Archives de catégorie : Nouvelle Calédonie

Chronique locale (1871)

« Chronique locale », Le Moniteur de la Nouvelle-Calédonie, 20 septembre 1871.

La petite localité de Païta vient d’être témoin d’une de ces fêtes étranges qui deviennent de plus en plus rare en Nouvelle-Calédonie et qui, à plus d’un titre, méritent sinon de disparaître entièrement des habitudes du pays, au moins de subir une transformation radicale que la civilisation chrétienne peut seule opérer. Continuer la lecture de Chronique locale (1871)

Hommage et Adieu (1864)

Armand Closquinet, « Hommage et Adieu », Le Moniteur de la Nouvelle-Calédonie, 17 avril 1864.

On lit dans l’Économiste français du 7 janvier 1864 :

            « La poésie est en honneur à Port-de-France, si nous en jugeons par les odes et idylles que publie fréquemment le Moniteur. M. Armand Closquinet a de la grâce, de l’élégance, une sensibilité toute féminine ; aux souvenirs et regrets qu’il aime à chanter, nous l’invitons à opposer les perspectives et espérances que ne peut manquer d’évoquer dans son âme de poète le spectacle de la civilisation prenant possession d’un pays et d’un peuple aussi sauvages l’un que l’autre. »

Continuer la lecture de Hommage et Adieu (1864)

Chronique néo-calédonienne (1862)

Félix Béraud, « Chronique néo-calédonienne », Le Moniteur de la Nouvelle-Calédonie, 6 juillet 1862.

            Il y a peu de jours Kwindo, chef de Payta, amenait à M. le Gouverneur quatre enfants calédoniens ; ces derniers ont été accueillis par le Chef de la Colonie avec bienveillance et sympathie, nous allions dire avec joie.

Continuer la lecture de Chronique néo-calédonienne (1862)

Jeudi dernier 27 (1859)

Anonyme, « Jeudi dernier 27 », Le Moniteur de la Nouvelle-Calédonie, 30 octobre 1859.

Jeudi dernier 27, le service annoncé pour le mardi précédent, pour le repos de l’âme de l’infortuné CAPRON français âgé de 27 ans massacré et mangé par les chefs de Taw et Hyenouène, a eu lieu en l’église de Ste Eugénie. Le recueillement de nombreux assistants témoignait assez combien cet épouvantable forfait a jeté de tristesse dans tous les cœurs, et les regrets unanimes qu’a emportés la victime. Continuer la lecture de Jeudi dernier 27 (1859)