Archives de catégorie : Guyane

Martinique. Éruption volcanique de la Montagne-Pelée. Première visite aux cratères (1851)

C. Chanel, « Martinique. Éruption volcanique de la Montagne-Pelée. Première visite aux cratères », La Feuille de la Guyane française, 13 et 20 septembre 1851.

Dans la nuit du mardi 5 du courant, vers les 11 heures du soir, des mugissements venant du côté du nord se firent entendre à Saint-Pierre. L’attention de quelques personnes qui étaient encore éveillées, fut attirée par ce bruit ; bientôt on reconnut que ces grondements souterrains qui, par leur intermittence, leur prolongement et leurs détonations subites imitaient le bruit du tonnerre, provenaient de la Montagne-Pelée. Continuer la lecture de Martinique. Éruption volcanique de la Montagne-Pelée. Première visite aux cratères (1851)

Les îles du Salut (1852)

J., « Les îles du Salut », La Feuille de la Guyane française, 3 juillet 1852.

Naguère, le navigateur qui côtoyait les îles du Salut s’étonnait de voir ce charmant petit groupe d’îles envahi jusqu’au rivage par la végétation luxuriante des Tropiques. A peine découvrait-il çà et là quelques touffes de bananiers chargés de plantes grimpantes qui se faisaient jour dans les massifs de verdure sauvage, comme pour témoigner du passage éphémère des hommes.

Continuer la lecture de Les îles du Salut (1852)

Esquisses de la Guyane (1830)

Anonyme, La Feuille de la Guyane française, 9 janvier 1830

« C’est, je l’avoue, avec une prévention défavorable que j’ai abordé les côtes de la Guyane française. J’avais quelquefois entendu parler de cette contrée, et toujours sous des dehors peu avantageux. Le hasard m’y a fait relâcher malgré moi. D’après ce que j’en ai vu depuis quelques jours, avec un aussi beau climat, des terres aussi fertiles, une végétation aussi riche, je m’étonne que la colonie soit restée si pauvre et si arriérée dans ses travaux ». Ainsi s’exprimait un étranger, M. James W…, récemment arrivé des États-Unis sur un navire qui avait fait escale à Suriname et qui, destiné pour un plus long voyage, avait été forcé par quelques avaries à s’arrêter dans notre port. Un ancien habitant auquel il adressait ces paroles lui fit observer que peut-être ses préventions s’effaceraient s’il connaissait mieux un pays intéressant sous beaucoup de rapports. Sur ce, pour mettre à profit le temps que le navire devait donner à ses réparations, on proposa une promenade dans les principaux quartiers de la colonie ; la partie fut acceptée ; l’exécution fixée au lendemain.

Continuer la lecture de Esquisses de la Guyane (1830)