Archives de catégorie : Tahiti

Promenade au lac de Tahiti (1860)

A. Barion, pharmacien de la Marine, “Promenade au lac de Tahiti”, Le Messager de Tahiti, 22 janvier 1860

            Si l’Islande a ses geysers, dont les eaux tumultueuses après s’être élevées à de très-hautes distances retombent sur elles-mêmes pour se terminer par une superbe girandole ; si le Canada a pu attirer de nombreux curieux aux bords de ses Cataractes, dont la plus merveilleuse a été tant de fois chantée et décrite sous le nom de Cataracte, ou mieux de saut de Niagara, Tahiti, cette perle jetée comme par hasard au milieu d’un vaste Océan, renferme également une curiosité, moins connue peut-être, mais digne d’exciter le plus vif intérêt des voyageurs moins avides de connaître les phénomènes actuels que d’étudier les causes qui les ont produites. Continuer la lecture de Promenade au lac de Tahiti (1860)

Voyage autour du monde. Taiti (1855)

Celtibère, auteur des Poésies religieuses, “Voyage autour du monde. Taiti”, Le Messager de Tahiti, du 28 janvier au 4 février 1855

 

Voilà donc Taïti, la perle de la mer,

Ce port hospitalier, ce fortuné rivage !

Nous la touchons enfin. Favorable présage,

Un iris merveilleux, dans les plaines de l’air,

Le ciel libre partout et pur de tout nuage,

Nous l’avait annoncée, avant qu’à l’horizon,

Au milieu des vapeurs qui voilaient l’étendue,

Elle sortît de l’onde et charmât notre vue. Continuer la lecture de Voyage autour du monde. Taiti (1855)

À Papoa – communiqué (1878)

X., « À Papoa (communiqué) », Le Messager de Tahiti, 27 décembre 1878.

Connaissez-vous Anani ? C’est un bien digne garçon, mutoi par goût, fainéant par tempérament, musicien par occasion. Voyez-le étalant sa nonchalante personne à l’ombre d’un manguier quelconque et fredonnant un de ces airs tahitiens dont le rythme s’accorde parfaitement avec la pensée qui le domine, ne rien faire ! Et pourtant, il m’a rendu un fameux service hier : il a empêché ma cervelle de bouillir dans son enveloppe, ce qui m’a permis de prendre part aux joies qu’une table bien garnie offre aux gourmands.

Continuer la lecture de À Papoa – communiqué (1878)

Archipel des Pomotous. L’île Raïroa (1854)

Anonyme, « Archipel des Pomotous. L’île Rairoa », Le Messager de Tahiti, 30 avril 1854

   Quand on suit en bateau le cours d’un grand fleuve, l’œil est à chaque instant charmé de la diversité des aspects qu’offrent ses rives. Tantôt on se trouve resserré entre de hautes montagnes, tantôt on ne sait plus reconnaître où est le lit, où est la rive. C’est l’effet qu’on éprouve quand on va de Matea à Raïroa. Aux approches de cette dernière île on voit poindre ça et là des bouquets de verdure sur une bande de sable dorée par le soleil et frangé d’une écume étincelante ; on dirait un collier de turquoises enchâssées dans de l’or émaillé d’une bordure d’argent. Est-ce la terre ? Est-ce la mer ? est-ce une chaîne d’îlots capricieusement étalés sur l’azur de l’Océan ? Comme un grand lac qu’entourerait un mur, Raïroa n’est qu’un bassin de 43 milles de longueur, enveloppé d’une muraille calcaire de 100 à 200 mètres d’épaisseur, qui s’élevant presque verticalement du fond de la mer, tantôt vient affleurer la vague, tantôt la dépasse en petites dunes couvertes d’arbustes d’un vert éclatant, et s’entrouvre en deux endroits, comme par deux portes, pour donner passage aux flots et aux navires. Ces deux passes, à 7 milles environ l’une de l’autre, sont situées dans la face nord-ouest de l’île. La plus au nord est la plus sûre ; et une fois entré, sans quelques pâtés de corails qu’indique la teinte changeante de l’eau et qu’on évite facilement, la navigation est sans danger, par des fonds de 8 à 20 brasses, d’ailleurs un pilote indigène vraiment habile vous prend et vous guide. Continuer la lecture de Archipel des Pomotous. L’île Raïroa (1854)