Chronique locale (1871)

« Chronique locale », Le Moniteur de la Nouvelle-Calédonie, 20 septembre 1871.

La petite localité de Païta vient d’être témoin d’une de ces fêtes étranges qui deviennent de plus en plus rare en Nouvelle-Calédonie et qui, à plus d’un titre, méritent sinon de disparaître entièrement des habitudes du pays, au moins de subir une transformation radicale que la civilisation chrétienne peut seule opérer. Continuer la lecture de Chronique locale (1871)

À Papoa – communiqué (1878)

X., « À Papoa (communiqué) », Le Messager de Tahiti, 27 décembre 1878.

Connaissez-vous Anani ? C’est un bien digne garçon, mutoi par goût, fainéant par tempérament, musicien par occasion. Voyez-le étalant sa nonchalante personne à l’ombre d’un manguier quelconque et fredonnant un de ces airs tahitiens dont le rythme s’accorde parfaitement avec la pensée qui le domine, ne rien faire ! Et pourtant, il m’a rendu un fameux service hier : il a empêché ma cervelle de bouillir dans son enveloppe, ce qui m’a permis de prendre part aux joies qu’une table bien garnie offre aux gourmands.

Continuer la lecture de À Papoa – communiqué (1878)

Les Fastes de l’histoire des Antilles (1876)

Ralu fils, « Les Fastes de l’histoire des Antilles », Les Antilles, 16 février 1876

Marie d’Orange

Il faut convenir d’une chose, c’est que les Colonies sont bien peu reconnaissantes envers leurs grands hommes ; envers leurs héros, ou envers leurs enfants d’adoption.

Est-ce parce que le nombre en est trop grand ? La phalange est trop serrée, que l’on ne saurait à qui donner la palme ? J’aime à le croire ; car ces terres de feu au sein desquelles la lave bouillonne, ont toujours produits les grands dévouements, les grands cœurs, et les actions d’éclat.

Continuer la lecture de Les Fastes de l’histoire des Antilles (1876)

Hommage et Adieu (1864)

Armand Closquinet, « Hommage et Adieu », Le Moniteur de la Nouvelle-Calédonie, 17 avril 1864.

On lit dans l’Économiste français du 7 janvier 1864 :

            « La poésie est en honneur à Port-de-France, si nous en jugeons par les odes et idylles que publie fréquemment le Moniteur. M. Armand Closquinet a de la grâce, de l’élégance, une sensibilité toute féminine ; aux souvenirs et regrets qu’il aime à chanter, nous l’invitons à opposer les perspectives et espérances que ne peut manquer d’évoquer dans son âme de poète le spectacle de la civilisation prenant possession d’un pays et d’un peuple aussi sauvages l’un que l’autre. »

Continuer la lecture de Hommage et Adieu (1864)

Chronique locale : petit avant-propos pour tenir lieu de préface (1859)

« Chronique locale : petit avant-propos pour tenir lieu de préface », L’Avenir, 18 juin 1859

Quelquefois un bon conseil, un salutaire avis nous vient, je ne dirai pas de nos ennemis (je ne me crois d’ennemi ni dans ce monde ni dans l’autre), je dirai de nos adversaires, de nos contradicteurs.

Il y a peu de jours, un écrivain de la presse coloniale, sous forme de critique, me disait : pourquoi donc vous êtes-vous arrêté en si beau chemin de votre histoire de la Guadeloupe dont nous ne connaissons guère que la préface ? Vous feriez mieux de la continuer que d’écrire contre la milice.

Continuer la lecture de Chronique locale : petit avant-propos pour tenir lieu de préface (1859)

Martinique. Éruption volcanique de la Montagne-Pelée. Première visite aux cratères (1851)

C. Chanel, « Martinique. Éruption volcanique de la Montagne-Pelée. Première visite aux cratères », La Feuille de la Guyane française, 13 et 20 septembre 1851.

Dans la nuit du mardi 5 du courant, vers les 11 heures du soir, des mugissements venant du côté du nord se firent entendre à Saint-Pierre. L’attention de quelques personnes qui étaient encore éveillées, fut attirée par ce bruit ; bientôt on reconnut que ces grondements souterrains qui, par leur intermittence, leur prolongement et leurs détonations subites imitaient le bruit du tonnerre, provenaient de la Montagne-Pelée. Continuer la lecture de Martinique. Éruption volcanique de la Montagne-Pelée. Première visite aux cratères (1851)

Dernière lamentinoise (1849)

Anonyme, « Dernière lamentinoise », Le Commercial, 17 octobre 1849

Air : Du Dieu des bonnes gens

 

Assez longtemps, nous ka fait nous la guerre,

Et sans jamé trouver aucuns moyens

De tirer nous de l’affreuse misère,

Qui déjà tué combien de citoyens.

Ah ! si chacun, cependant, té bien sage

Et avant tout, té ton républicain,

Nous sré déjà, sans faire aucun tapage,

Allongé nous la main (bis)

Continuer la lecture de Dernière lamentinoise (1849)

Chronique néo-calédonienne (1862)

Félix Béraud, « Chronique néo-calédonienne », Le Moniteur de la Nouvelle-Calédonie, 6 juillet 1862.

            Il y a peu de jours Kwindo, chef de Payta, amenait à M. le Gouverneur quatre enfants calédoniens ; ces derniers ont été accueillis par le Chef de la Colonie avec bienveillance et sympathie, nous allions dire avec joie.

Continuer la lecture de Chronique néo-calédonienne (1862)