beaux jours, ont dansé cette houpahoupah échevelée, vous verrez leur visage s’épanouir, leurs lèvres se gonfler, le plaisir briller dans leurs yeux, et du fond du cœur ils vous diront : c’était bien amusant. Et pourtant ils en ont tous demandé et voté la suppression comme d’un symbole du paganisme.

(1)       Arioys, sorte de Bohémiens de haut rang, qui formaient une association dont la débauche était l’unique règle.

(2)       Oa ! Crie de joie ; l’oeh des poètes anacréontiques.

(3)       Pahu, espèce de tambour ; long cylindre dont l’une des extrémités est recouverte d’une peau de requin bien tendue sur laquelle on frappe avec les doigts.

(4)       Upaupa, dans frénétique.

(5)       … Au moindre signe toute femme devait se prêter à ce qu’on demandait d’elle. C’était la loi du lieu.

(6)       Ahua ! Cri de malédiction.

(7)       …. on raconte encore à Tahiti l’histoire de cette jeune fille, pour donner une idée de la passion des Tahitiennes pour la upaupa.

(8)       Hura, figure de danse dont les mouvements sont vifs et lascifs.

(9)       Ahu, tout vêtement jusqu’au dernier.

(10)     …. A la fin de la pirouette les danseuses se trouvent dans l’état d’Hina (l’Eve tahitienne) quand elle sortit des mains du Créateur.

(11)     Ava, plante dont la racine mâchée et fermentée donne une liqueur enivrante.

(12)     Apua, vieux mot qui signifie une espèce de jarre.

(13)     Taha, coupe faite d’une noix de coco.

(14)     Urû, souffle divin dont se prétendaient inspirés les prophètes tahitiens.

(15)     Oaoa, cri de joie délirante ; l’évohé des bacchantes.

(16)     Atua, Dieu.

(17)     Apa, entrelacement des mains. 

Conservation : ANOM (BIB AOM 50102) ; Gallica

Le Messager de Tahiti est le journal officiel du territoire sous protectorat ; il absorbe en 1859 le Te Vea No Tahiti, qui devient son sous-titre et fait de la publication un journal bilingue (en partie). Les notes ici sont celles du journal, qui s’intéresse quelques temps aux chansons tahitiennes telles qu’elles sont alors comprises. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.