Tous les articles par Laure Demougin

Alger, la nuit (1870)

C l’une, « Alger, la nuit », La Vie algérienne, 23 et 29 janvier 1870

Une excursion dans notre bonne ville d’Alger, vous sourit-elle, lecteurs ? Suivez-moi. Ne vous sourit-elle pas ? Suivez-moi quand même.

Il est onze heures du soir, nous sommes le sixième jour de la semaine, et vous savez, que depuis quelques temps, le samedi est fertile en rencontres, de onze heures du soir à 7 heures du matin.

La rue Bab-el-Oued est déserte ; on est au Théâtre, ou à la Perle, ou couché : c’est le faubourg Saint-Denis de Paris, à Alger. Continuer la lecture de Alger, la nuit (1870)

Feuilleton du Bien-Public (1856)

E.F., « Feuilleton du Bien-Public », Le Bien-Public, 9 octobre 1856

Une aile qui passe, une rose qui tombe et s’effeuille, le sourire d’une femme qu’on a connue, il y a bien longtemps, et dont le blanc fantôme vient nous visiter à l’heure des rêves et des souvenirs ; un bruit qu’on n’a pas expliqué, une voix qu’on entendit à peine, un jour, au bord de la fontaine et dont la note harmonieuse flotte confusément dans notre mémoire, toutes ces choses, frivoles et insignifiantes, en apparence, sont du domaine de la littérature, et fournissent matière au feuilleton. Continuer la lecture de Feuilleton du Bien-Public (1856)

Le Précurseur, un des petits journaux qui se donnent le plaisir de paraître (1848)

Anonyme, « Le Précurseur, un des petits journaux qui se donnent le plaisir de paraître… », 29 août 1848

Le Précurseur, un des petits journaux qui se donnent le plaisir de paraître… quelquefois, a disparu après la publication de son premier et unique numéro. Il se rattache à l’apparition ou plutôt à la disparition de cette feuille des faits assez curieux dont nous ne croyons pas devoir priver nos lecteurs. Son fondateur, le citoyen R…, s’est livré avec tant de vivacité à l’ardeur de l’intérêt patriotique et aux douceurs du premier-Alger, que la politique lui a monté à la tête et qu’il en est devenu fou ! Il y a quelques temps, il se présente chez M. le directeur-général, à une heure très avancée de la nuit et n’ayant pas été, bien entendu, reçu par ce fonctionnaire auquel il venait demander, tout simplement, la somme nécessaire pour son cautionnement, il monta à cheval, alla à Mustapha, revint à Saint-Eugène, voulut embrocher deux pauvres diables qu’il prenait pour des mouchards, et donna pendant toute la journée des preuves non équivoques d’aliénation mentale. La nuit venue, il se présenta de nouveau chez le directeur-général, armé d’un fusil chargé à balles, et comme il proférait des menaces assez exagérées, le fonctionnaire jugea prudent de l’arrêter. Continuer la lecture de Le Précurseur, un des petits journaux qui se donnent le plaisir de paraître (1848)

À propos d’une cathédrale (1871)

François de Saint-Amand, « À propos d’une cathédrale », Le Courrier de Saint-Pierre, 25 août 1871

A peine est-il sorti de terre,

Le temple saint qui dans les cieux,

Devait porter sa masse austère

Et son clocher audacieux,

Et déjà sur ses flancs grisâtres,

Ciselé si coquettement,

La mousse étend ses plis noirâtres,

Comme aux murs d’un vieux monument.

Continuer la lecture de À propos d’une cathédrale (1871)

La machine ne fonctionne plus (1871)

Somebody, « La machine ne fonctionne plus », Le Moniteur de l’Algérie, 2 août 1871

 

Ceux de mes lecteurs qui se sont trouvés soudainement réveillés en pleine mer, par une violente secousse immédiatement suivie de l’arrêt complet du bateau, comprendront seuls ce qu’ont d’effrayant ces quelques mots sourdement répétés par chacun : « La machine ne fonctionne plus ! » Continuer la lecture de La machine ne fonctionne plus (1871)

Promenade au lac de Tahiti (1860)

A. Barion, pharmacien de la Marine, “Promenade au lac de Tahiti”, Le Messager de Tahiti, 22 janvier 1860

            Si l’Islande a ses geysers, dont les eaux tumultueuses après s’être élevées à de très-hautes distances retombent sur elles-mêmes pour se terminer par une superbe girandole ; si le Canada a pu attirer de nombreux curieux aux bords de ses Cataractes, dont la plus merveilleuse a été tant de fois chantée et décrite sous le nom de Cataracte, ou mieux de saut de Niagara, Tahiti, cette perle jetée comme par hasard au milieu d’un vaste Océan, renferme également une curiosité, moins connue peut-être, mais digne d’exciter le plus vif intérêt des voyageurs moins avides de connaître les phénomènes actuels que d’étudier les causes qui les ont produites. Continuer la lecture de Promenade au lac de Tahiti (1860)

Voyage autour du monde. Taiti (1855)

Celtibère, auteur des Poésies religieuses, “Voyage autour du monde. Taiti”, Le Messager de Tahiti, du 28 janvier au 4 février 1855

 

Voilà donc Taïti, la perle de la mer,

Ce port hospitalier, ce fortuné rivage !

Nous la touchons enfin. Favorable présage,

Un iris merveilleux, dans les plaines de l’air,

Le ciel libre partout et pur de tout nuage,

Nous l’avait annoncée, avant qu’à l’horizon,

Au milieu des vapeurs qui voilaient l’étendue,

Elle sortît de l’onde et charmât notre vue. Continuer la lecture de Voyage autour du monde. Taiti (1855)

Il est rare qu’en fait de patriotisme… (1848)

Anonyme, “Il est rare qu’en fait de patriotisme”, L’Akhbar, 11 juin 1848

Il est rare qu’en fait de patriotisme, la pratique et la théorie marchent de conserve. C’est sans doute pour cela que tant de fougueux républicains trouvent moyen de se soustraire au service de la milice ou que ceux qui n’ont pu y échapper, s’en acquittent si mal. Ainsi, la ville de Bougie, cité vraiment remarquable par l’incandescence de ses opinions politiques, vient de donner une déplorable preuve de la tiédeur de ses soldats citoyens. Continuer la lecture de Il est rare qu’en fait de patriotisme… (1848)