Archives de catégorie : Antilles

Les Fastes de l’histoire des Antilles (1876)

Ralu fils, « Les Fastes de l’histoire des Antilles », Les Antilles, 16 février 1876

Marie d’Orange

Il faut convenir d’une chose, c’est que les Colonies sont bien peu reconnaissantes envers leurs grands hommes ; envers leurs héros, ou envers leurs enfants d’adoption.

Est-ce parce que le nombre en est trop grand ? La phalange est trop serrée, que l’on ne saurait à qui donner la palme ? J’aime à le croire ; car ces terres de feu au sein desquelles la lave bouillonne, ont toujours produits les grands dévouements, les grands cœurs, et les actions d’éclat.

Continuer la lecture de Les Fastes de l’histoire des Antilles (1876)

Chronique locale : petit avant-propos pour tenir lieu de préface (1859)

« Chronique locale : petit avant-propos pour tenir lieu de préface », L’Avenir, 18 juin 1859

Quelquefois un bon conseil, un salutaire avis nous vient, je ne dirai pas de nos ennemis (je ne me crois d’ennemi ni dans ce monde ni dans l’autre), je dirai de nos adversaires, de nos contradicteurs.

Il y a peu de jours, un écrivain de la presse coloniale, sous forme de critique, me disait : pourquoi donc vous êtes-vous arrêté en si beau chemin de votre histoire de la Guadeloupe dont nous ne connaissons guère que la préface ? Vous feriez mieux de la continuer que d’écrire contre la milice.

Continuer la lecture de Chronique locale : petit avant-propos pour tenir lieu de préface (1859)

Dernière lamentinoise (1849)

Anonyme, « Dernière lamentinoise », Le Commercial, 17 octobre 1849

Air : Du Dieu des bonnes gens

 

Assez longtemps, nous ka fait nous la guerre,

Et sans jamé trouver aucuns moyens

De tirer nous de l’affreuse misère,

Qui déjà tué combien de citoyens.

Ah ! si chacun, cependant, té bien sage

Et avant tout, té ton républicain,

Nous sré déjà, sans faire aucun tapage,

Allongé nous la main (bis)

Continuer la lecture de Dernière lamentinoise (1849)

Le Jugement de Dieu (1849)

Rousseau St-Val, « Le Jugement de Dieu », Le Commercial, 26 septembre 1849.

Approche ici, Bissette, et dévoile ton cœur

Au Dieu de l’univers, ton divin créateur.

Un chrétien tel que toi n’est pas dans l’ignorance

Que l’esprit infini lit dans la conscience ;

Qu’il sait en démêler les fils les plus tenus,

Et qu’alors, tous détours deviennent superflus.

Continuer la lecture de Le Jugement de Dieu (1849)

L’actualité, comédie en un acte et en prose (1848)

Un campagnard, « L’actualité, comédie en un acte et en prose », Le Commercial de la Guadeloupe, 23 août 1848

Personnages

Un juge de paix.

Un propriétaire.

Un gendarme. (Personnage muet)

Un ci-devant esclave.

(Le théâtre représente le salon du propriétaire)

Scène I. – Le propriétaire seul chez lui. – Mon Dieu ! que cette situation est terrible ! quel malheur de voir tomber en ruines un pays si riche et si fertile ! … (S’approchant de la fenêtre). Dire que ces campagnes sont perdues ; que des cannes si belles sont étouffées par les herbes ; que les pluies abondantes de cette année féconderaient si bien  nos terre, si le travail venait en aide à la saison ; qu’il ne nous reste qu’à mourir de faim, nous qui ne demandons qu’à vivre, en faisant vivre aussi les citoyens sur lesquels la liberté française vient d’étendre son bras protecteur. Mais qui sait ? Je nourris encore une espérance. J’attends le citoyen Juge de paix qui depuis huit jours m’a promis une visite. Il est vrai qu’il se fait bien attendre, et que ce n’est pas ainsi qu’on répond à une lettre aussi pressante que la mienne. Mais enfin il a peut-être de sérieuses occupations ; et puis j’ai confiance dans son énergie, dans sa connaissance immense du pays et de la classe des travailleurs. Mes oreilles me tromperaient, ou j’ai bien entendu le trot d’un cheval, de deux chevaux même ; car il n’aime pas à voyager seul… Oui, c’est lui enfin, accompagné d’un citoyen Gendarme.

Continuer la lecture de L’actualité, comédie en un acte et en prose (1848)

Revue et chronique de Saint-Pierre (1843)

H. Vignerte, « Revue et chronique de Saint-Pierre », Les Antilles, 18 et 22 novembre 1843 (extraits)

Le Courrier de la Martinique qui nous parvient aujourd’hui contient un feuilleton que nous nous faisons un plaisir de reproduire : Par pari refertur.

Revue et chronique de Saint-Pierre

En attendant que les colonnes de votre estimable journal s’ouvrent pour la publication de quelqu’intéressant feuilleton de nos grands écrivains de la presse parisienne, je viens vous prier de les mettre aujourd’hui à ma disposition. La prose poétique de nos princes littéraires sera remplacée par mon français barbare. Vos lecteurs perdront beaucoup au change ; mais je viens leur parler un peu de notre bonne ville de Saint-Pierre, dont on ne s’occupe pas assez souvent, et qui mérite pourtant bien de fixer leur attention. Si nous l’oublions quelquefois, ce n’est pas par ingratitude : elle est digne de toute notre sollicitude. J’ai compté sur la généreuse indulgence de vos abonnés. Ils ont eu le courage de lire les vers tudesques et la prose othaïtienne de nos poètes et de nos faiseurs coloniaux : ils feront encore un effort en ma faveur ; ils voudront bien s’armer de courage, et de patience surtout, pour lire cette Revue, que je n’ai pas la prétention de leur livrer comme le morceau de littérature le plus brillant que la Presse coloniale ait publié depuis dix ans[1]. Ce n’est pas non plus un discours qui, tombant du haut d’une tribune, émerveillerait tout un auditoire[2]. Je laisse à d’autres le soin de prendre leur Phébus pour de la brillante littérature et se croire des Berryer et des Lamartine. Dieu merci, je ne suis pas écrivain, pas même poète. À la Martinique, c’est une triste recommandation que celle de poète, surtout poète comme M*** M*** M***. Le mot poète est ici synonyme de Cireur : ensuite un des désagréments de cette peu lucrative profession, c’est que ceux qui l’exercent sont exposés à voir le public baver sur leur robe[3]… de chambre sans doute, car nous ne leur en présumons pas d’autre : ce qui est fort sale. J’écris seulement pour m’amuser, et… pour ennuyer les autres, me direz-vous ; mais non, vous êtes trop poli pour me le dire, vous vous contenterez de le penser. Ensuite, j’ai cru que vos lecteurs seraient bien aises de connaître la Chronique de Saint-Pierre. C’est ce qui m’a décidé à prendre la plume.

Continuer la lecture de Revue et chronique de Saint-Pierre (1843)