Archives de catégorie : Algérie

Alger, la nuit (1870)

C l’une, « Alger, la nuit », La Vie algérienne, 23 et 29 janvier 1870

Une excursion dans notre bonne ville d’Alger, vous sourit-elle, lecteurs ? Suivez-moi. Ne vous sourit-elle pas ? Suivez-moi quand même.

Il est onze heures du soir, nous sommes le sixième jour de la semaine, et vous savez, que depuis quelques temps, le samedi est fertile en rencontres, de onze heures du soir à 7 heures du matin.

La rue Bab-el-Oued est déserte ; on est au Théâtre, ou à la Perle, ou couché : c’est le faubourg Saint-Denis de Paris, à Alger. Continuer la lecture de Alger, la nuit (1870)

Le Précurseur, un des petits journaux qui se donnent le plaisir de paraître (1848)

Anonyme, « Le Précurseur, un des petits journaux qui se donnent le plaisir de paraître… », 29 août 1848

Le Précurseur, un des petits journaux qui se donnent le plaisir de paraître… quelquefois, a disparu après la publication de son premier et unique numéro. Il se rattache à l’apparition ou plutôt à la disparition de cette feuille des faits assez curieux dont nous ne croyons pas devoir priver nos lecteurs. Son fondateur, le citoyen R…, s’est livré avec tant de vivacité à l’ardeur de l’intérêt patriotique et aux douceurs du premier-Alger, que la politique lui a monté à la tête et qu’il en est devenu fou ! Il y a quelques temps, il se présente chez M. le directeur-général, à une heure très avancée de la nuit et n’ayant pas été, bien entendu, reçu par ce fonctionnaire auquel il venait demander, tout simplement, la somme nécessaire pour son cautionnement, il monta à cheval, alla à Mustapha, revint à Saint-Eugène, voulut embrocher deux pauvres diables qu’il prenait pour des mouchards, et donna pendant toute la journée des preuves non équivoques d’aliénation mentale. La nuit venue, il se présenta de nouveau chez le directeur-général, armé d’un fusil chargé à balles, et comme il proférait des menaces assez exagérées, le fonctionnaire jugea prudent de l’arrêter. Continuer la lecture de Le Précurseur, un des petits journaux qui se donnent le plaisir de paraître (1848)

La machine ne fonctionne plus (1871)

Somebody, « La machine ne fonctionne plus », Le Moniteur de l’Algérie, 2 août 1871

 

Ceux de mes lecteurs qui se sont trouvés soudainement réveillés en pleine mer, par une violente secousse immédiatement suivie de l’arrêt complet du bateau, comprendront seuls ce qu’ont d’effrayant ces quelques mots sourdement répétés par chacun : « La machine ne fonctionne plus ! » Continuer la lecture de La machine ne fonctionne plus (1871)

Il est rare qu’en fait de patriotisme… (1848)

Anonyme, “Il est rare qu’en fait de patriotisme”, L’Akhbar, 11 juin 1848

Il est rare qu’en fait de patriotisme, la pratique et la théorie marchent de conserve. C’est sans doute pour cela que tant de fougueux républicains trouvent moyen de se soustraire au service de la milice ou que ceux qui n’ont pu y échapper, s’en acquittent si mal. Ainsi, la ville de Bougie, cité vraiment remarquable par l’incandescence de ses opinions politiques, vient de donner une déplorable preuve de la tiédeur de ses soldats citoyens. Continuer la lecture de Il est rare qu’en fait de patriotisme… (1848)

Une Mauresque (1846)

Anonyme, « Une Mauresque », La France algérienne, du 23 juillet au 11 août 1846. 

Chapitre Ier : La Vertu récompensée

                                                                                           Quand on fut toujours vertueux                                               On aime à voir lever l’aurore.

Pendant les trois premières semaines du mois de juin 1838, le soleil qui se lève derrière le petit Atlas, sur le golfe d’Alger, vint régulièrement éclairer un spectacle le plus insolite, le plus extraordinaire, le plus phénoménal, le plus impossible des spectacles humains… deux jeunes touristes pêchant à la ligne !

Continuer la lecture de Une Mauresque (1846)

Les petites misères de la vie algérienne (1851)

Chandellier, « Les petites misères de la vie algérienne », L’Akhbar, 16 août 1851.

Hélas ! oui : la vie algérienne a ses petites misères ; elle en a même de grosses. Ainsi les pluies torrentielles de l’hiver, les chaleurs accablantes de l’été, le sirocco, les moustiques et autres insectes, la dysenterie, l’ennui qui accompagne une existence monotone et peu émaillée de plaisirs, sont ce qu’on peut appeler les grosses misères de la vie algérienne ; mais ne nous occupons que des petites, et comme notre intention n’est pas d’attrister nos lecteurs, et surtout nos lectrices, par une peinture trop exacte et trop fidèle, glissons sur ce vaste sujet ; n’appuyons pas. Effleurons légèrement, sans vouloir tout embrasser.

Continuer la lecture de Les petites misères de la vie algérienne (1851)

Un chasseur changé en cerf, ou le nouvel Actéon (1842)

Anonyme, « Un chasseur changé en cerf, ou le nouvel Actéon », L’Akhbar, 10 et 13 février 1842.

Les premiers rayons du soleil commençaient à dorer les cimes de l’Atlas, du côté de l’orient ; déjà, au-dessus du mont Anmal, on devinait l’approche de cet astre aux teintes pourpres dont le paysage commençait à se colorer. Sur toute la Mitidja, se balançait un brouillard d’une blancheur éblouissante, qu’un observateur inexpérimenté eût aisément pris pour une vaste rivière roulant des flots d’argent liquide. L’azur du ciel, d’une pureté inexprimable annonçait une de ces magnifiques et chaudes journées si communes dans l’espèce d’été de la Saint-Jean, qui sépare presque toujours les pluies de l’automne de celles de l’hiver.

Continuer la lecture de Un chasseur changé en cerf, ou le nouvel Actéon (1842)