Esquisses de la Guyane (1830)

Anonyme, La Feuille de la Guyane française, 9 janvier 1830

« C’est, je l’avoue, avec une prévention défavorable que j’ai abordé les côtes de la Guyane française. J’avais quelquefois entendu parler de cette contrée, et toujours sous des dehors peu avantageux. Le hasard m’y a fait relâcher malgré moi. D’après ce que j’en ai vu depuis quelques jours, avec un aussi beau climat, des terres aussi fertiles, une végétation aussi riche, je m’étonne que la colonie soit restée si pauvre et si arriérée dans ses travaux ». Ainsi s’exprimait un étranger, M. James W…, récemment arrivé des États-Unis sur un navire qui avait fait escale à Suriname et qui, destiné pour un plus long voyage, avait été forcé par quelques avaries à s’arrêter dans notre port. Un ancien habitant auquel il adressait ces paroles lui fit observer que peut-être ses préventions s’effaceraient s’il connaissait mieux un pays intéressant sous beaucoup de rapports. Sur ce, pour mettre à profit le temps que le navire devait donner à ses réparations, on proposa une promenade dans les principaux quartiers de la colonie ; la partie fut acceptée ; l’exécution fixée au lendemain.

C’était par une de ces belles matinées du mois d’octobre, si calmes, si fraîches, si suaves sous les tropiques à cette époque. Quelques nuages plus légers que le souffle qui les dirige, épars çà et là dans le ciel, colorés de pourpre et d’opale, se détachaient dans le plus bel azur. Une vapeur plus légère encore flottait en glissant sur la surface des eaux qui, reposées dans le calme de la nuit, présentaient l’aspect d’un vaste miroir. À travers ce brouillard du matin apparaissaient de loin en loin les palétuviers de la rive opposée, la pointe Tanguy, celle de Macouria, le Mont Mathoury couronné de forêts et de nuages, et dans le lointain les montagnes de Tonnegrande, horizon qui, comme une ceinture verdoyante, entoure la rade de Cayenne et que doraient à peine les premiers rayons du soleil.

Après quelques instants d’attente, nos voyageurs arrivent au rendez-vous sur le grand pont du débarcadère, où se trouvent réunis M. James W… en léger costume de campagne, deux Européens nouvellement arrivés de France, qui profitaient de l’occasion pour visiter notre pays, l’habitant qui leur en faisait les honneurs, et finalement votre serviteur qui, embarqué comme passager pour se rendre à Roura et entraîné dans la suite du voyage, se voit aujourd’hui l’écrivain de la compagnie, dont il se fait un plaisir de consigner ici les observations. Un canot muni d’un tendelet, armé d’un patron et de six noirs vigoureux nous attend au bas de l’escalier du pont. Chacun prend place ; l’équipage plonge les pagayes en mesure pressant l’eau qui jaillit de toutes parts, et le canot s’élance avec la rapidité du trait.

Plus on s’éloigne du rivage, plus la ville de Cayenne se développe aux regards. Nos Européens aiment à se retourner en contemplant cet aspect si nouveau pour eux de constructions de tous genres et de toutes couleurs, entremêlées de jardins qui confondent la ville et la campagne ; ces maisons détachées avec lesquelles viennent se grouper, sous mille formes diverses, des arbres affectant un port insolite, le bananier à la verdure étagée, les gracieux panaches du paripou, et le cocotier au tronc élancé chargé sans cesse de grappes fécondes, et la papaye à la tête arrondie, et le bananier aux larges feuillage, précieuse manne d’un sol privilégié. L’Américain, fils d’une nation qui n’a dû sa puissance qu’à l’industrie, accoutumé à cet aspect des jeunes cités du Nouveau-Monde, se plaît à reconnaître les établissements publics qu’on lui indique, le magasin-général dont la première fenêtre sert de jalon au pilote pour entrer dans le port, l’arsenal nouvellement construit, l’abattoir dont l’architecture simple et sévère varie avec goût le quartier qui l’avoisine. Il porte surtout les yeux sur les casernes élevées depuis peu d’après les plans et la direction de M. Ronmy, capitaine du génie, habitant de Cayenne, qui se présentent majestueusement sur la rade qu’elles commandent, dans une position aussi salubre que sûre ; monument qui serait remarquable en tout lieu, et dont la masse imposante contraste avec l’aspect pittoresque des maisonnettes entourées de verdure qui montent en amphithéâtre autour du Fort. Il aperçoit avec intérêt les charpentes qui surgissent de la ville nouvelle, signes non équivoques de l’activité de la population ; il remarque les quais nouvellement construits, ceux qui se préparent pour achever de ceindre la ville, depuis le débarcadère jusqu’au canal Laussat ; ouvrage qui assainit les bords de la mer, les assure contre les ravages des raz-de-marée, et que l’aspect des digues dégradées et des rives marécageuses faisait désirer depuis longtemps.

Cependant le canot continue sa marche rapide, et tandis que les voyageurs discourent sur la beauté des rivages de la jeune Amérique, sur l’espoir du long avenir que ses destinées lui préparent, une voix se fait entendre d’abord incertaine et faible, bientôt plus assurée et plus forte, et le reste de l’équipage répond en chœur au chant qui lui donne le signal. Les coups mesurés des pagayes, les accents d’une harmonie sauvage et fortement cadencée animent les pagayeurs, et la barque plus légère et plus prompte, longeant à droite l’habitation Donez qu’annonce sur la rive une longue allée de palmistes de l’Inde, et que couronnent dans le fond le mont des Tigres et le Cabassou, arrive et pénètre dans le canal Fouillé à main d’homme qui joint la rade au Mahury.

En le parcourant on s’étonnait qu’un canal si avantageusement situé ne fût pas plus peuplé, lorsque ses bords se présentent si commodes et si variés pour une foule d’habitations. Plusieurs abatis ont été préparés çà et là, plusieurs carbets s’élèvent et semblent annoncer des projets de culture. On ne peut disconvenir que des établissements en vivres seraient merveilleusement situés pour l’agrément du voisinage de la ville, pour la promptitude des communications par terre et par eau, pour la commodité des transports. Une rencontre imprévue faillit nous arrêter plus longtemps que nous n’aurions voulu. Deux acons chargés de sucre se trouvaient échoués sur la vase, un peu avant la crique Beauregard. La marée n’était pas très-forte, et il paraissait probable que ces embarcations seraient dans le cas d’attendre la nouvelle Lune pour lever la séance, et se rendre dans le port. Chacun ne manqua pas d’observer avec une sagacité peu commune que le canal devrait avoir un peu plus de profondeur ; qu’un chemin de halage sur les bords serait de la plus grande utilité. Trouvant l’occasion de placer quelques paroles, je me hasardai d’ajouter que le projet de l’administration était de donner à cette route, la plus fréquentée et la plus utile de toute la colonie, toutes les convenances que les localités exigeaient.

Heureusement débarrassés de cette fâcheuse rencontre que compliquaient encore cinq ou six canots arrêtés comme nous, nous passâmes rapidement devant la briqueterie de l’Hermitage, d’où s’élevait une fumée épaisse provenant d’un four qu’on venait d’allumer et où plusieurs embarcations venaient à l’envi enlever des monceaux de briques pour mes diverses usines qui se construisent de toute part. Notre Américain témoignait le désir de s’arrêter ; mais après conseil, vu le retard que nous avions éprouvé, nous forçâmes de [illisible] afin d’arriver à Mondélice, où nous étions attendus pour nous mettre à table. On ne trouvera donc pas mauvais que pressé par [illisible], après avoir mis pied à terre, je termine ici ce chapitre, [illisible] recommencer après déjeuner.

 

 

Conservation : archives départementales de la Guyane ; ANOM (cote BIB AOM 50092) ; BNF (JO – 3036).

La Feuille de la Guyane française (1819) est le journal officiel de la colonie et deviendra Le Moniteur de la Guyane française. Dans cette publication en deuxième page du journal, l’esthétique de la promenade sert un propos politique de mise en valeur de la colonie.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.